DRC - ReliefWeb News

Syndicate content
ReliefWeb - Updates
Updated: 2 hours 45 min ago

Democratic Republic of the Congo: RDC: Province Orientale - Protection - Qui Fait Quoi Où (Mars 2015)

19 May 2015 - 3:19pm
Source: UN Children's Fund, Protection Cluster Country: Democratic Republic of the Congo

Democratic Republic of the Congo: RDC: Province du Katanga - Protection - Qui Fait Quoi Où (Mars 2015)

19 May 2015 - 3:12pm
Source: UN Children's Fund, Protection Cluster Country: Democratic Republic of the Congo

Democratic Republic of the Congo: RDC : Suivi et mise en œuvre des activités du projet d’Accès aux Soins de Santé Primaire dans les ZS de Banalia et Lubutu

19 May 2015 - 2:50pm
Source: Caritas Country: Democratic Republic of the Congo

Kisangani, le 18 mai 2015 (caritasdev.cd) : Dans le cadre du projet d’Accès aux Soins de Santé Primaire (ASSP), une équipe de la Caritas Congo Asbl vient d’effectuer une mission de suivi trimestriel des activités du projet essentiellement axé sur les activités de réhabilitation et de construction des structures sanitaires et des ouvrages d’assainissement (citernes, fosses à placenta, latrines et incinérateurs) dans les Zones de Santé (ZS) de Bengamisa et de Banalia (en Province Orientale) ainsi que celle de Lubutu dans le nord Maniema. Cette mission s’est déroulée du 18 au 25 avril 2015, rapporte caritasdev.cd.

Le projet Accès aux Soins de Santé Primaires, ASSP s’inscrit dans le cadre de l’accélération de l’atteinte des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) 4 et 5 en RDC à savoir réduire la mortalité des enfants âgés de moins de 5 ans et améliorer la santé maternelle.

Financé par le Gouvernement britannique par le biais de son agence de développement international (DFID), agissant en collaboration avec l’Agence Suédoise de Développement International (ASDI), le projet ASSP apporte un appui global qui s’aligne aux priorités nationales telles que définies dans le Plan National de Développement Sanitaire (PNDS) à 56 zones de santé reparties dans 5 provinces (Kasaï Occidental, Equateur, Province Orientale, Maniema et Sud-Kivu)

Ce projet est mis en œuvre par le consortium piloté par IMA Worldhealth, comportant en son sein, les partenaires d’assistance technique et ceux de mise en œuvre, dont Caritas Congo Asbl qui a reçu la responsabilité pour 13 Zones de santé.

En début de la 3ème année de sa mise en œuvre, amorcée depuis le 1er Avril 2015, le projet est en pleine phase de développement après la première, essentiellement marquée par les investissements.

L’approvisionnement en médicaments effectif, la prime locale augmentée…

L’appui du projet en termes d’approvisionnement en médicaments et de mise à disposition des fonds au départ du pool de Kisangani en Province Orientale vers le sous- pool de Lubutu (dans le Nord Maniema) est effectif. Cependant, un retard constaté dans la finalisation des procédures administratives et un déficit communicationnel entre les deux structures de coordination (Pool et Sous pool) entravent la fluidité dans la transmission de cet appui.

En outre, la disponibilité des médicaments s’améliore dans les Zones de Santé. Ceci contribue au respect de la tarification forfaitaire avec une amélioration de la réalisation des recettes au niveau des structures de santé. Par conséquent, il y a une augmentation de la prime locale. C’est le cas de l’Hôpital Général de Référence (HGR) de Banalia où le cadre le mieux payé est passé de 40.000 Francs Congolais (FC) à 63.000 FC, pendant que le moins payé passe de 6.000 FC à 12.000FC. Par ailleurs, le Centre de Santé de référence de Mengué, à titre illustratif, a commencé à réaliser 920.000 FC de recettes mensuelles.

Toutefois, l’absence d’institution bancaire et/ou de transfert des fonds constitue le principal obstacle au transfert prompt des fonds.

Les feedbacks de la validation de commandes des médicaments par la Division Provinciale de Santé (DPS) Maniema ne sont pas transmis à l’HGR de Lubutu où l’on continue à déplorer une marge entre les médicaments commandés et ceux reçus allant dans les deux sens (excès comme déficit).

« La présente mission nous a permis de circonscrire les dysfonctionnements qui entravent le déroulement harmonieux de la mise en œuvre du volet construction et réhabilitation dans le pool de Kisangani. Ces dysfonctionnements sont consécutifs à un déficit de suivi technique du déroulement des travaux et à un déficit de leadership dans le management des activités sur terrain », a déclaré Docteur Florent Kalenga, chargé de programme ASSP.

Burundi: Burundi: ICRC appeals for restraint

19 May 2015 - 12:50pm
Source: International Committee of the Red Cross Country: Burundi, Democratic Republic of the Congo, Rwanda, United Republic of Tanzania

Bujumbura/Geneva (ICRC) – The International Committee of the Red Cross (ICRC) is extremely concerned about the tense pre-election atmosphere in Burundi and its humanitarian impact on the people of that country. The organization is appealing for calm among all parties involved and asks that health-care staff be allowed to do their work safely and that medical facilities not be interfered with.

"We are very troubled by the repercussions of the violence that has taken place in Burundi," said Georgios Georgantas, head of the ICRC delegation in the country. Events in recent weeks have already resulted in several deaths and more than 370 wounded people. Hundreds of people have been arrested, and more than a hundred thousand Burundians have fled across the country's borders.

