DRC - ReliefWeb News

Syndicate content
ReliefWeb - Updates
Updated: 29 min 24 sec ago

Democratic Republic of the Congo: Martin Kobler, Head of MONUSCO, profoundly concerned at the request of DRC Government calling for the departure of Scott Campbell

19 October 2014 - 2:25pm
Source: UN Organization Stabilization Mission in the Democratic Republic of the Congo Country: Democratic Republic of the Congo

Kinshasa, 18 October 2014 – Martin Kobler, Head of MONUSCO, is deeply disturbed by the request of the DRC government, calling for the departure of Scott Campbell, the chief of the United Nations Joint Human Rights Office (UNJHRO) and calls upon the government to reconsider its decision.

“I express my full confidence and trust in Scott Campbell and the work undertaken by his whole team. The Likofi report was prepared in accordance with the Security Council mandate for MONUSCO and followed the methodology used by the Office of the United Nations High Commissioner for Human Rights. I take full responsibility for its conclusions and recommendations” declared the Special Representative of the Secretary-General in the DRC.

The human rights reports published jointly by MONUSCO and the UNJHRO are important catalysts ensuring good governance leading to stability. Human Rights defenders play an important role in the DRC and they must be able to work unimpeded.

The Likofi report is an important instrument in the fight against impunity in the DRC. The report was shared with the Government on 18 August 2014, comments by the Minister of Interior were annexed to the report published.

Note to Editors:

The United Nations report detailing serious violations of human rights, including summary and extrajudicial executions and enforced disappearances, committed against civilians by Congolese security forces in the context of Operation “Likofi”, was officially launched on Wednesday 15 October 2014.

The report, based on investigations conducted by the UNJHRO in the DRC documents the killings of at least nine civilians and the enforced disappearance of at least 32 civilians by agents of the Congolese national Police (PNC).

The UNJHRO took note of the decision taken by the General Commissioner of the PNC on 15 August to set up a commission of inquiry aimed at investigating and identifying abuses allegedly committed by PNC agents in the scope of “Operation Likofi”. Scott Campbell is the Director of the United Nations Joint Human Rights Office in the DRC and the Representative of the UN High Commissioner for Human Rights in the DRC.

Democratic Republic of the Congo: RDC : après les massacres, Beni commence à se défier des autorités

19 October 2014 - 9:54am
Source: Agence France-Presse Country: Democratic Republic of the Congo

19/10/2014 - 19:51 GMT

AJOUTE ÉVASION DE LA PRISON DE BUTEMBO, RÉACTIONS À BENI

par Albert KAMBALE

Les habitants de Beni, dans l'Est de la République démocratique du Congo, commencent à se défier des autorités locales après une succession de massacres de civils commis par des rebelles ougandais.

"Restez calmement dans vos maisons, les autorités maîtrisent la situation". Le message passé dimanche matin à la radio par Nyonyi Masumbuko, maire de cette ville du Nord de la province du Nord-Kivu, ne convainc guère.

Dans le centre, quelques dizaines d'habitants ont justement déserté leur domicile des quartiers de la périphérie nord.

"Je quitte mon quartier parce qu'on y a jeté des tracts qui disaient qu'ils allaient venir y tuer les gens", explique à l'AFP Solange Sekera, mère de famille de 27 ans suivie de ses trois enfants.

"Ils" ? Les rebelles ougandais des Forces démocratiques alliées (ADF), qui sèment la terreur dans les environs. En une quinzaine des jours, ces miliciens, que le gouvernement et l'armée disaient avoir mis presque hors d'état de nuire, ont tué sauvagement environ 80 personnes.

Ils ont poussé l'audace jusqu'à attaquer les faubourgs de Beni, agglomération de 500.000 habitants, fief de la tribu Nande et place commerciale importante de la région des Grands Lacs où sont cantonnés de nombreux militaires, mais personne ne les a arrêtés. Résultat : 30 personnes, hommes, femmes et enfants, trucidées à l'arme blanche dans la nuit de mercredi à jeudi.

Ni Mme Sekera ni les autres fuyards n'ont vu les fameux tracts, mais qu'importe, la peur est là : au pays de la rumeur, il est acquis que les funestes feuilles ont été "signalées" dans deux communes de l'agglomération.

Dans les rues de la ville, deux journalistes de l'AFP arrivés la veille notent la présence de soldats et policiers, mais rien qui ressemble vraiment à un renforcement de la présence visible des forces de l'ordre.

- 300 évadés -

L'évasion dans la nuit de samedi à dimanche d'environ 300 détenus de la prison de Butembo, à deux heures de route au sud de Beni, renforce les craintes des habitants. Dans un communiqué, la Société civile du Nord-Kivu parle d'un "coup dur" et "s’inquiète du déversement de nombreux criminels dans une société où la sécurité est fragile".

Faustin Paluku, fonctionnaire de 27 ans "demande au gouvernement de bien faire son travail". "Dans le cas contraire, qu'il dise à la population de se prendre en charge."

"Ceux qui vous disent que nous sommes en sécurité vous mentent", accuse Léon (prénom changé). "Les autorités nous ont promis de rétablir l'ordre dans la ville mais [...] nous n'avons pas confiance en elles", ajoute cet avocat.

Depuis deux jours, ajoute l'homme, on a organisé des vigies civiles dans plusieurs quartiers : de petits groupes qui veillent toute la nuit à des carrefours autour d'un feu de bois.

Les journalistes de l'AFP ont pu voir samedi soir une dizaine de ces comités dans le sud de la ville, armés de bâtons et équipés de sifflets pour donner l'alarme. Dimanche matin, plusieurs foyers abandonnés par leurs gardes achevaient de se consumer le long de la route permettant de quitter la ville par le nord.

En poussant vers Eringeti, à une cinquantaine de kilomètres de là, où 22 personnes au moins ont été massacrées par l'ADF dans la nuit de vendredi à samedi, on croise plusieurs églises où sont venus se regrouper des habitants pour passer la nuit.

