DRC - ReliefWeb News

Syndicate content
ReliefWeb - Updates
Updated: 4 hours 30 min ago

Burundi: UNHCR Regional Update 21 - Burundi Situation, 15 January 2016

8 February 2016 - 3:47am
Source: UN High Commissioner for Refugees Country: Burundi, Democratic Republic of the Congo, Rwanda, Uganda, United Republic of Tanzania, Zambia

HIGHLIGHTS

  • A total of 236,464 Burundian refugees and asylum-seekers have arrived in the neighbouring countries of the Democratic Republic of the Congo (DRC), the United Republic of Tanzania, Rwanda, as well as Uganda and Zambia since April 2015.

  • Refugees continue to report grave human rights violations and great difficulty in leaving Burundi. There are increasing amounts of reports of SGBV incidents committed against women in transit to countries of asylum. In the capital, attacks take place on an almost daily basis and added to these factors are the country’s rapidly deteriorating socio-economic conditions.

KEY FIGURES

236,464 New Burundian refugees in the neighbouring countries since the beginning of April 2015

FUNDING

USD 175.1 million requested for the situation for January-December 2016.
Funding levels against these requirements will be available from 25 January onward.

PRIORITIES

  • Tanzania: Pursue the relocation of refugees from Nyarugusu to Nduta and to the recently opened Mtendeli camp.

  • Rwanda: Increase border monitoring and systematize screening procedures to reduce the risk of potential recruitment.

  • DRC: Construct additional shelters to accommodate refugees currently hosted in transit centers and hosting families.

  • Uganda: Nakivale Settlement is close to its capacity with a population of 20,000 individuals.
    Site preparation at new settlement areas to be initiated.

United Republic of Tanzania: Burundi Refugee Situation in Tanzania - Daily Statistical Report (Sunday, 07-Feb-2016)

8 February 2016 - 3:37am
Source: UN High Commissioner for Refugees Country: Burundi, Democratic Republic of the Congo, Kenya, Rwanda, Sudan, Uganda, United Republic of Tanzania

Kenya: Kenya: Kakuma Camp Population Statistics (as of 8 Feb 2016)

8 February 2016 - 3:35am
Source: UN High Commissioner for Refugees Country: Burkina Faso, Burundi, Cameroon, Central African Republic, Congo, Côte d'Ivoire, Democratic Republic of the Congo, Eritrea, Ethiopia, Guinea, Kenya, Niger, Rwanda, Saudi Arabia, Somalia, South Sudan, Sudan, Uganda, United Republic of Tanzania, Yemen, Zimbabwe

Democratic Republic of the Congo: Cholera outbreaks in the West and Central Africa: 2016 Regional Update - Week 02 [EN/FR]

7 February 2016 - 11:45pm
Source: UN Children's Fund Country: Cameroon, Chad, Côte d'Ivoire, Democratic Republic of the Congo, Ghana, Niger, Nigeria, Togo

RDC : Maintien de l’alerte dans les provinces du Haut-Lomami (Bukama, Kinkondja), le Lualaba (Lubudi) et le Haut-Katanga (Kikula, Likasi et Katuba).

Avec 85 cas et 3 décès en première semaine de 2016 et 151 et 7 décès en semaine 2, l’ex-province du Katanga (Haut Katanga, Haut Lomami, Tanganyika, Lualaba) commence l’année 2016 avec une incidence parmi les plus hautes enregistrées aux mêmes périodes de 2009-2015 (voir graphique ci-contre). Il conviendrait de renforcer l’investigation des cas dans ces districts, le ciblage des interventions basées sur ces investigations afin d’améliorer l’efficacité des activités de riposte et prévenir la propagation notamment aux zones sanctuaires de choléra comme le Tanganyika. En fin de semaine 2, les cas rapportés à Kalémie, Moba et Nyemba restaient encore limités.

Pour les autres pays de la région, il n’y a pas de cas rapporté, hormis pour le Nigéria où les données épidémiologiques n’ont pas été récupérées à ce jour.

DRC: Maintining the alert in the provinces of Haut-Lomami (Bukama, Kinkondja), Lualaba (Lubudi) and Haut-Katanga (Kikula, Likasi and Katuba).