"People must remember that human life and dignity have to be respected at all times, and that health-care staff and medical centres must be spared from, and protected against, acts of violence and vandalism," said Mr Georgantas. The ICRC is also requesting that the orders issued to police comply with prevailing standards and regulations so that the use of force will be kept to an absolute minimum.

The crisis has given rise to humanitarian needs in the capital Bujumbura and in neighbouring countries, forcing the ICRC to step up its efforts. In Burundi, ICRC delegates visit those who have been arrested to ensure their living conditions and the treatment they are receiving are in line with international standards. The organization also provides medicines and medical equipment to the prison authorities as needed.

The ICRC is supporting the Burundi Red Cross, which has set up three first-aid posts in various neighbourhoods of the capital to assist and evacuate the injured. First-aiders from the National Society were provided 130 first-aid kits and 85 body bags, along with logistical and communications support (radios, vehicles and fuel).

Efforts to restore contact between separated family members are being coordinated with the National Red Cross Societies of Burundi's neighbours. In Rwanda, where around 26,000 people have fled in recent weeks according to government estimates, more than 2,800 telephone calls were set up, allowing over 1,700 families to get back in touch. In addition, some 400 children separated from their parents have been registered, and 190 of them were able to contact their family in Burundi.

In Tanzania, 120 unaccompanied children have been registered, and nearly a thousand phone calls have taken place. At least 43 families have been reunited in the refugee camp near Kigoma.

The ICRC is closely monitoring the refugee situation in the Democratic Republic of the Congo, where three unaccompanied children have already been registered.

The ICRC has been active in Burundi since 1993. It regularly holds training sessions on international humanitarian law for soldiers in the Burundian army who are called on to help the police with crowd control.

For further information, please contact:

Pierre Dushimirimana, ICRC Bujumbura, tel: +257 79932927

Jean-Yves Clémenzo, ICRC Geneva, tel: +41 22 730 22 71 or +41 79 217 32 17

Burundi: Red Cross appeals for restraint as Burundi unrest drags on

19 May 2015 - 12:50pm
Source: Agence France-Presse Country: Burundi, Democratic Republic of the Congo, Rwanda, United Republic of Tanzania

Geneva, Switzerland | AFP | Tuesday 5/19/2015 - 16:35 GMT

The Red Cross on Tuesday called for restraint in Burundi in the aftermath of a failed coup and expressed "serious concern" over the continuing violence.

The appeal came as protesters opposed to President Pierre Nkurunziza's bid to secure a third term pressed on with demonstrations, prompting firing by security forces.

"We are very concerned with the consequences of the violence that is rocking Burundi," said Georgios Georgantas, the head of the International Committee of the Red Cross in the country.

In a statement issued in French, he called for all players to respect "lives and human dignity" and appealed "for restraint from all sides."

He said "the use of force should be limited to the minimum level" and stressed that medical facilities should not be targeted in the unrest.

At least 20 people died in weeks of street battles with security forces before demonstrations ended last week when generals launched a failed coup attempt. But protests resumed again on Monday.

Opposition and rights groups say that Nkurunziza's bid for a third five-year term in power is against the constitution and the terms of the peace deal that brought an end to the country's 13-year civil war in 2006.

The United Nations says more than 100,000 people have fled Burundi since early last month when the unrest began for the neighbouring countries of Rwanda, Tanzania and Democratic Republic of Congo.

UN refugee agency spokeswoman Karin de Gruijl said last week that nearly 70,200 people had fled to Tanzania, 26,300 to Rwanda and nearly 10,000 to the South Kivu region of DR Congo.

The Red Cross said 400 children unaccompanied children were registered in Rwanda and 120 in Tanzania.

ach/pjt/pvh

Burundi: Burundi : le CICR lance un appel à la retenue

19 May 2015 - 12:29pm
Source: International Committee of the Red Cross Country: Burundi, Democratic Republic of the Congo, Rwanda, United Republic of Tanzania

Bujumbura / Genève (CICR) – Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) est vivement préoccupé par le climat de tensions pré-électorales qui règne au Burundi, et par les conséquences humanitaires qu'il entraîne pour la population. Le CICR lance ainsi un appel à la retenue à toutes les parties en présence, et demande que les personnels de santé et les structures médicales soient respectés.

« Nous sommes très inquiets des conséquences des violences qui secouent le Burundi », explique Georgios Georgantas, chef de la délégation du CICR dans le pays. Les événements des dernières semaines ont déjà fait plusieurs morts et plus de 370 blessés. Des centaines de personnes ont en outre été arrêtées, et plus d'une centaine de milliers de Burundais ont fui vers les pays limitrophes.

« Nous rappelons que la vie et la dignité humaines doivent en tout temps être respectées, et que le personnel soignant et les structures médicales doivent être épargnés et protégés contre tout acte de violence ou de vandalisme », poursuit M. Georgantas. Le CICR demande également que les instructions données aux forces de l'ordre soient conformes aux normes et règlements en vigueur, afin de limiter l'emploi de la force au minimum nécessaire.

Pour pouvoir répondre aux besoins humanitaires engendrés par la crise dans la capitale Bujumbura et dans les pays voisins, le CICR a dû intensifier ses activités. Au Burundi, ses délégués visitent les personnes arrêtées, afin de s'assurer que leurs conditions de détention et le traitement qui leur est réservé respectent les normes internationales. En cas de besoin, l'institution fournit des médicaments et du matériel médical aux autorités détentrices.