Installés dans le territoire de Beni depuis 1995, les rebelles de l'ADF compteraient aujourd'hui environ 400 combattants, tous musulmans.

Opposée au régime du président ougandais Yoweri Museveni, au pouvoir depuis 1986, l'ADF a subi de lourdes pertes et dû abandonner la plupart de ses bastions dans la région montagneuse entre Beni et la frontière ougandaise sous la pression d'une opération lancée en janvier par l'armée congolaise et soutenue ensuite par les Casques bleus de la Mission de l'ONU en RDC.

Ses dernières attaques semblent témoigner de son renforcement depuis le décès brutal, fin août, du général Lucien Bahuma, chef de l'armée au Nord-Kivu, qui dirigeait lui-même cette opération.

str/mj/sba

Democratic Republic of the Congo: Martin Kobler, Head of MONUSCO, calls for decisive joint military actions to neutralize the ADF

18 October 2014 - 4:23pm
Source: UN Organization Stabilization Mission in the Democratic Republic of the Congo Country: Democratic Republic of the Congo

Kinshasa 18 October 2014 – Martin Kobler, Head of MONUSCO, calls for “decisive joint military actions of FARDC and MONUSCO to start as soon as possible in order to relieve the population from the terror imposed by the ADF, once and for all”.

Martin Kobler, Head of MONUSCO, calls for “decisive joint military actions of FARDC and MONUSCO to start as soon as possible in order to relieve the population from the terror imposed by the ADF, once and for all”.

“This sequence of violence, killings, assassinations, and human rights violations in Beni territory needs to stop immediately and I strongly condemn these atrocious acts” added the Special Representative of the Secretary-General in the Democratic Republic of the Congo.

Martin Kobler was in Beni on Friday 17 October to pay tribute to the families of the victims of these atrocious attacks. The head of MONUSCO and the acting Force Commander stressed MONUSCO’s full and unwavering determination to neutralize all illegal armed groups in eastern DRC, including the ADF.

Note to Editors
· Around two dozen of people in Eringeti, North of Beni were killed by suspected ADF elements in the night between 17 and 18 October.
· On 15 October, around 20:00 hours, a group of assailants presumed to belong to the ADF rebel group attacked the Ngadi and Kadu localities in Beni area leading to the death of more than two dozen people. · According to medical sources in Beni, the number of victims of the 15 October 2014 massacres is now up to 30 deaths, following the passing of severely wounded persons.
· In addition to the increased engagement of its Force, MONUSCO has ordered a more active presence of its Police components.
· Eringeti is situated about 57 km North of Beni in North Kivu Province

Democratic Republic of the Congo: Terrified by new rebel attacks, DR Congo residents leave town

18 October 2014 - 9:52am
Source: Agence France-Presse Country: Democratic Republic of the Congo

10/19/2014 - 15:10 GMT

by Albert KAMBALE

Between heeding a message from officials to remain calm and another to flee looming attacks by Ugandan rebels, the choice for many residents in the Democratic Republic of Congo town of Beni is clear.

"I left my home because there are leaflets saying that (the Ugandan rebels) are coming to kill people," said Solange Sekera, 27, who was leaving town with her three children.

Sekera had not actually seen the leaflets herself but she was not taking any chances.

Terrified by Thursday's rampage by Ugandan rebels who slaughtered 26 people with machetes, many residents have decided that the town in North Kivu province is no longer safe.

"Those who tell you that we are safe are lying," said a lawyer who requested anonymity.

"We have to take care of ourselves. The authorities have promised to restore order in the city... but we have no faith in them," he added.

So try as mayor Nyonyi Masumbuko may, even going on radio to send the message: "I assure you that all security measures have been taken. Stay calm at home, the authorities are in control of the situation."

The reality is that on Sunday, dozens of inhabitants were carrying bags and even mattresses as they headed out of town.

Others have formed vigilante groups to keep watch all night at key junctions, armed with batons and whistles.

  • Children 'bashed against the wall' -

Violence has never been far from mineral-rich eastern Democratic Republic of Congo, where rival rebel groups have terrorised local populations over two decades, committing a slew of atrocities including murder and mass rape.

The Congolese army, supported by UN peacekeepers from the MONUSCO stabilisation mission had dealt the rebels a series of severe blows earlier this year, including defeating the M23 militia, once the strongest group of insurgents in the region.

But one militia group -- the Allied Democratic Forces and National Army for the Liberation of Uganda (ADF-NALU) -- remains active in the region.

The ADF-NALU was chased into into neighbouring Congo by the Ugandan army in the 1990s and has been hiding in the Ruwenzori mountains along the border since.

Led by Jamil Mukulu, a Christian who converted to Islam, the rebels have financed themselves by trafficking gold and wood. Beni is a major hub for wood destined for Uganda.

After being pushed back by the Congolese army and UN forces, the group has in recent weeks began to attack isolated villages again, killing at least 80 people over the past fortnight, the lobby group Civil Society of North Kivu said.

Thursday's attack in Beni was followed a day later by another massacre just about 50 kilometres (30 miles) away in the town of Eringeti.

Some 22 people, most of them women and children were hacked or clubbed to death in Friday's violence that sparked calls for UN forces to protect the local population.

Most of the victims were killed with machetes, axes and hoes, and several children had their heads "bashed against the walls", the North Kivu civil society group said.

str/mj/hmn/ach

Democratic Republic of the Congo: Women, children killed in new DR Congo attack

18 October 2014 - 9:52am
Source: Agence France-Presse Country: Democratic Republic of the Congo

10/18/2014 - 20:40 GMT

by Albert KAMBALE

At least 22 people, most of them women and children, have been hacked and clubbed to death by Ugandan rebels in the troubled east of the Democratic Republic of Congo just days after a similar massacre.

The new attack sparked calls for UN forces to protect the vulnerable local population, as the rebels who have terrorised North Kivu for two decades resist attempts to drive them out.

The latest violence on Friday evening in the town of Eringeti left 10 women, eight children and four men dead, local government official Amisi Kalonda told AFP.