With 85 cases and 3 deaths in the first week of 2016 and 151 and 7 deaths in week 2, the former province of Katanga (now split in Haut Katanga, Haut Lomami, Tanganyika, Lualaba) has started 2016 with a high cholera incidence, compared to the ones recorded at the same period from 2009-2015 (see adjacent graphic representation). Operational actors are called on reinforcing field investigation of cholera cases to identify the routes of transmission, ensuring proper targeting of their interventions, based on field investigations so as to improve efficiency and effectiveness of the response and finally preventing further propagation to cholera-prone areas such as Tanganyika province. At the end of week 2, the number of reported cholera cases in Kalémie, Moba and Nyemba remained quite limited.

No other country of the WCA region reported cholera cases, except for Nigeria where cholera epidemiological surveillance reports could not yet be gathered up to date.

World: Evaluation of Child Friendly Spaces: Research Report - An inter-agency series of impact evaluations in humanitarian emergencies

6 February 2016 - 11:57pm
Source: World Vision Country: Democratic Republic of the Congo, Ethiopia, Iraq, Jordan, Somalia, Syrian Arab Republic, Uganda, World

Introduction

Child friendly spaces (CFS) have become a widely used approach to protect and provide psychosocial support to children in emergencies. However, little evidence documents their outcomes and impacts. There is widespread commitment among humanitarian agencies to strengthen the evidence base of programming. Recognizing this, the Child Protection Working Group (CPWG) of the Global Protection Cluster and the Inter-Agency Standing Committee (IASC) Reference Group on Mental Health and Psychosocial Support in Emergency Settings have identified research in this area as a high priority.

In response to the commitment to strengthen the evidence base for humanitarian practice and the prioritisation of CFS as a key area for research, World Vision and Columbia University, working with Save the Children, UNICEF and others, engaged in a three-year collaborative project to document the outcomes and impacts of CFS and develop capacity for rigorous evaluation.

These agencies regularly implement CFS as part of their emergency responses and agreed through this collaboration to support studies of their CFS in various crises when they occurred. Between January 2012 and September 2014, six studies were completed in five countries in Africa and the Middle East.

This report summarises the key learning from these studies and further documents lessons from the research process. An accompanying document provides tools and guidance developed through the course of the collaboration that are relevant to both impact evaluations and strong monitoring systems.

Democratic Republic of the Congo: Anomalous Precipitation Accumulation Of October, November and December 2015, DR Congo

6 February 2016 - 10:12am
Source: UNOSAT Country: Democratic Republic of the Congo

Precipitation Accumulation Analysis with GPM Derived Data (IMERG Real Time) Aquired from 1 October 2015 to 31 December 2015

This map presents the estimated anomalous precipitation accumulation for Democratic Republic of the Congo covering three periods. The months of October, November and December 2015. Highest levels of anomalous precipitation were registered during October and November 2015. This rainfall estimate was derived from the Global Precipitation Measurement ? IMERG dataset (Integrated Multi-satellite Retrievals for GPM) at a spatial resolution of approximately 0.1 degrees (~10 km) by taking an average monthly precipitations of 200mm. It is possible that precipitation levels may have been underestimated for local areas, and are not a substitute for ground station measurements.

Democratic Republic of the Congo: A Kinshasa, la colère et l'abandon des derniers "refoulés" de Brazzaville

6 February 2016 - 6:34am
Source: Agence France-Presse Country: Congo, Democratic Republic of the Congo

Kinshasa, RD Congo | AFP | samedi 06/02/2016 - 10:32 GMT

par Bienvenu-Marie BAKUMANYA

"Dieu, ne déverse plus d'eau, nos mains sont fatiguées !" Germaine Kandeka, tremblotante, les habits trempés, formule cette prière à la vue des nuages qui assombrissent subitement le ciel de Kinshasa, annonçant une nouvelle inondation de ce qui lui sert de logis après son expulsion de Brazzaville.

Comme les autres "refoulés" qui ont élu domicile sous des bâches bleues tendues le long du mur d'enceinte du stade Cardinal-Malula, dans un quartier populaire du nord de Kinshasa, cette veuve, mère de deux enfants, s'active, à l'aide de vieilles casseroles, à repousser l'eau qui déborde du caniveau et envahit leurs abris de fortune.

D'avril à septembre 2014, plus de 140.000 citoyens de la République démocratique du Congo sont rentrés précipitamment du Congo-Brazzaville après le lancement d'une opération de police musclée destinée officiellement à combattre une recrudescence du banditisme imputée aux étrangers.

Dans un climat de chasse aux "Zaïrois" accompagné de violences policières dénoncées par l'ONU et plusieurs organisation de défense des droits de l'homme, des dizaines de milliers de ressortissants de la RDC ont préféré tout abandonner et rentrer chez eux tandis que des milliers d'autres étaient expulsés manu militari.