Le CICR soutient également la Croix-Rouge du Burundi, qui a établi trois postes de premiers secours dans différents quartiers de la capitale, pour venir en aide aux personnes blessées et les évacuer. À cette fin, 130 trousses de premiers secours, 85 sacs mortuaires, ainsi que du matériel de communication et des moyens logistiques (radios, véhicules, carburant) ont été mis à la disposition des secouristes de la Société nationale.

Par ailleurs, un service de rétablissement de liens familiaux a été mis en place avec les Croix-Rouges des pays voisins. Au Rwanda, où environ 26 000 personnes selon le gouvernement ont trouvé refuge au cours des dernières semaines, plus de 2 800 appels téléphoniques ont été facilités, grâce auxquels plus de 1 700 familles ont pu rétablir le contact. De plus, quelque 400 mineurs séparés de leurs parents ont été enregistrés, et 190 d'entre eux ont pu reprendre contact avec leur famille au Burundi.

En Tanzanie, 120 mineurs non accompagnés ont été enregistrés et près d'un millier d'appels téléphoniques facilités. Pas moins de 43 familles ont également pu être réunies dans le camp de réfugiés installé près de Kigoma.

En République démocratique du Congo, la situation des personnes réfugiées est suivie de près, et trois enfants non accompagnés ont déjà été enregistrés.

Présent de manière permanente au Burundi depuis 1993, le CICR organise régulièrement des séances de formation au droit international humanitaire à l'intention des militaires de la Force de défense nationale, appelée à appuyer la police dans l'encadrement des manifestants.

Informations complémentaires :
Pierre Dushimirimana, CICR Bujumbura, tél. : +257 79932927
Jean-Yves Clémenzo, CICR Genève, tél. : +41 22 730 22 71 ou +41 79 217 32 17

Democratic Republic of the Congo: Rapport d’évaluation rapide de la situation post inondations de mois d’avril à Kwilu Ngongo du 29/04/2015

19 May 2015 - 11:44am
Source: UN Children's Fund Country: Democratic Republic of the Congo

Résumé de la crise :

Le samedi 19 avril 2015 aux environs de 18h00, un vent violent suivi d’une forte pluie ont causé des dégâts importants dans 3 quartiers (Mayenga, Tumba et N’Sele) de l’agglomération de Kwilu Ngongo avec un bilan de 166 maisons complètement écroulées et 63 maisons avec toitures emportées, laissant 1074 personnes sans-abris (Cfr bulletin d’Information de la Croix-Rouge datant du 21 avril).

Cette situation a poussé des nombreuses familles sinistrées à trouver refuge dans des familles d’accueil (voisins, membres de familles) où des conditions de logement sont précaires et laissent présager une proximité pouvant favoriser la propagation des maladies contagieuses et autres actes de viol. La perte d’habitat affecte également les moyens de substance dans la mesure où les biens productifs et autres biens essentiels ont été détruits et/ou emportés par le vent et les pluies.

La population qui a été la plus affectée est de la basse classe (la plus défavorisée) habitant des maisons construites en semi durables qui n’ont pas pu résistées à la tempête. La zone affectée est totalement accessible et les conditions sécuritaires y sont bonnes.

Les conséquences à craindre à court terme est le séjour prolongé des familles sinistrées dans les familles d’accueil, ce qui risque d’augmenter les facteurs de contagion à la suite à la promiscuité, l’insécurité alimentaire due à la dépendance des familles sinistrées vis-à-vis des familles d’accueil ainsi que le risque de malnutrition, tout ceci fragilisant la résilience de la population affectée.

En dehors des efforts fournis par la croix rouge locale qui s’occupe de l’identification des familles affectées ainsi que des activités de sensibilisation pour la promotion de l’hygiène, les familles affectées n’ont pas bénéficié d’autres formes d’appui.

Burundi: UNHCR regional update: Burundi situation No. 0013 (as of 19 May 2015)

19 May 2015 - 10:58am
Source: UN High Commissioner for Refugees Country: Burundi, Democratic Republic of the Congo, Rwanda, United Republic of Tanzania

Highlights

  • Tanzanian authorities announced the outbreak of cholera among Burundian asylum seekers in the local media. Eight deaths occurred in Kagunga Village, while nine were at Kigoma Regional Hospital, according to health officials in Kigoma and UNHCR.

  • The UNHCR Representative confirmed that the deaths indeed were due to cholera and that all persons with acute watery diarrhea will now be treated as if they have cholera. Efforts to cut the chain of transmission are being made – with sanitization of the boats after every trip and other measures, as well as isolation of the sick in a specific part of Nyarugusu camp.

  • The sale of ready-to-eat food by open air vendors in Kagunga has been banned by the Ministry of Home Affairs.

  • The pilot "long walk to further safety" was launched with 36 Burundian asylum seekers (all men) successfully taking parting part yesterday, as part of the joint-Government/IOM/UNHCR strategy to evacuate asylum seekers from Kagunga.

  • The eight-hour walk was facilitated by IOM in collaboration with UNHCR. UNHCR, WFP and IOM provided water, dates and biscuits during and after the journey.

  • The Regional Commissioner provided security to escort the asylum seekers throughout the journey from Kagunga to Mikigo Village. The Government mobilized personnel to clear the path of brush, rocks and snakes.

  • The Regional Commissioner of Kigoma, UNHCR and IOM received the asylum seekers.

  • The group was transported to the Manyovu Transit Facility where they spent the night. In the morning, they were registered by UNHCR and taken to Nyarugusu refugee camp.

  • Using a participatory approach, UNHCR will use six volunteers from the group to assist with community mobilization for other asylum seekers in Kagunga to undertake a similar journey. It is expected that 10,000 asylum seekers may opt to use this alternate route as a means to leave Kagunga. UNHCR continues to evacuate using the two ships available.