"Most of the victims were killed with machetes, axes and hoes," the non-governmental umbrella group Civil Society of North Kivu said in a statement, which counted 24 dead.

Several children had their heads "bashed against the walls", it said, blaming the rebels of the Allied Democratic Forces and National Army for the Liberation of Uganda (ADF-NALU), the only remaining militia active in the region.

Kalonda, the government administrator for the area, said he was heading to Eringeti along with an army contingent.

Eringeti is about 50 kilometres (30 miles) from the town of Beni, a town of half a million where 26 people were slaughtered with machetes on Thursday in an attack also blamed on the rebels.

- 'Savagely executed' -

The Ugandan rebels have committed strings of atrocities since they were chased into neighbouring Congo by the Ugandan army in the 1990s.

The Congolese army, supported by UN peacekeepers from the MONUSCO stabilisation mission, had dealt the rebels a series of severe blows earlier this year.

But the fighters have begun to recover, attacking isolated villages before targeting Beni, a day's drive from the regional capital Goma. They are believed still to number around 400 fighters.

The North Kivu civil society group said at least 83 people had been "savagely executed by the ADF" in the past fortnight, and 33 seriously injured, calling on the UN force to contribute troops, not just logistics, to help confront the rebels.

It said its members would meet in Beni on Saturday to decide on their own steps to protect themselves.

According to a UN source, more than 50 women have also been raped in North Kivu and in neighbouring Orientale Province in one week.

Martin Kobler, who heads the UN peacekeeping force in DR Congo, called for "decisive joint military actions of FARDC (the army) and MONUSCO to start as soon as possible in order to relieve the population from the terror imposed by the ADF, once and for all".

Led by Jamil Mukulu, a Christian who converted to Islam, the ADF-NALU has hidden out in the Ruwenzori mountains along the border with Uganda for nearly two decades.

The rebels, who have been accused of serious human rights violations including using child soldiers, have financed themselves by trafficking gold and wood. Beni is a major hub for wood destined for Uganda.

They began to lose their main bastions to the army and the United Nations from January and were targeted by Security Council sanctions in July.

The UN humanitarian chief in Orientale Province, Maurizio Giuliano, has voiced fears that the rebels could further destabilise the vast region rich in minerals.

The flare-up in violence comes as the DR Congo government declared the UN rights envoy to the country "persona non grata", after a UN report denounced violations by the police.

Scott Campbell, who headed the UN Human Rights office in the country left late Friday on a Brussels-bound flight, airport sources said.

MONUSCO spokesman Carlos Araujo said Campbell, an American, had "left for holidays that he had long sought", while Kobler urged Kinshasa to reconsider its decision.

The disputed UN report said at least nine people had been summarily executed and 32 went missing during a police crackdown on youth gangs in Kinshasa, with bodies dumped in a river or buried in mass graves.

str/mj/hmn/gd

© 1994-2014 Agence France-Presse

Democratic Republic of the Congo: RDC : le chef du bureau local des droits de l'Homme de l'ONU a quitté le pays

18 October 2014 - 9:45am
Source: Agence France-Presse Country: Democratic Republic of the Congo

18/10/2014 - 13:09 GMT

Le chef du Bureau des droits de l'Homme des Nations unies en République démocratique du Congo, déclaré indésirable par le gouvernement congolais, a quitté Kinshasa, a-t-on appris samedi de source aéroportuaire.

M. Scott Campbell, qui dirige cet organisme depuis septembre 2011, a décollé vendredi soir à bord d'un avion de ligne à destination de Bruxelles, a-t-on indiqué à l'aéroport international de Ndjili, à Kinshasa.

Interrogé par l'AFP, Carlos Araujo, porte-parole de la Mission de l'ONU en RDC (Monusco) a indiqué que M. Campbell était "parti pour des vacances qu'il avait demandées depuis longtemps".

Jeudi, le gouvernement congolais avait demandé à l'ONU de rappeler M. Campbell, le déclarant "persona non grata" en RDC.

La veille, les services de M. Campbell avaient publié un rapport dénonçant des bavures policières pendant une grande opération antibanditisme à Kinshasa entre novembre 2013 et février, dont neuf meurtres et 32 disparitions forcées.

Le rapport précisait qu'il s'agissait là uniquement des cas documentés par l'ONU et que le nombre de victimes de l'opération "pourrait être beaucoup plus élevé".

Les autorités congolaises ont estimé en substance que ce rapport caractérisait la mauvaise foi et l'esprit partisan animant selon elles le travail de M. Campbell, qu'elles accusent de dénigrer systématiquement la RDC.

Vendredi, le porte-parole du gouvernement, Lambert Mende, avait déclaré lors d'une conférence de presse que M. Campbell pourrait quitter la RDC sous 48 heures.

Dans un communiqué publié samedi, le chef de la Monusco, Martin Kobler, a demandé au gouvernement congolais de "reconsidérer sa décision".

"J'exprime ma plus grande confiance à Scott Campbell et dans le travail réalisé par toute son équipe" et "je prends l'entière responsabilité des conclusions et recommandations de [leur dernier] rapport", fait savoir M. Kobler dans ce texte.

Avec plus de 20.000 Casques bleus, déployés principalement dans l'Est de la RDC où sévissent des dizaines de groupes armés, la Monusco est la plus grosse opération de maintien de la paix de l'ONU au monde.

Pour la Monusco, les rapports onusiens sur les droits dans le pays "sont des catalyseurs importants assurant la bonne gouvernance qui mène à stabilité", et "les défenseurs des droits de l'Homme jouent un rôle important en RDC et doivent pouvoir effectuer leur travail sans entraves".

La France, qui a joué un rôle important au Conseil de sécurité pour renforcer le mandat de la Monusco afin d'aider Kinshasa a mettre au pas toutes les milices présentes dans le pays a regretté la décision congolaise contre M. Campbell.