Accueillis temporairement à Kinshasa, tous ou presque sont rentrés dans leur region d'origine ou se sont décidés à retraverser le fleuve Congo pour reprendre leur vie sur la rive opposée.

Les "refoulés" du stade Malula n'ont pas eu cette chance. Après avoir transité dans plusieurs sites, ce résidu de "167 foyers" a décidé de s'installer au coeur de Kinshasa afin que "personne" ne les oublie, explique leur président, François Okitalodi.

Selon M. Okitalodi, ils sont plus de 800 personnes au total, dont 230 enfants, à s'entasser dans la plus grande promiscuité entre le stade et la rigole d'évacuation des eaux usées qui longe la rue Kabambare.

Après les pluies torrentielles qui marquent la fin de la "petite saison sèche", les eaux noirâtres et boueuses charriant des immondices débordent de toutes parts et se jouent des sacs de sable, protection dérisoire dressée par les habitants contre les éléments.

  • 'Du travail et des parcelles' - Les fortes précipitations ont eu raison des bâches dont bon nombre, déchirées, prennent l'eau. M. Okitalodi tient en main un facture de "375 dollars pour des bâches neuves", mais où trouver cet argent ?

Venus d'un pays parmi les moins développés au monde, les "Zaïrois" (d'après l'ancien nom de la RDC) installés au Congo-Brazzaville, où les conditions de vie sont globalement un peu meilleures que chez eux, y exerçaient toutes sortes de métiers peu qualifiés.

De retour au pays, ils retrouvent la misère et l'absence de perspectives qu'ils y avaient laissées.

Les pieds dans l'eau, Léa Ndjoli, la trentaine, tresseuse de cheveux sur un grand marché de Brazzaville, porte sur ses cuisses son bébé d'à peine quatre mois, enroulé dans un linge. "Qu'est-ce que cet enfant a fait pour mériter ce sort ?", demande-t-elle.

Très remontée, Mariam Mayala, qui vendait de l'eau "en face", attribue sa fausse couche récente "aux conditions bestiales" de vie forçant "quatre foyers" à se partager un espace de 2 mètres sur 3.

Aucune installation sanitaire n'étant prévue, chacun fait ses besoins dans un récipient que l'on déverse ensuite dans la rigole qui court le long des tentes et d'où émane une odeur pestilentielle.

A moitié nus dans l'eau sale et boueuse, les enfants mendient auprès de tout passant. Malgré la pluie, ils s’accrochent aux fenêtres des voitures, espérant attirer l'attention et pouvoir s'offrir ne serait-ce qu'"un pain".

Les parents ne cachent pas leur colère vis-à-vis des autorités qu'ils accusent de les avoir abandonnés.

"Pour nous reloger (les autorités urbaines) nous ont remis 18.000 francs" congolais (environ 20 dollars), affirme M. Okitalodi, dénonçant le montant dérisoire de cette aide.

"Ils ont honte de nous regarder, ces menteurs qui nous dirigent", s'emporte Marie Tshikudi, ex-vendeuse de poisson fumé entourée de ses deux petits-fils.

La communauté dit déplorer déjà onze morts dans ses rangs depuis le mois d'août.

Alain, un jeune du quartier, déplore "le comportement agressif de certains expulsés" mais dit apprécier qu'ils aient détourné une conduite du réseau public d'eau, et qu'ils en fassent profiter les habitants du coin, qui n'ont pas accès au réseau d'adduction.

"Nous demandons qu'on nous donne du travail, des parcelles pour nous installer et nous partirons d'ici", déclare Firmin Kuba, chauffeur sans emploi, à l'attention des riverains qui manifestent publiquement leur hostilité vis-à-vis de ceux qu'ils considèrent comme des "envahisseurs".

bmb/mj/jlb

Democratic Republic of the Congo: RD Congo: Nord-Kivu: Personnes déplacées internes dans les sites de déplacement (25 janvier 2016)

6 February 2016 - 6:12am
Source: International Organization for Migration, UN High Commissioner for Refugees, CCCM Cluster Country: Democratic Republic of the Congo

Democratic Republic of the Congo: Soins de santé à faible coût pour les femmes et les enfants à Miabi

5 February 2016 - 6:35pm
Source: UN Children's Fund Country: Democratic Republic of the Congo

Posté le février 5, 2016 par Mamadou Cissé

Mamu Mushiya est une mère de famille de 38 ans qui vit à Miabi, territoire situé à 35 km de la ville de Mbuji-Mayi, dans la province du Kasai Oriental en République Démocratique du Congo. Mère de 9 enfants, Mushiya est mariée à un creuseur de diamant. La vie n’a pas été facile pour elle et sa famille après la faillite de la MIBA dont les activités constituaient l’ossature de la vie économique et sociale du Kasaï-Oriental.

