DRC - ReliefWeb News

Syndicate content
ReliefWeb - Updates
Updated: 16 min 26 sec ago

Democratic Republic of the Congo: Recent Convictions of Military and Police Officials in DRC Send Clear Message That Impunity for Sexual Violence in Conflict Will Not Be Tolerated

16 December 2014 - 9:11pm
Source: United Nations Country: Democratic Republic of the Congo

Statement by United Nations Special Representative of the Secretary-General on Sexual Violence in Conflict Zainab Hawa Bangura

(New York, 16 December 2014) I welcome yesterday’s conviction of former Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) lieutenant colonel Bedi Mobuli Engangela, aka ‘Colonel 106’, for crimes against humanity, including a twenty year sentence for rape and a fifteen year sentence for sexual slavery. He was one of five senior officers of the FARDC suspected of having committed serious human rights abuses, and whom the Secretary-General, the Security Council, and my Office, had continuously requested the DRC Government to take action against.

The decision by the military court in Bukavu, South Kivu Province is just the latest in a recent string of convictions of military and police officers for sexual violence crimes. In November FARDC general Jerome Kakwavu was sentenced to ten years in prison for rape, murder and torture, the first case ever in which a general faced prosecution by a military tribunal in DRC for rape. In October twenty-five FARDC soldiers and Police Nationale Congolaise (PNC) officers were convicted in the rapes of women and girls in separate cases in North Kivu Province and Kasai Occidental Province.

These trials, and ultimately convictions, send a very clear message to perpetrators of sexual violence in DRC that they cannot hide behind a badge or evade justice with a uniform, and that no matter how high ranking they may be, they are not above the law. With these prosecutions and sentencing the courts have also shown survivors that their voices and cries have been heard, and they will not have to suffer in silence or be denied justice, because their Government supports their right to redress.

These convictions demonstrate that the work being undertaken by the DRC Government to end impunity for crimes of sexual violence is bearing fruit, and the State is making progress in its efforts to combat and eradicate this scourge. While much work remains to be done, including in the area of providing services, reparations, and support for survivors, political leaders, justice officials, military commanders and other stakeholders are showing what can be accomplished when leaders are committed to creating a country free from sexual violence. They are also demonstrating the impact of strong and decisive political will, when countries understand that they bear the moral and legal responsibility to protect and defend their citizens.

For additional information, please contact:
La Neice Collins at collins3@un.org / (+1) 212-963-1160 or
Rikke E. Hennum, at hennum@un.org / (+1) 212-963-4321

Democratic Republic of the Congo: How Savings Groups Are Creating Hope in the D.R Congo

16 December 2014 - 8:50pm
Source: Food for the Hungry Country: Democratic Republic of the Congo

What the average person knows about the Democratic Republic of the Congo (DRC) is that it is somewhere in central Africa. It might be a stretch to include the word “central,” so let’s take a moment to gain just a bit more understanding.

At one-quarter the size of the U.S., the DRC is the eleventh largest country in the world. It lies on the northeastern border of Angola and, contrary to popular belief, is not landlocked. Its 37 kilometers of coastline is home to the seaport of Banana.

With more than 80 percent of the 77 million people living below the poverty line, the DRC is ranked 184 out of the 189 countries listed in the CIA World Factbook. To further put that into perspective, the DRC’s per capita gross domestic product (GDP) is $400. In the United States it is $52,800. The average Congolese family survives on about $1 per day.

The Need is Greater Than Most Imagine

What Food for the Hungry (FH) does in the DRC goes beyond feeding, educating and promoting better hygiene and sanitation. If that were all we did, the Congolese we serve would be alive, fed and thankful, but they need much more.

We Are Helping Them to Help Themselves

We offer these desperate, poverty-stricken people the dignity that comes with productivity and financial independence. We are able to do that by facilitating Village Savings and Loan Associations (VSLA). Until recently, for people in remote Congolese villages, like Karhrwa, gaining financial independence has been virtually impossible. Every bit earned by meager agrarian efforts is needed for subsistence. When natural disasters destroy their only source of income, the daily struggle for these families becomes even more burdensome.

As is typical in the poorer regions of the world, families must hold fast to every bit of money that they earn from their meager efforts at farming. By establishing Village Savings and Loan Associations and providing education in simple financial principles, we are able to help villagers like Madam Nabintu M’Kalimira, understand that, by pooling resources with other villagers, they are able to develop small, income generating businesses.

An Economy of Scale

RS8125_Justin Barlow2013Justin Barlow2013IMG_5941When we speak of “economy of scale,” it is usually within the context of growing a business to significantly greater proportions of production and distribution. In the DRC, we are talking about micro-businesses, such as the one that Madam M’Kalimira established by borrowing enough from her local VSLA to purchase and sell simple items like matches, soap, pens and candy. That $40 micro-loan (by U.S. standards) has permitted the 40-year-old mother-of-four to generate income that is more than adequate to support her family comfortably and much beyond the previous standard of the community.

“Since I started as member of a VSLA, I am at peace, because I am sure that, if I need money, I have access to loans through the group,” she said. “If I am in a difficult position, group members will help me. I now am able to easily meet the needs of my family, and I am able to support myself.”

The Start of Something Bigger

She added that, “VSLAs have given hope to many people here in our village.” Therein lies the broader impact of Village Savings and Loan Associations. They enable individuals and entire communities to replace poverty and hopelessness with enterprise and self-sufficiency. That is a starting point on the road to a thriving community.