Cela "risque de porter atteinte à la crédibilité des efforts entrepris pour améliorer la situation des droits de l'Homme dans ce pays", a déclaré le Quai d'Orsay vendredi, invitant "les autorités congolaises à respecter leurs engagements dans ce domaine."

str-mj/sba

Central African Republic: Central African Republic: Snapshot (as of 15 October 2014)

18 October 2014 - 9:08am
Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs Country: Cameroon, Central African Republic, Chad, Congo, Democratic Republic of the Congo preview

Insecurity and violence persist in the Central African Republic, increasing the vulnerability and needs of the people affected including IDPs and refugees. An estimated 2.5 million in need of humanitrian aid including more than 410,000 displaced people, 424,268 CAR refugees in neighboring countries and 132,414 evacuees people.

Democratic Republic of the Congo: Humanitarian Assistance in Review East and Central Africa | Fiscal Year (FY) 2004 – 2014

17 October 2014 - 5:20pm
Source: US Agency for International Development Country: Burundi, Central African Republic, Congo, Democratic Republic of the Congo, Djibouti, Eritrea, Ethiopia, Kenya, Rwanda, Somalia, Sudan, Uganda, United Republic of Tanzania, United States of America, South Sudan preview

Conflict, cyclical drought, floods, disease outbreaks, environmental degradation, rapid population growth, and limited government capacity present significant challenges to vulnerable populations in the ECA region. Between FY 2005 and FY 2014, USAID’s Office of U.S. Foreign Disaster Assistance (USAID/OFDA) and USAID’s Office of Food for Peace (USAID/FFP) provided humanitarian assistance in response to a diverse range of natural disasters and complex emergencies, including flooding across the region, drought and food insecurity in the Horn of Africa, Lord’s Resistance Army-related conflict and displacement in the Great Lakes, post-election violence in Kenya, and ongoing crises in CAR,
DRC, Somalia, South Sudan, and Sudan.

From FY 2005 to FY 2014, USAID provided nearly $12.5 billion in humanitarian assistance in the ECA region. USAID/FFP provided more than $9.7 billion for food assistance in the form of U.S. purchased food, locally and/or regionally purchased food, cash transfers for food, food vouchers, and related activities. USAID/OFDA provided more than $2.7 billion primarily for water, sanitation, and hygiene (WASH); health; logistics support and relief commodities; agriculture and food security; nutrition; economic recovery and market systems (ERMS); humanitarian coordination and information management; protection; and shelter and settlements assistance.

In the past 10 years, USAID has deployed seven Disaster Assistance Response Teams (DARTs) in response to complex emergencies in DRC, Ethiopia, Kenya, Somalia, and South Sudan, and to regional food security crises in the Horn of Africa. In addition, USAID has activated multiple Washington, D.C.-based Response Management Teams to support coordination and response efforts in South Sudan, Sudan, and the Horn of Africa

Democratic Republic of the Congo: DR Congo UNHCR Fact Sheet, 30 september 2014

17 October 2014 - 4:53pm
Source: UN High Commissioner for Refugees Country: Angola, Burundi, Central African Republic, Congo, Democratic Republic of the Congo, Rwanda preview

HIGHLIGHTS

745 IDPs have received NFIs on 19 September in Lukwangulo and Kabembé in Katanga Province

68,165 Central African refugees live in the DRC

750 Enhanced stoves have been distributed in Nyiragongo and Rutshuru (N-Kivu)

2,234 Protection incidents recorded in South-Kivu. 4,217 in South-Kivu.

Protection

On 19 August 2014, UNHCR launched the final assisted voluntary repatriation of former Angolan refugees. At the end of September, a total of 3,959 returnees had returned back home. In total, UNHCR is aiming to repatriate 37,336 Angolans from Kinshasa, Bas-Congo and Katanga.

A rapid assessment has produced a new estimate of the total amount of Central African refugees living in and outside settlement context. A registration operation is currently ongoing. Once finalized, UNHCR will be able to publish the current number of CAR refugees living in the Democratic Republic of Congo.

In 2014, UNHCR has so far repatriated a total of 4,495 Rwandan refugees and 850 Burundian refugees to their respective home countries. With support, UNHCR will finalize a biometric verification of Rwandan refugees in the DRC.

Furthermore, this year UNHCR has finalized the repatriation of 119,024 Congolese returnees coming from the Republic of Congo. The largest group of Congolese refugees living outside of the DRC can be found in Uganda, which number stands at 184,502.

From 19-22 September 2014, ‘Peace One Day’ was celebrated throughout the country. In Goma, UNHCR organized a marathon and distributed around 750 enhanced stoves in Nyiragongo and Rutshuru, in company of British actor Jude Law.

Democratic Republic of the Congo: Equateur : la FAO réfléchit aux moyens de rattraper le retard d’exécution du Parrsa

17 October 2014 - 4:09pm
Source: Radio Okapi Country: Democratic Republic of the Congo

La FAO vient d’initier une formation de 3 jours pour aider les exécutants du Projet d’appui à réhabilitation et à la relance du secteur agricole (Parrsa), dans la province de l’Equateur, à récupérer le temps perdu dans l’exécution de ce projet. A une année et demie de son achèvement, le Parrsa accuse un grand retard dans son exécution. Le projet, financé la banque mondiale à hauteur de 120 millions de dollars américains, a été lancé le 31 décembre 2010 pour aider à augmenter la productivité agricole et à améliorer la commercialisation de la production agricole et animale des petits producteurs à la base.

Pour Jérôme Kasongo, chargé de planification à la FAO, l’atelier qu’organise son agence a pour but d’amener les participants – multiplicateurs de semence, inspecteur de l’agriculture, organisation paysanne et d’appui-conseil – à la mise en œuvre d’une stratégie accélérée pour récupérer le temps perdu.

Durant cette rencontre, les participants vont identifier et analyser les principales contraintes liées à la production et à la commercialisation des produits agricoles, notamment la mise à la disposition des paysans de semences améliorées et la réhabilitation des infrastructures routières pour la commercialisation de ces produits.

Pour sa part, Bernand Ndjaji, coordonnateur national du service national de vulgarisation, un des animateurs de cet atelier, a appelé les organisations d’appui-conseil à appliquer le système de vulgarisation accélérée et les méthodes axées sur les résultats.