« Après la faillite de la MIBA, mon mari ne travaillait plus et nous n’arrivions plus à nourrir notre famille. Mes enfants maigrissaient chaque jour et n’avaient plus l’énergie pour jouer. Je ne savais que faire. J’ai compris que trois de mes enfants souffraient de malnutrition, mais faute de moyens financiers, je ne pouvais pas les amener au Centre de Santé », nous a raconté cette maman.

« Un jour, j’étais tellement désespérée par cette misère, que je me suis mise à pleurer derrière ma maison. La femme du chef de quartier m’a interpelé et m’a demandé la raison de mes pleurs. Je lui ai confié mes problèmes et je vous assure que ce jour-là, j’ai été réconforté et l’espoir est revenu en moi», nous a déclaré mamu Mushiya.

Ce réconfort et cet espoir dont nous a parlé mamu Mushiya, c’est la mise en place de la dynamique communautaire multisectorielle au sein de son village. En effet, les membres de la communauté et les leaders se sont regroupés au sein des cellules d’animation communautaire (CAC) ont eu le souci d’être au service de leurs semblables, en leur apportant des informations vitales. Les membres du CAC, passent de ménages en ménages pour conseiller et orienter les mamans sur différents sujets.

Grâce à leurs orientations et informations, mamu Mushiya a pu amener ces trois enfants au centre de santé et ils ont été correctement pris en charge et à faible coût. « J’ai payé 1.800 FC, par enfant et j’ai pu bénéficier d’une prise en charge intégrale. Aujourd’hui, mes trois enfants sont guéris. Que demander de plus, si ce n’est mettre à l’échelle ce programme » a déclaré mamu Mushiya.

En vue de lutter contre les mortalités des enfants qui souvent surviennent à domicile, le cadre d’accélération des OMD 4&5 (CAO 4 &5) est mis en œuvre dans la zone de santé de Miabi. Cette initiative vise à améliorer la prise en charge des maladies tueuses des enfants de moins de 5 ans et des mères tant au niveau communautaire que dans les structures sanitaires. La zone de santé de Miabi a donc initié la prise en charge précoce des maladies par administration des soins post-paie.

Des cas d’urgence sont traités sans un versement préalable de frais. Nous a expliqué le Médecin Chef de la zone de santé de Miabi, le Dr. Emmanuel KANGULA. Il a souligné le fait qu’au centre de santé tout comme à l’hôpital un prix forfaitaire est fixé sur l’ensemble de la zone : les soins intégrés des moins de cinq ans sont fixés à 1800 FC (équivalent de 2 dollars américains). En temps normale ces soins auraient couté plus de 10.000 FC (équivalent de 12 dollars américains).

Parmi les bailleurs les plus importants du programme, l’on compte l’Union Européenne, qui d’ailleurs a doté la zone de santé de Miabi de douze motos, une jeep et neuf réfrigérateurs solaires, matériels de chaînes de froids au travers le Projet d’Appui au Programme des Objectifs du Millénaire pour le Développement 4 et 5. « L’appui technique de l’UNICEF a permis l’accès aux soins et service de qualité et une nette amélioration des données de la couverture vaccinale en routine et ce grâce à l’organisation de services avancés pour la récupération des enfants » a déclaré le médecin chef de zone.

Visiblement, le travail réalisé par l’ensemble des organes de participation communautaire, dont notamment la dynamique communautaire, contribue largement à l’accélération de la réduction de la mortalité chez les enfants de moins de cinq ans et les femmes enceintes. Et les résultats sont les produits d’un travail en synergie… Comme c’est le cas de maman Mushiya, dont la vie de ses trois enfants a pu être sauvée grâce aux conseils et orientations des membres du CAC.

Société Minière du Bakwanga, entreprise qui exploite le diamant au Kasai Oriental

Auteur de l’article : Mado Mwenga

Democratic Republic of the Congo: République Démocratique du Congo : Lualaba, Haut – Katanga et Haut – Lomami, Note d’informations humanitaires du 04 février 2016

5 February 2016 - 5:53pm
Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs Country: Democratic Republic of the Congo

Faits saillants

• La lutte contre le choléra doit s’intensifier à Likasi

• Quand les pluies s’en mêlent pour rendre l’accès difficile

Épidémies

Choléra

Le choléra continu à gagner du terrain de semaine en semaine dans les provinces du Haut-Katanga et HautLomami.