Central African Republic: LRA Regional Update: Central African Republic, DR Congo and South Sudan (January - March 2015)

19 May 2015 - 9:42am
Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs Country: Central African Republic, Democratic Republic of the Congo, South Sudan, Uganda

Overview

The Lord’s Resistance Army (LRA) continues to be active and a threat to vulnerable communities in SSD, CAR and DRC. The trend in LRA attacks and deaths has remained constant since 2012, however a steady increase in number of abductions continues to be reported.

In Q1 of 2015, 65 LRA attacks, 16 deaths and 196 abductions were reported, representing an increase of 59 per cent, 14 per cent and 50 per cent respectively from Q4 of 2014. As compared to the same period in 2014, the number of LRA attacks remained the same at 65. The number of deaths and abductions increased by 700 per cent and 111 per cent respectively. These attacks, deaths and abductions represent 33 per cent, 44 per cent and 35 per cent of reported incidents in 2014 respectively.

An estimated 207,792 people remain displaced in LRA-affected areas of South Sudan, CAR and DRC.

Central African Republic

23 LRA attacks, 6 deaths and 33 abductions were reported in CAR in Q1 of 2015. This is a decrease of 25 per cent and 51 per cent on the number of deaths and abductions respectively over Q4 of 2014. The number of attacks in both quarters remained the same. 73 per cent, 19 per cent and 8 per cent of the attacks occurred in Haut-Mbomou, Mbomou and Haute-Kotto Prefectures respectively.
The estimated number of displaced people in LRA-affected areas is up to 18,200.

Democratic Republic of the Congo

40 LRA attacks were reported, leading to 9 deaths and 146 abductions during Q1 of 2015. Compared to Q4 of 2014, the attacks, deaths and abductions increased by 135 per cent, 50 per cent and 161 per cent respectively. Over 162,000 people remain displaced in Bas-Uélé and Haut-Uélé districts of Province Orientale due to LRA activity. An estimated 9,238 CAR refugees remain hosted in the area although only a portion of these fled due to LRA activism.

South Sudan

South Sudan hosts 16,042 DRC and 2,047 CAR refugees. 2 LRA attacks where 1 person was killed and 17 abducted was reported in Q1 of 2015 compared to 1 attack and 7 abductions in all of 2014.

World: Global Emergency Overview Snapshot 13-19 May 2015

19 May 2015 - 8:51am
Source: Assessment Capacities Project Country: Afghanistan, Bolivia (Plurinational State of), Burundi, Cameroon, Central African Republic, Chad, Colombia, Democratic People's Republic of Korea, Democratic Republic of the Congo, Djibouti, Eritrea, Ethiopia, Gambia, Guinea, Haiti, India, Iraq, Jordan, Kenya, Kiribati, Lebanon, Liberia, Libya, Malawi, Mali, Mauritania, Myanmar, Namibia, Niger, Nigeria, occupied Palestinian territory, Pakistan, Philippines, Senegal, Sierra Leone, Somalia, South Sudan, Sudan, Syrian Arab Republic, Uganda, Ukraine, Vanuatu, World, Yemen

Iraq: Islamic State have taken control of Ramadi. 500 died and 42,840 people fled fighting in the city over 16–17 May, adding to the 180,000 displaced in Anbar since early April. Access to new IDPs in Habbaniyah, Khadiyah district, is limited due to insecurity, and health concerns are growing.

Sudan: Fighting between Southern Reizeigat and Maaliya tribes in Abu Karinka, East Darfur, has reportedly displaced up to 24,000 households – 168,000 people. Those who remain have been cut off from water, food, and fuel aid. Measles cases have climbed to 4,127 so far this year, with West Darfur the worst-affected state.

Burundi: Displacement has increased sharply with the worsening political crisis. 105,000 people are seeking asylum in neighbouring countries, including 78,000 in Tanzania, where living conditions are worsening rapidly. Political protests continue in Burundi, despite the President warning that protesters will be considered accomplices of perpetrators of the attempted coup.

Myanmar: 6,000–8,000 Rohingya and Bangladeshis – most from Myanmar – are thought to be at sea and unable to reach shore. Many are adrift and in severe need of water and food.

Updated: 19/05/2015. Next update: 27/05/2015

Global Emergency Overview Web Interface

Burundi: UNHCR Regional Update 2 - Burundi Situation, 18 May 2015

19 May 2015 - 3:47am
Source: UN High Commissioner for Refugees Country: Burundi, Democratic Republic of the Congo, Rwanda, United Republic of Tanzania

HIGHLIGHTS

  • Over 112,000 Burundian refugees and asylum-seekers have arrived in the neighbouring countries of the Democratic Republic of the Congo (DRC), the United Republic of Tanzania and Rwanda since the beginning of April 2015. This indicates an increase of over 60,000 new arrivals in the past ten days.

  • In Tanzania, the number of new arrivals has risen dramatically over the past few days with local immigration authorities reporting that over 50,000 Burundians are in Kagunga, a peninsula on the shore of Lake Tanganyika.

  • The coup attempt on 13 May in Bujumbura, whilst President Pierre Nkurunziza was in Dar es Salaam, Tanzania, was thwarted by troops loyal to the Government. The 13th Extra Ordinary Summit of the East African Community (EAC) Heads of State sought to identify ways to resolve the current crisis in Burundi. It was, however, overshadowed by events in the country. The situation in Burundi remains tense with sporadic outbursts of violence.