Grâce à cette formation, le Parrsa pourrait récupérer le temps perdu pour la production agricole.

Cependant, en ce qui concerne la réhabilitation des routes de desserte agricoles, il sera difficile de récupérer ce temps.

En février dernier, des députés nationaux et sénateurs de la province de l’Equateur avaient affirmé que les effets du Parrsa étaient peu perceptibles dans cette province.

Ce à quoi, Amadou Oumar Ba, spécialiste agricole principal à la Banque mondiale, avait répondu qu’en 3 ans, ce projet de 5 ans était déjà exécuté à 39%.

Reconnaissant une «lenteur dans le démarrage de l’exécution du projet», il avait cependant assuré que pendant les deux ans qui restaient, toutes les actions restantes seraient réalisées.

Democratic Republic of the Congo: Beni : la population encouragée à dénoncer les membres des groupes armés

17 October 2014 - 3:47pm
Source: Radio Okapi Country: Democratic Republic of the Congo

Le commandant de la 3e zone de défense des Forces armées de la RDC (FARDC), le général-major Léon Mushale, a appelé jeudi 16 octobre la population de Beni, dans le Nord-Kivu, à dénoncer les membres de groupes armés dissimulés en son sein. Pour lui, cette dénonciation va permettre à l’armée d’anticiper les actions des fauteurs de troubles. Son appel intervient après une manifestation des habitants à Ndagi et Boikene, à Beni. Ils s’insurgeaient contre l’assassinat par des hommes armés, la veille, de 27 personnes dans ces quartiers.

Le général-major Léon Mushale assure que des dispositions impératives ont été prises pour lutter contre cette insécurité.

«Nous sommes tous sur le terrain. Nous cherchons à comprendre. Mais j’insiste sur le fait que pour faire face à une telle situation, il faut la conjonction de tous les efforts, sans exception, et surtout de la population, parce que c’est elle, d’abord, qui est la victime et c’est parmi elle que ces gens là se cachent», a-t-il expliqué.

Pour lui, si la population peut dénoncer à temps, l’action des services de sécurité sera plus efficace. Mais, prévient-il, s’il y a des gens qui se cachent au sein même de la population que [l’armée] est censée protéger et que personne ne les dénoncent, [l’armée] continuera à courir derrière les événements.

«Moi, je voudrais dire à ces groupes armés, s’ils sont nationaux, nous devons toujours combattre le mal. Les groupes armés étrangers, ils doivent comprendre qu’ils sont en train d’agir illégalement sur un sol qui ne leur appartient pas et qu’ils ont intérêt à aller arranger la situation chez eux», a-t-il insisté.

Des hommes armés ont tué 27 personnes et blessé 6 autres au terme d’une incursion la nuit de mercredi 15 à jeudi 16 octobre à Ngadi et Kadowu, deux localités du territoire de Beni, dans le Nord-Kivu.

Cette attaque, condamnée par le chef de la Monusco, Martin Kobler, intervient après une succession d’autres, menées par des rebelles ougandais des ADF contre plusieurs villages, en moins d’une semaine.

Au total, une cinquantaine de personnes ont été tuées dans cette série d’attaque, et presque 100 000 autres sont déplacées.

Democratic Republic of the Congo: Nord-Kivu : plaidoyer en faveur des enfants vulnérables de Mumbabiro

17 October 2014 - 3:45pm
Source: Radio Okapi Country: Democratic Republic of the Congo

Le responsable du centre d’encadrement des enfants vulnérables de Mubambiro, à 25 km à l’ouest de Goma, dans le Nord-Kivu, appelle les organisations humanitaires et le gouvernement à venir en aide à plus de 115 enfants vulnérables. Selon Jean Claude Atondo, il s’agit d’enfants abandonnés pendant la guerre dans le territoire de Masisi, les orphelins et les enfants de la rue, tous encadrés dans ce centre. Selon ce responsable, ces enfants vivent dans des conditions déplorables.

«Aujourd’hui, nous nous heurtons aux difficultés comme le manque de lait en poudre à donner aux nourrissons abandonnés par leurs mamans après leurs naissances», s’est-il plaint.

La nourriture aussi fait défaut et le centre n’a pas non plus les moyens d’assurer à ces enfants une bonne scolarité.

«Oui, ils sont chassés de l’école faute des moyens. Nous ne saurons pas nous même prendre ces enfants en charge parce que nous restons sans appui. C’est pourquoi, nous demandons au Gouvernement de prendre au sérieux ce problème afin que ces enfants soient pris en charge en vivres et non vivres», a-t-il plaidé.

Democratic Republic of the Congo: Ituri : 4 décapitations et 4 viols commis par des Maï-Maï Simba à Mambasa

17 October 2014 - 3:41pm
Source: Radio Okapi Country: Democratic Republic of the Congo

Des Maï-Maï Simba ont décapité quatre commerçants, violé quatre femmes et enlevé une dizaine d’autres dans le groupement Mabutuo, à Mambasa, en Ituri (Province Orientale). L’administrateur de ce territoire a confirmé vendredi 17 octobre cette information annoncée la veille par le Bureau conjoint des Nations Unies aux droits de l’homme (BCNUDH) à Bunia. Ces attaques ont eu lieu en deux fois, selon des sources locales.

Le premier groupe des Maï Maï Simba a investi la semaine dernière le groupement Mabutuo, et a pillé les biens de la population.

Les miliciens ont ensuite enlevé une dizaine de femmes qu’ils ont chargées de transporter le butin de leur pillage.

Le second groupe, conduit par un certain Manu, un ancien lieutenant du défunt chef milicien Paul Sadala, a surgi dans le même village quelques heures plus tard.

Selon un membre de la Fédération locale des entreprises du Congo (Fec), les assaillants ont décapité quatre commerçants qui auraient refusé de leur remettre leur argent.

Des membres de cette milice ont aussi abusé sexuellement de quatre femmes.