Depuis le 01 janvier 2016, ces deux provinces ont notifié 209 cas dont sept décès et 175 cas dont quatre décès respectivement. Cette hausse est fortement influencée par des flambées dans les zones de santé endémiques telles que Bukama, Kinkondja et Likasi.

Selon les experts de la santé, cette situation est liée à la faiblesse dans la prise en charge ; la présence de plusieurs maladies associées au choléra telles que l’infection respiratoire aigue (IRA) et le paludisme.

Réponses

Dans la ZS de Kinkondja, l’ONG ALIMA travaille en collaboration avec les équipes de la zone de santé dans la sensibilisation, la désinfection des ménages et la chloration. A Likasi, l’ONG VIPATU continue à installer les points de chloration, via le financement du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF). Cependant, le montant alloué à ces activités est insuffisant pour couvrir toutes les aires de santé affectées par le choléra.

Cependant, si l’épidémie de Likasi n’est pas maitrisée, il y a risque que cela aggrave celle de Lubumbashi, à cause de la proximité et du mouvement des populations entre ces deux villes. Des activités intensifiées dans la prévention s’avèrent aussi urgentes dans les zones de santé, foyers épidémiques.

Logistique

Plus de 10 000 personnes déplacées et retournées risquent d’être privées de leur assistance humanitaire dans les territoires de Malemba Nkulu (Province du Haut-Lomami) et de Manono (Province du Tanganyika). Le pont Mukoloji, situé dans la chefferie de Museka, Territoire Malemba Nkulu (Province du Haut-Lomami) reliant ces deux territoires est menacé d’effondrement, à cause de l’érosion provoquée par des fortes pluies qui se sont abattues entre les 15 et 16 janvier 2016.

L’écroulement de ce pont, long de 20 m -la seule voie d’accès à ces zones, en passant par le Territoire de Mitwaba- risque d’enclaver ces zones où plusieurs activités humanitaires sont en cours, dans les domaines de la sécurité alimentaire, de la santé et de la protection.

Ces zones ont été affectées, au cours du deuxième trimestre de l’année 2015, par les mouvements de populations dus à l’insécurité causée par des Mayi-Mayi Bakata Katanga et les conflits communautaires entre les Luba et Twa, l’épidémie de rougeole, et les catastrophes naturelles. Aucune évaluation de la part des autorités n’a été faite.

Plusieurs autres infrastructures routières de ces zones sont dans des mauvais états, en cette saison pluvieuse, et elles continuent à se dégrader. Si aucune réhabilitation plus approfondie n’est initiée, dans un bref délai, l’accès à la majeure partie de ces personnes vulnérables sera compromis.

Democratic Republic of the Congo: RD Congo: Provinces du Bas-Uele, Haut-Uele, de l’Ituri et la Tshopo - Note d’informations humanitaires no 2 (3/2/2016)

5 February 2016 - 5:45pm
Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs Country: Democratic Republic of the Congo

Faits saillants

  • Première visite du Coordonnateur humanitaire en Ituri.

  • Plus de 180 000 personnes ont bénéficié de l’assistance en eau, hygiène et assainissement en Ituri.

  • Plus de financement dans la prise en charge médicale des victimes de violences sexuelles.

Aperçu de la situation

Le Coordonnateur humanitaire en République démocratique du Congo (RDC), Mamadou Diallo, a visité, du 26 au 27 janvier, les localités de Gety, Bukiringi et Komanda, dans la Province de l’Ituri. Il a pris connaissance des besoins et visité quelques projets multisectoriels développés par des organisations humanitaires au profit des personnes dans le besoin. Le Coordonnateur humanitaire s’est aussi imprégné de la situation de protection des civils dans le sud Irumu, un contexte caractérisé par plusieurs violations des droits humains, perpétrées par tous les belligérants, qui ont notamment occasionné le déplacement de près de 200 000 personnes depuis 2013. M. Diallo a insisté pour que la protection des civils soit l'objectif principal de tous les acteurs nationaux et internationaux.

Dans la Province de la Tshopo, l’ONG Caritas Isangi a plaidé, le 25 janvier, auprès du gouvernement pour une réaction d’urgence en faveur des ménages sinistrés par les inondations du dernier trimestre 2015.