KEY FIGURES

112,462 New Burundian refugees in the neighbouring countries since the beginning of April 2015 21,543 Refugees in Mahama camp in Rwanda (17 May) 22,293 Refugees in Nyaragusu camp in Tanzania (17 May)

PRIORITIES

  • Relocation of refugees to safety away from border areas.
  • Preparation of refugee sites allocated by governments of host countries.
  • Life-saving multi-sector emergency protection and assistance interventions.
  • Identification and protection of children including family tracing, family reunification and alternative care arrangements for unaccompanied and separated children.
  • Prepositioning of relief items for anticipated mass influxes to neighbouring countries.

Democratic Republic of the Congo: Lancement de DRR3 : 12 000 ex-combattants concernés

18 May 2015 - 10:36pm
Source: Radio Okapi Country: Democratic Republic of the Congo

Le ministre de la Défense a lancé le week-end dernier, la troisième phase du programme national de démobilisation, désarmement et réinsertion à la base militaire de Kitona dans la province du Kongo Central.

Cette phase concerne douze mille combattants issus de tous les groupes armés pour une période de quatre ans.

  • Quelle évaluation faire du programme DDR depuis son lancement en RDC ?

Participent au débat de ce soir:

  • Professeur Grevisse Ditend, coordonnateur de l’Unité d’Exécution du Programme National de Démobilisation, Désarmement et Réinsertion (UE-PNDDR).

  • Maitre Juvenal Munubo, député national. Il est rapporteur de la sous-commission « Forces armées » de la commission « Défense et sécurité » de l’assemblée nationale. Il est également ancien chargé des programmes DDR/Enfants à la Caritas Goma de 2006 à 2011.

  • Didier Bitaki, spécialiste en droit international et expert en question des groupes armés.

Vous pouvez laisser votre commentaire ou poser une question en nous écrivant à dec@radiookapi.net.

Vous pouvez aussi nous appeler au numéro (+243) 818906678 ou encore nous envoyer un SMS au (+243) 810515778.

N’oubliez pas de joindre à tous vos messages un numéro de téléphone (+ le préfixe du pays où vous résidez) pour que nous puissions vous rappeler en cas de besoin.

Vous pouvez laisser un commentaire sur la page Facebook de l’émission Dialogue entre congolais-Radio Okapi. http://www.facebook.com/pages/Dialogue-entre-congolais-Radio-Okapi

Écouter

Télécharger

Democratic Republic of the Congo: Katanga : la Monusco et le Pam évaluent la situation sécuritaire à Malemba Nkulu

18 May 2015 - 10:33pm
Source: Radio Okapi Country: Democratic Republic of the Congo

Une mission conjointe Monusco et Programme alimentaire mondial (Pam) séjourne depuis le week-end dernier dans le groupement de Kabumbulu en territoire de Malemba Nkulu au Katanga. Le but de leur mission est d’évaluer la situation sécuritaire et humanitaire après les affrontements survenus au mois de mars dernier entre les Maï-Maï conduits par Mvuende et les éléments de la Police nationale congolaise (PNC).

D’après le président de la société civile de Kabumbulu, ce groupement est sinistré et nécessite une intervention humanitaire.

La population fait face à plusieurs difficultés. La plupart de ceux qui avaient fui ont perdu leurs champs ainsi que leurs biens. Ils essaient de repartir à zéro, mais sont sans assistance. Certains recourent à la pêche, là aussi, il n’y a pas assez de poissons.

Depuis que des affrontements sont survenus dans ce groupement, aucune autorité politique et administrative ne s’y est rendue, d’après des sources locales.

Selon le chef de groupement, un calme est actuellement observé dans le groupement Kabumbulu. 90% de la population qui avaient fui les affrontements sont déjà de retour. Le reste traine encore en brousse et dans les familles d’accueil.

Kabumbulu est un groupement composé de 18 villages dont la plupart sont sous le contrôle de Nvuende, le cas de Kasompwe, Ngobila, Banza Mbuyu, Kinyembo, Kimbayo, Kinda 1, Kinda 2 et Mujinya.

Democratic Republic of the Congo: Les combattantes du sida en République démocratique du Congo

18 May 2015 - 10:25pm
Source: Médecins Sans Frontières Country: Democratic Republic of the Congo

C’est l’histoire d’une lutte. L’histoire de deux femmes, Elise et Philomène, l’une adolescente, l’autre mère de famille, toutes deux séropositives. Dans cette lutte que Philomène et Elise ont chacune à leur manière menée contre la maladie, c’est le dépistage et le traitement qui ont fait toute la différence.

C’est l’histoire d’une petite fille de 12 ans qui a cessé de se battre. Elise est née de parents séropositifs, son papa est décédé du sida. Une minuscule fragile petite puce de 30 kilos à peine qui a consacré toute son énergie à lutter contre le virus qui la détruisait de l’intérieur. Tellement petite que c’est dans un berceau que les médecins l’ont couchée quand elle est venue à l’hôpital. L’histoire d’Elise nous raconte les failles d’un système. Elle nous raconte qu’en République démocratique du Congo (RDC), 87 personnes meurent chaque jour du sida parce que le dépistage et les médicaments ne sont pas accessibles. Parce que le traitement pour enfants n’était pas disponible, la petite Elise n’avait reçu que des médicaments pour adulte pendant la majeure partie de sa vie. Des médicaments trop forts, que son petit corps ne pouvait pas tolérer. Elise a combattu avec toute son énergie pour être plus forte que le virus. Elle s’est éteinte à l’hôpital le 10 novembre dernier.