Selon Alfred Bongwalanga, administrateur du territoire de Mambasa, de nombreux habitants des villages attaqués par ces bandits armés migrent vers Mambasa-centre et à Bandegaïdo.

Ils se rapprochent des secteurs où est signalée la présence des militaires des Forces armées de la RDC.

Democratic Republic of the Congo: Sud-Kivu: carence de médicaments à Lulenge

17 October 2014 - 3:40pm
Source: Radio Okapi Country: Democratic Republic of the Congo

Les structures sanitaires du secteur de Lulenge, à l’extrême sud du territoire de Fizi (Sud-Kivu), sont confrontées, depuis cinq mois, à une carence de médicaments. Le chef de secteur de Lulenge, Théophile M’piana, qui a livré cette information, mercredi 15 octobre, indique que cette pénurie est à la base de la recrudescence des décès parmi les malades qui n’ont pas accès aux soins appropriés.

Douze centres de santé du secteur de Lulenge sont confrontés à cette carence des médicaments. Il s’agit des centres de santé de :

Lumbwe
Malingumu
Kimaka
Maïndombe
Makola
Bihibizi
Kayumba
Kiyungwe
Katupu
Kilembwe
Sanga
Maïmoto.

Théophile M’piana affirme être passé par ces localités, où il a enregistré plusieurs plaintes de la population faisant état de morts dus au paludisme, choléra et autres maladies.

Pour avoir accès aux soins de santé appropriés, certains malades sont contraints de faire de longues distances à pied ou à motos pour atteindre l’hôpital de Lulimba situé 140 Km de Lulenge.

«Il y a des morts en cours de route. Et puis le moyen de déplacement très difficile. J’ai assisté à un cas de mort à Malingumu quand j’étais là. Il y a un vieux papa qui a succombé de sa maladie en cours de route [entre] Malimngumu à Lulimba », a témoigné Théophile M’piana.

Il a par ailleurs indiqué que la population de Lulenge est très pauvre. Elle ne dispose pas de moyens nécessaires pour se procurer des produits pharmaceutiques.

De son côté, le médecin chef de district sanitaire du Sud reconnaît la recrudescence des cas de choléra. Mais, il se réserve de confirmer la gravité de la situation, faute de communication avec le secteur de Lulenge.

Democratic Republic of the Congo: Les femmes d’Uvira se disent « fatiguées de la guerre et de l’insécurité »

17 October 2014 - 3:20pm
Source: UN Organization Stabilization Mission in the Democratic Republic of the Congo Country: Democratic Republic of the Congo

Le 15 octobre, à l’ occasion de la double commémoration de la Journée mondiale de l’Alimentation et la Journée mondiale de la Femme rurale, les femmes du territoire d’Uvira, dans la province du Sud-Kivu, ont organisé une caravane pour dire non aux violences intertribales dans leur territoire. La situation sécuritaire à Uvira est en effet caractérisée par des massacres interethniques répétitifs dûs à la haine tribale et ethnique, ainsi que par des actes de violence sexuelle se commettant quasi quotidiennement.

Plusieurs milliers de femmes issues de différentes communautés locales ont pris part à cette « Caravane de la Paix » qui a bénéficié de l’appui financier, technique et logistique du Gouvernement provincial et des Nations Unies (MONUSCO, ONU Femmes, FAO et Bureau de l’Envoyé spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour la Région des Grands Lacs).

Constituée de nombreux véhicules arborant des banderoles portant des messages de paix, la caravane avait pour but d’attirer l’attention sur la situation sécuritaire difficile qui prévaut dans le territoire d’Uvira en particulier et dans l’Est de la RD Congo en général.

Les messages des participantes dénonçaient la haine tribale, l’intolérance, l’impunité et l’insécurité, et appelaient à la paix, à l’unité et à l’entente.

Le Gouvernement provincial ayant souhaité commémorer cette journée avec les femmes rurales de la Plaine de la Ruzizi, c’est donc de là, précisément à Katogola, à quelque 60 km d’Uvira, qu’est partie la caravane, le Gouverneur du Sud-Kivu, Marcellin Cishambo, en tête, pour finir devant le Bureau du Territoire, à Uvira. Impliquant des femmes de toutes les communautés d’Uvira, cette initiative avait pour objectif de promouvoir la cohabitation pacifique, la restauration de la paix et le développement durable de ce territoire.

Elle s’inscrit au nombre de douze actions proposées par les femmes Bafuliiru, Barundi, Banyamulenge, Bashi, Barega, Babembe, Kacongo, lors du forum organisé en août 2014 par ONU Femmes, en partenariat avec le Ministère provincial du Genre.

Le forum s’inscrivait dans le cadre de la mise en œuvre de la Résolution 1325 du Conseil de Sécurité des Nations Unies portant sur les Femmes, la Paix et la Sécurité.

Adoptée le 31 octobre 2002, cette résolution traite de quatre grands thèmes, à savoir :

· la prise en compte des questions d’égalité des sexes dans les rapports et les systèmes de mise en application des Nations Unies ;

· l’inclusion de formation sur les sexospécificités dans les opérations de maintien de la paix ;

· la participation des femmes à tous les niveaux de prise de décisions et au processus de paix ;

· la protection des droits des femmes et des jeunes filles.

Par cette « Caravane de la Paix », les femmes entendaient lancer un signal fort pour dire non à la guerre et à la violence.

Egalement un signal fort en direction des seigneurs de guerre et autres leaders d’opinion pour dire que les femmes sont fatiguées de l’insécurité qui les empêche de cultiver leurs champs et d’envoyer leurs enfants à l’école. Et pour dénoncer une situation qui plombe le développement de cette partie de la RDC. Que ce soit à Bwegera-Luberizi, ou à Sange, ou à Uvira, bref tout le long de l’itinéraire emprunté par l’imposant convoi, les femmes ont délivré des messages de paix. A l’étape de Mutarule, localité tristement connue pour le caractère répétitif des massacres qui s’y sont produits, les derniers datant de juin dernier, les participants à la caravane se sont inclinés devant les tombes des victimes.