Selon Caritas, Isangi est confronté à une pénurie d’eau potable à la suite de la destruction de plusieurs sources d’eau. Plusieurs infrastructures routières, structures sanitaires, maisons... avaient été détruites tandis que de nombreuses écoles situées le long du fleuve Congo et de la rivière Lomami ont du mal à fonctionner. Plus de 75 000 personnes étaient sinistrées dans la Zone de santé (ZS) d’Isangi. Ce chiffre représente environ 30 % de l’ensemble de victimes d’inondations (soit plus de 250 000 personnes) enregistrées dans 16 zones de santé de la Tshopo. Au regard de l’ampleur de la situation et l’existence de l’épidémie du choléra, la Tshopo a été identifiée par l’Inter cluster national parmi les provinces prioritaires devant bénéficier de la réponse. La Cellule de crise de la Tshopo avait chiffré à 3 millions $ les besoins générés par cette crise et pour laquelle un plan de réponse avait été élaboré.

Democratic Republic of the Congo: Press Statement of MONUSCO Regarding Operations Against Armed Groups in Eastern Democratic Republic of the Congo

5 February 2016 - 2:19pm
Source: UN Organization Stabilization Mission in the Democratic Republic of the Congo Country: Democratic Republic of the Congo

Kinshasa, 2nd February 2016 - In response to press queries about the resumption of military cooperation between MONUSCO and the FARDC, the Mission would like to provide the following clarifications:

The Government of the Democratic Republic of the Congo has sovereign and primary responsibility for the protection of its citizens. MONUSCO stands ready to support the Government in these efforts, in line with its mandate to protect civilians. In this regard, MONUSCO welcomes the Government’s acceptance of the Mission’s proposal to resume coordinated offensive operations, which resulted in an agreed arrangement for military cooperation on 28 January 2016.

With regard to cooperation with the FARDC, MONUSCO is confident that the measures put in place with the Government to mitigate risk and provide appropriate monitoring where necessary will ensure that MONUSCO-supported operations against ADF, FDLR and other armed groups are undertaken in line with the United Nations Human Rights Due Diligence Policy.

MONUSCO welcomes the opportunity for a deepened partnership with the Government as it works to address the remaining security challenges facing the country.

Kenya: Kenya: Refugees and Asylum Seekers by Country of Origin, Sex and Age Group (2 Feb 2016)

5 February 2016 - 2:03pm
Source: UN High Commissioner for Refugees Country: Burundi, Democratic Republic of the Congo, Eritrea, Ethiopia, Kenya, Rwanda, Somalia, South Sudan, Sudan, Uganda

Democratic Republic of the Congo: République Démocratique du Congo - Evaluation de la sécurité alimentaire en situation d'urgence en ex-province Orientale : Principaux résultats - Janvier 2016 (Note de synthèse)

5 February 2016 - 10:14am
Source: Government of the Democratic Republic of the Congo, World Food Programme, Food and Agriculture Organization, Food Security Cluster Country: Central African Republic, Democratic Republic of the Congo, South Sudan

Données collectées en septembre 2015

La collecte des données relative à cette enquête est faite par le service des statistiques agricoles du Ministère de l’Agriculture (IPAPEL) en partenariat avec le Programme Alimentaire Mondial (PAM) et le cluster sécurité alimentaire.

Un échantillon représentatif de 840 ménages a été interviewé dans cinq territoires. Il s’agit d’un échantillon aléatoire tiré à deux types niveaux : dans un premier temps, les villages sont tirés, puis les ménages sont sélectionnés au hasard à l’intérieur village. L’analyse de la sécurité alimentaire présentée ci-dessous suit le cadre conceptuel de la sécurité alimentaire tel que défini pour le Programme Alimentaire Mondial.