Et puis il y a l’histoire de Philomène, une femme douce et forte à la fois, énergique et déterminée. Philomène est le symbole de tout ce que peut être la vie positive, dans toutes ses dimensions, pour autant que les patients aient accès au traitement. Depuis l’annonce du diagnostic, cette mère de famille est sous traitement. Son mari, ses enfants sont séronégatifs. Correctement soignée depuis quatorze ans, cette femme de 47 ans est en bonne santé et mène une vie normale, qu’elle a choisi de dédier aux autres, en prenant part au combat pour la reconnaissance des droits des personnes vivant avec le VIH et en apportant son soutien à ceux qui souffrent de la maladie.

Dans cette lutte que Philomène et Elise ont à leur manière menée contre la maladie, c’est le dépistage et le traitement qui font toute la différence. En République démocratique du Congo, 366 000 personnes sont privées du traitement qui pourrait leur sauver la vie.

Témoignage d'Elysée, patiente séropositive prise en charge par MSF

« Cela fait six jours que je suis ici au Centre MSF de Kabinda. A mon arrivée, j’étais bien plus mal en point. Je ne pouvais plus me redresser ni tenir debout. Maintenant, je vais mieux. J’ai un peu mal, surtout au niveau du flanc, mais lorsque ces douleurs auront disparu, je pourrai rentrer chez moi. C’est une maladie pénible et douloureuse … Mais c’est comme ça ! Il faut vivre et faire avec.

Je suis née et j’ai grandi à Kinshasa. Pourtant, je n’avais jamais entendu parler de ce centre. Les gens ne parlent pas du VIH ici, c’est un sujet tabou.

Tout a commencé il y a cinq ans. A l’époque, je travaillais dans un magasin de vêtements et j’ai commencé à maigrir terriblement. Mes proches s’en sont aperçus. C’est ma sœur qui m’a emmenée ici, et c’est ici que j’ai appris que j’étais séropositive. Je ne comprenais pas… je me disais : « Je ne me suis jamais prostituée, comment ai-je pu attraper le VIH ? J’étais mariée – alors comment ai-je pu être contaminée ? » Comme je continuais à maigrir, j’ai été suivie dans un autre centre de santé. J’ai commencé à prendre des médicaments mais j’étais un peu négligente. Si j’avais continué à bien prendre les médicaments, je n’aurais jamais été dans l’état dans lequel je me trouve aujourd’hui.

A un certain moment, j’avais vraiment perdu tout espoir. Ma famille, mes quatre frères, tous m’ont abandonnée. Mon mari a fini par envoyer nos enfants dans un autre village. C’est lui qui m’a transmis le VIH, contaminé par une jeune femme du quartier. Quand j’ai commencé à perdre du poids, il m’a répudiée et a épousé une autre femme. Quel choc ! J’ai fait une dépression et les malheurs ont commencé à s’enchaîner. Le plus souvent, les proches vous abandonnent quand ils découvrent votre séropositivité. Ils vous jettent et vous tournent le dos.

Des gens ont profité de ma maladie pour venir chez moi. Ils ont tout pris, tout ce qu’ils pouvaient car ils pensaient que j’allais mourir. Cela m’a tellement traumatisée que j’ai fait une rechute. Quand je serai à nouveau en bonne santé, je prendrai soin de mon apparence et personne ne devinera que je suis séropositive.

J’ai dépensé tout mon argent dans les centres de santé et les hôpitaux. Lorsque je n’ai plus eu d’argent, on m’a jetée hors du centre. Un médecin a dit qu’ils ne pouvaient pas me laisser mourir comme ça et j’ai donc été transférée à l’hôpital MSF de Kabinda. Si je n’avais pas eu cette chance, je serais morte.

Ici au centre, c’est différent. A votre arrivée, ils changent les draps, ils vous donnent quelque chose à manger, même si vous avez mouillé le lit. Ce n’est pas grave. Ils vous lavent pour que vous soyez propre. Un médecin nous donne des explications sur les médicaments que nous prenons et en cas de rechute, vous revenez. Et s’ils constatent que vous n’êtes pas bien du tout, ils vous gardent ici pour vous soigner. Il y a toujours de l’électricité et de l’eau courante. Certains patients ne veulent pas partir car les conditions de vie sont meilleures ici. »

Democratic Republic of the Congo: RDC : Caritas Butembo-Beni plaide pour plus de 72.300 personnes déplacées suite aux massacres des ADF

18 May 2015 - 10:06pm
Source: Caritas Country: Democratic Republic of the Congo

Beni, le 18 mai 2015 (caritasdev.cd) : Depuis octobre 2014 jusqu’à ce jour, plus ou moins 12.050 ménages (soit environ 72.300 âmes) sont déplacés au sein des familles d’accueil dans les localités qui sont plus ou moins sécurisées (MAVIVI, MBAU, OICHA, ERINGETI) se trouvant le long de la route nationale numéro 4 sur l’axe Beni-Eringeti, au Nord-Kivu. Pendant plus d’un semestre, l’accès aux champs est impossible suite à l’insécurité récurrente, causée par les rebelles ougandias des ADF-Nalu dans les zones où se trouvent les champs. Pourtant, c’est surtout de l’activité champêtre que cette population sinistrée vit! Dans ce contexte, la population en proie à l’insécurité alimentaire se risque sur le chemin qui mène vers leurs champs, faute de mieux. Dans ce chômage «imposé », plusieurs ménages ont du mal à payer la scolarité, les soins médicaux dans une zone où la malaria est endémique… « La situation est tellement alarmante qu’une assistance humanitaire consistante se révèle urgente pour tout l’axe BENI-ERINGETI, aussi bien pour les ménages déplacés que pour les familles d’accueil », plaide Caritas Butembo-Beni.