La responsable du Service Genre, Famille et Enfants du Territoire d'Uvira, Marie Mitila Ponga, s’est exprimée pour expliquer le sens de cet événement. « Les femmes peuvent réussir là où les hommes ont échoué à construire la paix. À travers cette caravane de la paix, les femmes ont voulu faire entendre leurs voix pour dire qu'elles sont fatiguées de la guerre, qu'elles sont fatiguées de rester veuves ; elles veulent la paix ; les femmes d'Uvira ne veulent pas le tribalisme, elles réclament la paix et rien que la paix dans la Plaine de la Ruzizi. »

La journée a également été marquée par les discours prononcés par les personnalités suivantes : l’Administrateur du Territoire d’Uvira, la Représentante de d’’ONU Femmes en RDC, la Représentante de la FAO, le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour la RDC, le Représentant du Bureau de l’Envoyé spécial du Secrétaire général des Nations Unies dans la Région des Grands Lacs, et le Gouverneur de la Province du Sud-Kivu.

Le Gouverneur, Marcellin Cishambo, a déclaré que son Gouvernement a « levé l’option de travailler avec les femmes et les Nations Unies pour ramener la paix et la sécurité au Sud-Kivu en général et dans la Plaine de la Ruzizi en particulier, pour qu’enfin, on ne parle plus de massacres à Mutarule ou ailleurs, mais plutôt de développement ». La Journée s’est achevée par la plantation de « l’arbre de la Paix » par le Gouverneur de Province, un lâcher de colombes et la remise symbolique d’intrants agricoles aux femmes par la FAO. Une façon d’aider ces femmes à se tourner vers l’avenir.

Jean-Tobie Okala/MONUSCO

Democratic Republic of the Congo: Martin Kobler, Chef de la MONUSCO, est à Beni pour exprimer sa solidarité avec les familles des victimes des massacres commis par l’ADF

17 October 2014 - 3:16pm
Source: UN Organization Stabilization Mission in the Democratic Republic of the Congo Country: Democratic Republic of the Congo

Beni, 17 octobre 2014 - Martin Kobler, le Chef de la MONUSCO, s’est recueilli aujourd’hui devant les dépouilles des villageois assassinés dans la nuit du 15 au 16 octobre, à Ngadi et Kadu, près de Beni, dans la province du Nord-Kivu.

Au cours de cette cérémonie, Martin Kobler a rencontré les familles des victimes des attaques de l’ADF. « Je suis venu à Beni pour exprimer toute ma solidarité et présenter mes profondes et sincères condoléances aux familles des victimes. Je condamne fermement les carnages perpétrés par les rebelles de l’ADF. Ces crimes odieux et inacceptables ne resteront pas sans conséquences », a déclaré le Représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU en République Démocratique du Congo.

Accompagné du Gouverneur de la province du Nord Kivu, Julien Paluku et du Commandant adjoint des forces onusiennes, le Général Jean Baillaud, Martin Kobler a réaffirmé avec force, « l’engagement de la MONUSCO, en soutien aux FARDC pour mettre fin à la violence des groupes armés à Beni et dans le reste de la RDC ».

Note aux Editeurs:

· Selon des sources médicales à Beni le nombre de victimes des massacres du mercredi 15 octobre 2014 s’élève maintenant à trente morts, suite au décès de plusieurs personnes grièvement blessées.

· Le 15 octobre aux environs de 20h00, un groupe indéterminé d’assaillants, supposés appartenir au groupe rebelle de l’ADF ont attaqué le quartier Ngadi dans la Commune de Rwenzori à Beni.

· Une douzaine de victimes, tuées par balle et à la machette selon des sources médicales, ont été décomptées dans cette localité.

· Les assaillants se seraient ensuite rendus au village de Kadu où, selon la société civile, l’on dénombrerait également plus d’une douzaine de victimes.

· La semaine dernière, des assaillants également supposés appartenir au groupe rebelle ADF ont tué une dizaine de civils dans la commune d’Oicha.

· Les Forces spéciales, le Contingent Népalais de la MONUSCO, ainsi que les éléments de la Brigade d’intervention, sont présentement déployés et mènent des patrouilles intensives dans la zone pour mieux sécuriser les populations civiles.

Democratic Republic of the Congo: RDC : le chef de la MONUSCO se recueille à Beni devant les dépouilles de villageois assassinés

17 October 2014 - 3:16pm
Source: UN News Service Country: Democratic Republic of the Congo

17 octobre 2014 – Le chef de la Mission des Nations Unies en République démocratique du Congo (MONUSCO), Martin Kobler, s'est recueilli vendredi devant les dépouilles des villageois assassinés par des combattants des Forces démocratiques alliées (ADF), dans la nuit du 15 au 16 octobre, à Ngadi et Kadu, près de Beni, dans la province du Nord Kivu.

Au cours de cette cérémonie, Martin Kobler a rencontré les familles des victimes des attaques de l'ADF.

« Je suis venu à Beni pour exprimer toute ma solidarité et présenter mes profondes et sincères condoléances aux familles des victimes. Je condamne fermement les carnages perpétrés par les rebelles de l'ADF. Ces crimes odieux et inacceptables ne resteront pas sans conséquences », a déclaré M. Kobler.

Accompagné du gouverneur de la province du Nord Kivu, Julien Paluku et du Commandant adjoint des forces onusiennes, le général Jean Baillaud, Martin Kobler a réaffirmé avec force, « l'engagement de la MONUSCO, en soutien aux forces armées congolaises (FARDC) pour mettre fin à la violence des groupes armés à Beni et dans le reste de la RDC ».

Selon des sources médicales à Beni le nombre de victimes des massacres du mercredi 15 octobre 2014 s'élève maintenant à trente morts, suite au décès de plusieurs personnes grièvement blessées, a indiqué la MONUSCO.

Les forces spéciales, le contingent népalais de la MONUSCO, ainsi que les éléments de la Brigade d'intervention de la Mission de l'ONU, sont actuellement déployés et mènent des patrouilles intensives dans la zone pour mieux sécuriser les populations civiles, a-t-elle précisé.