United Republic of Tanzania: Burundi Refugee Situation in Tanzania - Daily Statistical Report (Thursday, 04-Feb-2016)

5 February 2016 - 8:09am
Source: UN High Commissioner for Refugees Country: Burundi, Democratic Republic of the Congo, Kenya, Rwanda, Sudan, Uganda, United Republic of Tanzania

World: Mixed Migration Flows in the Mediterranean and Beyond: Compilation of available data and information (28 Jan - 03 Feb 2016)

5 February 2016 - 5:49am
Source: International Organization for Migration Country: Afghanistan, Algeria, Austria, Bangladesh, Bulgaria, Croatia, Democratic Republic of the Congo, Eritrea, Finland, Germany, Greece, Hungary, Iran (Islamic Republic of), Iraq, Italy, Lebanon, Malta, Morocco, Nigeria, Norway, occupied Palestinian territory, Pakistan, Serbia, Slovenia, Somalia, Spain, Sudan, Sweden, Syrian Arab Republic, the former Yugoslav Republic of Macedonia, Turkey, World
  1. Highlights
  • Flow Monitoring: As of 02 February 2016 IOM field staff in Greece, fYROM, Croatia, and Slovenia had amassed interviews with over 3,765 migrants and asylum seekers, of which 406 people were interviewed over the week from 26 January-02 February. Individuals of Syrian, Afghan, Iraqi, Iranian and Pakistani nationalities comprised 94% of all respondents.

  • See sections on Greece and Italy for an update on the EU’s Relocations Plan.

  • For numbers of fatalities and missing persons in the Mediterranean and Aegan seas, go to page 35.

  • See the Northern Route section for developments in the news about the route to Finland and Norway from Russia.

  • See the sections for Greece, fYROM, Serbia, Croatia, and Slovenia for maps showing the transport and logistics used between entry, transit, and exit points.

  • For information on this report, including details on the sources of this report’s data and tallying methodologies used, please see page 37. On 06 January 2016 Germany’s Ministry of Interior announced that it had begun using a new system to count arrivals in 2015, rather than the asylum application system. The new numbers indicate that there may have been a larger overall number of arrivals to Europe in 2015 than has to date been detected in countries of transit. For a fuller explanation of this difference, please see page 37.

  • For a snapshot of first time asylum applications in the EU28 and Iceland, Liechtenstein, Norway and Switzerland compiled by Eurostat and analysed by IOM, please see page 48.

Democratic Republic of the Congo: Estimated Precipitation Accumulation from 1 October to 31 December 2015, DR Congo

5 February 2016 - 1:01am
Source: UNOSAT Country: Democratic Republic of the Congo

Precipitation Accumulation Analysis with GPM Derived Data (IMERG Real Time) Aquired from 1 October 2015 to 31 December 2015

This map presents the evolution of the estimated total precipitation accumulation for Democratic Republic of the Congo covering six periods divided in 6 fortnight during the months of October, November and December 2015. Highest levels of precipitation were registered during the first two weeks of November within the Maniema province northern Kindu. Kinshasa, capital of Democratic Republic of Congo, registers highest levels of precipitation during the first two weeks of December. This total estimate was derived from the Global Precipitation Measurement ? IMERG dataset (Integrated Multi-satellite Retrievals for GPM) at a spatial resolution of approximately 0.1 degrees (~10 km). It is possible that precipitation levels may have been underestimated for local areas, and are not a substitute for ground station measurements.

Central African Republic: Central African Republic - Complex Emergency Fact Sheet #2, Fiscal Year (FY) 2016

4 February 2016 - 5:33pm
Source: US Agency for International Development Country: Cameroon, Central African Republic, Chad, Congo, Democratic Republic of the Congo, United States of America

HIGHLIGHTS

  • Insecurity continues to result in the temporary suspension of humanitarian relief activities in CAR

  • 2.7 million people require humanitarian assistance in CAR

KEY DEVELOPMENTS

  • Ongoing violence and attacks continue to target internally displaced person (IDP) sites, humanitarian actors, and forces with the UN Multidimensional Integrated Stabilization Mission (MINUSCA) in Central African Republic (CAR), according to the UN. Despite recent insecurity-related constraints in some areas, U.S. Government (USG) partners continue to address the humanitarian needs of vulnerable populations in CAR.

  • The UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs (OCHA) reports that more than 2,400 security incidents occurred in CAR from January 2014 to December 2015, including nearly 350 acts of violence against relief organizations.

  • The 2015 Humanitarian Response Plan (HRP)—which requested $613 million to provide humanitarian assistance in CAR—continues to have a funding shortfall of $292 million, jeopardizing the implementation of strategic humanitarian priorities.