En fait, à l’espace de 15 mois, le carnage perpétré en ville et territoire de Beni a fait plus de 300 morts. Il s’agit de paisibles citoyens, dont la plupart tués par armes blanches (machettes, haches,…). Le signe avant-coureur de ce massacre remonte entre le 11 et le 17 décembre 2013, sur l’axe Mwenda-Kikingi (en secteur de Ruwenzori, au pied du mot Ruwenzori) où 22 personnes avaient été tuées et auraient été massacrés par les rebelles ougandais des ADF-NALU. C’est après une année, en octobre 2014, que le « ratissage » de paisibles citoyens a pris de l’ampleur sur la partie septentrionale du Diocèse de Butembo-Beni, au Nord du territoire de Beni et en pleine ville de Beni, dans la Province du Nord-Kivu.

« Malgré l’expédition punitive des militaires des Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC), conjointement avec la MONUSCO, le SPECTRE DU CARNAGE PLANE ENCORE SUR LE TERRITOIRE DE BENI, DIOCESE DE BUTEMBO-BENI », déplore la Caritas Butembo-Beni dans un rapport circonstanciel daté du 08 mai 2015.

Cette furie meurtrière n’épargne même pas les Casques Bleus de l’ONU. En effet, dans la soirée du mercredi 05 mai 2015, les casques bleus tanzaniens en patrouille sur la nationale N°4 sont tombés dans une embuscade, tout comme le véhicule d’un homme d’affaire de la ville de Butembo en provenance de la Province Orientale, et transportant de la bière en partance pour Butembo. C’est à deux kilomètres de Mayimoya sur l’axe Beni-Eringeti, au Nord de la ville de Beni que l’événement malheureux s’est passé.

Mgr Sikuli : « Nous attendons la paix »

Dénonçant le carnage perpétré du 15 au 16 avril dernier, l’Evêque de Butembo-Beni avait pour sa part exprimé son impatience face à ces massacres à répétition. « Nos autorités gouvernementales se remuent sans cesse pour révéler, je m’imagine, l’énigme de cette tragédie sans nom. Nous sommes impatients d’en savoir plus et sommes dépassés par les événements. Nous attendons la paix de tout cœur », a martelé Mgr Sikulu Paluku Melchisédech, resté toujours sans nouvelles de trois prêtres Assomptionnistes de son Diocèse disparus depuis plusieurs mois déjà dans cette partie de la RDC. Guy-Marin Kamandji

Democratic Republic of the Congo: Reddition d’environ 300 miliciens de la FRPI en Ituri

18 May 2015 - 10:04pm
Source: Radio Okapi Country: Democratic Republic of the Congo

Environ 300 miliciens de la Force de résistance patriotique de l’Ituri (FRPI) se sont rendus, dimanche 17 mai, aux Forces armées de la RDC (FARDC) et à la Monusco, à Bukiringi, localité située au Sud de Bunia, chef-lieu de l’Ituri (Province Orientale). Le nouveau chef de ces combattants, Mbadu Adirodu, a affirmé que d’autres miliciens suivront cette vague pour déposer les armes. Des sources militaires de la région indiquent que la première colonne de miliciens FRPI a été aperçue dimanche à Bukiringi aux environs de 13 heures locales.

Ces miliciens ont été conduits par leur nouveau chef Mbadu Adirodu qui espère, avec l’assistance des autorités militaires sur terrain, parcourir, dès ce lundi, d’autres villages de la chefferie de Walendu Bindi pour sensibiliser d’autres miliciens encore réfractaires au processus de Désarmement, démobilisation et réinsertion (DDR) à déposer les armes.

Jusque-là, le chef milicien n’a encore rien dit de ce que lui et ses hommes attendent en retour du gouvernement congolais à l’issue de cette reddition volontaire.

De son côté, le général Jean-Pierre Bongwangela, commandant de la 32è région militaire, déclare que la sécurité est garantie aux miliciens qui se rendent volontairement.

La Monusco quant à elle, promet d’assurer toute la logistique pouvant accompagner le processus de démobilisation de ces miliciens.

Il s’agit notamment d’assurer le transport pour leur évacuation vers le centre de transit de Rwampara mais également pour la prise en charge totale des miliciens pendant leur bref séjour dans ce centre de transit.

Le chef de bureau local de la mission onusienne à Bunia, M’Hand Ladjouzi, pose cependant deux conditions aux miliciens : la remise totale des armes et la libération des enfants pris en otage.

Cette reddition des miliciens FRPI intervient après que l’armée congolaise a lancé une offensive contre leurs positions dans la chefferie de Walendu Bindi, en territoire d’Irumu, Province Orientale.

Le bilan provisoire de cet assaut avait fait état de deux miliciens tués et un militaire blessé, selon le commandant second du secteur opérationnel des Forces armées de la RDC (FARDC) en Ituri.

Ces attaques sont notamment lancées dans les villages de Nahigo et dans les montagnes de Bukiringi.

Le commandant second du secteur opérationnel avait précisé que cette offensive vise à démanteler toutes les positions des miliciens dans ces lieux d’où ils voulaient se réorganiser.​

Burundi: UNHCR regional update: Burundi situation No. 0012 (as of 17 May 2015)

18 May 2015 - 3:24pm
Source: UN High Commissioner for Refugees Country: Burundi, Democratic Republic of the Congo, Rwanda, United Republic of Tanzania

Highlights

  • The UN refugee agency is taking urgent measures, in collaboration with authorities in Tanzania, to contain the spread of a severe watery diarrhoea outbreak among newly arrived Burundian refugees.