Democratic Republic of the Congo: Ouverture de la formation des formateurs des équipes de riposte contre Ebola

17 October 2014 - 3:09pm
Source: Government of the Democratic Republic of the Congo Country: Democratic Republic of the Congo, Guinea, Liberia, Sierra Leone

Cette formation de 10 jours regroupe 21 formateurs dont 17 nationaux et 4 internationaux en plus de 35 formateurs. Elle consiste à la validation des modules qui consistera à la formation des équipes de riposte contre les épidémies dont Ebola en RDC et en Afrique de l’Ouest. Ainsi formées, ces équipes de formateurs seront envoyées en Sierra-Leone, Guinée et au Liberia. Ces équipes multidisciplinaires comprendront notamment des épidémiologistes, laborantins, pharmaciens, data managers, hygiénistes, psychologues cliniciens.

Pour le ministre de la Santé publique, le Dr Félix Kabange Numbi qui a ouvert cette formation hier dans la salle de conférence de l’Unicef, la menace d’Ebola n’a jamais aussi été forte comme aujourd’hui dans tous les pays du monde. Bien que la RDC soit en train de gérer son épidémie, il faut savoir, fait –il remarquer, que le pays est sous la menace d’un cas d’importation de la maladie à partir de l’Afrique de l’ouest. Il faut donc agir et le plus vite que possible pour prévenir cette épidémie. Car, selon lui, un cas d’Ebola à Kinshasa serait grave, il faut des vrais ressources humaines bine formées pour pouvoir riposter. « Il faut donc former pour avoir des équipes prêtes à intervenir à tout moment ».

Aux participants, le ministre de la Santé publique s’est adressé en ces termes : « vous avez été choisis parmi des centaines. Nous vous avons choisi pour votre compétence et expérience. C’est donc un grand moment des sacrifices pour vous parce que vous devez réfléchir pour valider les modules de formation de riposte d’Ebola. Si on peut sauver une vie supplémentaire, nous aurons rendu service à l’humanité ».

Renforcer les capacités du système de santé

A en entendre la représentante de l’Unicef, Barbara Beinten, cette formation servira « à renforcer les capacités du système de santé pour faire face à d’autres épidémies ». Tout en saluant les progrès accomplis dans la lutte contre la maladie à virus Ebola à Djera dans la province de l’Equateur, la représentante de l’Unicef laisse entendre qu’il faut continuer à maintenir la surveillance. « Il ya une autre menace en Ouganda avec la fièvre hémorragique de Marburg, je sais que vos équipes sont en alerte, il faut maintenir cet élan dans la surveillance.»

De son coté, le représentant de l’Oms en RDC, le Dr Joseph Caboré note qu’en matière d’Ebola, la RDC a une expérience en terme de nombre d’épidémies gérées efficacement. Cette expérience, dit-il, nous devons la lier aux atouts que nous devons capitaliser tels que les atouts historiques car il ya des hommes et des femmes qui ont été infectés et affectés par cette épidémie et qui ont survécu et peuvent aujourd’hui en témoigner. Le deuxième atout est technique. A ce sujet, le représentant de l’Oms souligne que la RDC peut se vanter d’être le seul pays à avoir cette expérience.

Néanmoins, reconnait le Dr Joseph Caboré Ebola est un défi. Il faut pour lutter contre cette épidémie réunir trois qualités à savoir être pro actif, avoir de la rigueur et de la discipline et ne jamais paniquer.

Blandine Lusimana T.

Liberia: WHO: Ebola Response Roadmap Situation Report - 17 October 2014

17 October 2014 - 1:11pm
Source: World Health Organization Country: Democratic Republic of the Congo, Guinea, Liberia, Nigeria, Senegal, Sierra Leone, Spain, United States of America preview

A total of 9216 confirmed, probable, and suspected cases of Ebola virus disease (EVD) have been reported in seven affected countries (Guinea, Liberia, Nigeria, Senegal, Sierra Leone, Spain, and the United States of America) up to the end of 14 October. There have been 4555 deaths. A second EVD- negative sample was obtained from the single confirmed case in Senegal on 5 September (42 days ago). WHO officially declares the Ebola outbreak in Senegal over. Following the WHO Ebola Response Roadmap structure1, country reports fall into two categories: 1) those with widespread and intense transmission (Guinea, Liberia, and Sierra Leone); and 2) those with an initial case or cases, or with localized transmission (Nigeria, Senegal, Spain, and the United States of America). An overview of the situation in the Democratic Republic of the Congo, where a separate, unrelated outbreak of EVD is occurring, is also provided (see Annex 1).

Democratic Republic of the Congo: Bulletin d'Information Humanitaire - Province du Sud-Kivu N°35/14, 16 octobre 2014

17 October 2014 - 8:35am
Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs Country: Democratic Republic of the Congo preview

Faits saillants

  • La saison des pluies complique l’accès au sud de Shabunda

  • Plus de 4 000 familles déplacées assistées en articles ménagers essentiels à l’est de Fizi

Contexte général

Accès

Pour parcourir les 38 km de la route Matili - Mungembe, les véhicules des humanitaires mettent 5 à 6 heures suite à la dégradation de la route par les pluies en cours. Cette situation perturbe notamment les activités de soins de santé primaires et secondaires pour près de 20 000 personnes vulnérables des aires de santé de Kalole et Mungembe appuyées par l’ONG Médecins sans frontières (MSF) qui, même à l’aide de motos, parcourt difficilement l’axe. Par ailleurs, cette route est la seule qui approvisionne Shabunda centre en produits de première nécessité depuis le Maniema voisin. Dans la plupart des zones difficiles d’accès physique, à partir de septembre, la saison des pluies est particulièrement perturbatrice et restreint fortement l’accès humanitaire. Au Sud-Kivu, 60% des routes sont difficilement praticables ou infranchissables affectant la capacité des humanitaires à acheminer l’aide d’urgence aux personnes vulnérables.