Democratic Republic of the Congo: Caritas Congo Asbl en RD Congo et la lutte contre la malnutrition : Lancement du Projet de promotion de la nutrition à assise communautaire dans les 2 Zones de santé de Kapolowe et Kasenga, Province du Haut-Katanga

4 February 2016 - 2:38pm
Source: Caritas Country: Democratic Republic of the Congo

Kinshasa, le 04 février 2016 (caritasdev.cd) : Le Projet de promotion de la nutrition à assise communautaire dans les 2 Zones de santé de Kapolowe et Kasenga, Province du Haut-Katanga a connu un moment fort le lundi 25 janvier 2016. Caritas Congo Asbl, qui a été financée pour ce projet d’une durée allant de janvier 2016 à janvier 2017, a procédé à son lancement à la Zone de santé de Kapolowe, dans le Haut-Katanga, dans le Sud de la RD Congo. L’événement s’est déroulé en présence d’une équipe de Caritas Congo Asbl venue de Kinshasa et d’un délégué de l’Unicef Katanga et de tant d’autres personnes, rapporte caritasdev.cd

Dans la Zone de santé de Kapolowe, l’hôpital général du lieu est le cadre où est intervenu le lancement du Projet de promotion de la nutrition à assise communautaire dans les 2 Zones de santé de Kapolowe et Kasenga, Province du Haut-Katanga. Dr Jean MUNONGO, le Coordonnateur du Service de Promotion de la Santé (SPS) et Dr Amédée YAMBI, Coordonnateur du Programme Nutrition, tous deux de Caritas Congo Asbl, ont rehaussé de leur présence la cérémonie. On trouvait à leurs côtés deux autres collègues de service superviseurs nutrition. Il s’agit de Mme Sandra BELANZA et M. Hubert DIAMFU. Etaient aussi présents à la cérémonie du lancement dudit projet le Médecin chef de zone de santé de Kapolowe, l’expert du Programme National de Nutrition ou Pronanut ainsi que le Coordonnateur du Pronanut/Katanga.

Prévenir la malnutrition chronique pour qu’elle n’atteigne pas les enfants de 0 à 25 mois

Dans son mot de circonstance, Dr Amédée YAMBI a indiqué que la prévalence de la malnutrition est de 43 % suivant les Enquêtes Démographiques et Sanitaires s’agissant de 2013-2014. Dans l’ex-province du Katanga, dont fait partie l’actuelle province du Haut-Katanga des suites du démembrement, Dr Amédée YAMBI a relevé que ce taux est de 43 %. Compte tenu d’une telle forte prévalence et des complications de la malnutrition chronique, a précisé le médecin de Caritas Congo Asbl, la seule solution est de prévenir la malnutrition chronique pour qu’elle n’atteigne pas les enfants de 0 à 25 mois. Monsieur Sylvain MALAMBA de l’Unicef a eu des mots d’encouragements à l’endroit du projet, qui est pilote, et de son équipe d’exécution. Il a demandé à celle-ci de prendre à coeur le travail attendu d’elle lors de l’exécution dudit projet, en vue de sauver des enfants ciblés par lui.

Dans la ZS de Kasenga, le lancement du Projet de promotion de la nutrition à assise communautaire dans les 2 Zones de santé de Kapolowe et Kasenga, Province du Haut-Katanga a été placé sous la supervision de Mme Sandra BELANZA et de monsieur Hubert DIAMFU. Parmi les activités prévues à cette occasion figure la formation des prestataires de santé. Il sied de rappeler que l’objectif général du Projet de promotion de la nutrition à assise communautaire dans les 2 Zones de santé de Kapolowe et Kasenga, Province du Haut-Katanga est de promouvoir la prévention à son sujet.

JOSEPH KIALA

Democratic Republic of the Congo: NPA successfully clears two 305kg bombs in Tanganyka province, DRC

4 February 2016 - 11:45am
Source: Norwegian People's Aid Country: Democratic Republic of the Congo

The first week of operations in January 2016 started out well for Norwegian People’s Aid (NPA) in the Democratic Republic of Congo (DRC), where we are undertaking survey and clearance operations of areas contaminated with unexploded ordnance (UXO).

In Kabalo territory, NPA operations resulted in the cancellation of two suspected hazardous areas (SHAs) through non-technical survey, in addition to the identification of two artisanal aircraft bombs with an explosive weight of 305kg in Nkende village.

Thanks to the generous support of the Government of Japan, NPA was able to deploy a multi task team and destroy the two bombs during the last week of January 2015. Since the start of the Japanese grant, NPA DRC has found and destroyed five bombs of the same type with a combined total explosive weight of over 1,500kgs!

NPA teams funded by the Government of Japan, are due to complete their tasks in eastern DRC in March 2016 and redeploy to western DRC where they will continue technical survey and clearance of suspect hazardous areas, helping accurately determine where contamination exists, and to release land free of contamination safely back to the local communites.