  • Seven people have been reported dead since Wednesday. Two specimens have preliminary been diagnosed as cholera, but we are awaiting official confirmation from a reference laboratory.

  • Over 100 Burundians in Nyarugusu - in the western province of Kigoma - are being treated for severe watery diarrhoea. Another 300 people are being treated for watery diarrhoea at Kagunga – near the Tanzanian border - and at the Stadium in Kigoma. Numbers could rise.

  • There is ongoing environmental sanitation, hygiene, and health education in Nyarugusu focusing on cholera prevention. Active case surveillance is underway to ensure early detection of patients, which is crucial.

Syrian Arab Republic: R2P Monitor - 15 May 2015, Issue 21

18 May 2015 - 1:43pm
Source: Global Centre for the Responsibility to Protect Country: Burundi, Central African Republic, Democratic Republic of the Congo, Iraq, Libya, Myanmar, Nigeria, South Sudan, Sudan, Syrian Arab Republic, Yemen

R2P Monitor:

  • Provides background on populations at risk of mass atrocity crimes, with particular emphasis on key events and actors and their connection to the threat, or commission, of genocide, war crimes, ethnic cleansing and crimes against humanity.

  • Offers analysis of the country’s past history in relation to mass atrocity crimes; the factors that have enabled their possible commission, or that prevent their resolution; and the receptivity of the situation to positive influences that would assist in preventing further crimes.

  • Tracks the international response to the situation with a particular emphasis upon the actions of the United Nations (UN), key regional actors and the International Criminal Court (ICC).

  • Suggests necessary action to prevent or halt the commission of mass atrocity crimes.

Syria {p. 2}
Iraq {p. 4}
Sudan {p. 5}
South Sudan {p. 7}
CAR {p. 9}
Nigeria {p. 11}
DR Congo {p. 12} Burundi {p. 14}
Burma/Myanmar {p. 15}
Libya {p. 16}
Yemen {p. 18}

Burundi: OCHA Eastern Africa/Flash Update 7 - Elections Crisis in Burundi and Regional Impacts, 18 May 2015

18 May 2015 - 12:16pm
Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs Country: Burundi, Democratic Republic of the Congo, Rwanda, United Republic of Tanzania

General update

Following a pause over the weekend, protests resumed today in some areas (Nyakabiga, Musaga, Ngagara, Mutakura, Cibitoke) of the Burundian capital, Bujumbura, despite a communiqué from Burundi’s foreign ministry warning that “protestors will be treated as accomplices” of those who staged last week’s attempted coup d’état. The communiqué also warned that the ban on protests would be valid through the electoral period (currently foreseen to continue through August), and noted that the Government would consider calls to slightly postpone communal and legislative elections planned for 26 May, while making no mention of the presidential election planned for 26 June.

The UN High Commissioner for Human Rights, Zeid Ra’ad Al Hussein, on Friday said there was a real risk of Burundi descending into further chaos, and called upon authorities to ensure that the instigators of the failed coup were not harmed and that there were no reprisals against their perceived supporters, journalists, human rights defenders and the many ordinary civilians who have been protesting against a third-term bid for President Nkurunziza. He also called for a re-opening of all media outlets, the respect for the independence of journalists, and the urgent need to ensure the safety of human rights defenders, some of whom had gone into hiding, fearing for their lives. “Those who incite or engage in acts of mass violence should be aware that they are liable to be prosecuted by competent judicial bodies, as reflected in the recent statement by the Chief Prosecutor of the International Criminal Court,” the High Commissioner warned. Zeid also voiced concerns that the intimidation of civilians, including by the armed militia (“Imbonerakure”) attached to the youth movement, could result in an even greater humanitarian crisis.

Lockdown measures for UN personnel were lifted on Saturday with recommendations to staff to exercise caution. As a precautionary measure, non-program-critical UN staff and dependents were evacuated this weekend.

Democratic Republic of the Congo: Nord-Kivu: les FDLR accusés d’exactions au Sud de Lubero

18 May 2015 - 10:38am
Source: Radio Okapi Country: Democratic Republic of the Congo

La situation reste préoccupante dans plusieurs localités du territoire de Lubero au Nord-Kivu. La société civile et les activistes des droits de l’homme indiquent que les FDLR/Foca continuent à commettre des crimes et de graves violations des droits de l’homme contre les populations civiles. Elles redoutent des révoltes au sein de la population.

Les exactions des FDLR sont signalées dans les localités de Miriki, Fatua, Bunama Mashuta, Buleusa, Bukumbirwa, Rusammabu … Ces villages sont situés dans les groupements Bamate, Itala, Bunzoa, Ikobo, à cheval entre les territoires de Lubero et Walikale.

Selon des sources locales, le chef de localité Bunama (chefferie Batangi), Kisangani Kambale, a été décapité vendredi 15 mai et sa tête, emportée par les assaillants. Quatre tombes ont également été découvertes dimanche à Miriki par la population locale et le chef du village.

Dans la même région, des sources signalent qu’une personne a été tabassée et enterrée vivant par ces FDLR\Foca sous le commandement du colonel Kizito.

L’administrateur du territoire, Bokele Joy, reconnaît que la situation est très préoccupante et parle d’une “psychose permanente” qui s’est installée au sein de la population. Il affirme avoir été saisi de certains cas notamment celui du chef Kisangani Kambale, qui a été décapité vendredi.

Bokele Joy demande au Gouvernement de prendre des mesures qui s’imposent pour mettre fin à cette souffrance de la population locale.​