Democratic Republic of the Congo: Meet the intrepid ‘Motards Sans Frontières’

16 December 2014 - 7:16pm
Source: Médecins Sans Frontières Country: Democratic Republic of the Congo

Travelling from Minova to Numbi, in eastern Democratic Republic of Congo (DRC), would be the dream of many motorbike fans. More than two hours of slopes, slippery surfaces and obstacles of all kinds make the journey a test of skill that many local motorcyclists overcome with apparent ease and the serenity of those who face great difficulties every day. As a passenger on the back of the bike, an outsider can hardly admire the beautiful landscape as they worry about the difficulty of a route that requires the driver to perform acrobatic exercises. But after a while, and seeing the amazing skill of the driver, the passenger is willing to go wherever necessary.



But for the thousands of inhabitants of Numbi and the surrounding highlands, it has nothing to do with fun or the landscape. It is practically the only route to Lake Kivu and the nearest city, Minova. And for a sick person or a pregnant woman it is also the gateway to the only hospital in the area. In that case, driving a motorcycle with a patient as a passenger on the back is more than an adventure, it is quite a feat.

"I have never encountered an impossible situation, you always find a way ... but sometimes you have to cross yourself before accelerating," explains Shabadé, one of the motorcyclists working for Médecins Sans Frontières (MSF) in the province of South Kivu.

Whether in exploratory missions to detect the needs of populations in remote areas or as a service to transport patients, these bikers are essential to bring medical care to tens of thousands of people who otherwise would remain deprived of assistance. Lack of access to health is a major problem in DRC, a country that has less than one hospital bed per thousand inhabitants and slightly more than one doctor per 10,000. These indicators are among the worst in the world.



"It's a lot of pressure because you have to go fast but also carefully because you are driving people in a delicate situation," admits Akonkwa, an MSF mortorcyclist in Numbi. Last September, a grenade blast injured a dozen people just outside the headquarters of MSF in that village. The motorcyclists had to urgently evacuate several of the wounded to Minova, some of whom had very serious injuries.



But sometimes not even the expertise of these motorcyclists is enough to reach the health centre in time. "Recently we were driving a pregnant woman to the hospital but she started to have the baby. Luckily, the guy on the support bike had some experience and we were able to help the woman to give birth. Everything went well", recalls Brimana, one of the newest members of the group of MSF motorcyclists in Numbi.



To manage routes like the one from Numbi to Minova, that cars only do in extreme cases, and never in the rain, MSF has consolidated its network of motorcyclists with the local youth, most of whom made their living as part of the country’s vast network of mototaxis. Like Shabadé or as Brimana, originally from a village near Minova. "Six months ago, I was hired one day by MSF to transport apatient in an emergency. Apparently I did well and they offered me a steady job. I passed a test and here I am," explains 22-year-old Brimana. He recognises that he makes a better living. "Before I had to pay rent for the bike I used as a taxi, "he says, also stressing the personal change his new work has brought. "I feel like I’m progressing This job teaches you much more as a person and gives you a better understanding of the society you live in," he says.

The difficulties of the road are not the only ones faced by these bikers without borders. Like many other civilians, they often have to deal with the armed conflict that has plagued various parts of the country for at least two decades. "Once we were on an exploratory mission in the south of the province and militiamen stopped us at a roadblock. Things got ugly and we had to flee as they shot into the air," recalls Pascal, one of the motorcyclists of the MSF emergency team based in Bukavu, south of Minova.



The motorbikes are an essential part of many operations in the region, such as the frequent vaccination campaigns, in which the only way to take vaccine containers deep into the jungle is on two wheels. "Sometimes the bike carries a load of 150 kilos, which is a lot," explains Pascal. Thanks to them there have been several immunisation campaigns in the area. Hundreds of thousands of children have been vaccinated against diseases like measles, which can still be fatal in DRC.



Shortly after arriving in Numbi, still with his back a bit battered but fired up by the trip, the outsider is offered to ride further to Shanje. Along a stony, muddy track for almost one more hour. No problem, with these bikers you can go wherever necessary.

Central African Republic: Central African Republic Emergency Situation as of 12 December 2014

16 December 2014 - 4:07pm
Source: UN High Commissioner for Refugees Country: Cameroon, Central African Republic, Chad, Congo, Democratic Republic of the Congo

Central African Republic: Refugee Situation UNHCR Regional Update 43, 6-12 December 2014

Central African Republic: Central African Republic Emergency Situation as of 5 December 2014

16 December 2014 - 4:06pm
Source: UN High Commissioner for Refugees Country: Cameroon, Central African Republic, Chad, Congo, Democratic Republic of the Congo

Central African Republic: Refugee Situation UNHCR Regional Update #41, 29 November - 5 December 2014

Democratic Republic of the Congo: Ouganda: un millier d'ex-rebelles congolais s'échappent de leur camp (armée)

16 December 2014 - 3:45pm
Source: Agence France-Presse Country: Democratic Republic of the Congo, Uganda

Kampala, Ouganda | AFP | mardi 16/12/2014 - 20:10 GMT

Un millier d'ex-rebelles congolais du M23 se sont échappés de leur camp mardi lors d'une opération qui devait aboutir à leur rapatriement en République démocratique du Congo (RDC), a annoncé l'armée ougandaise.

"Un millier de rebelles du M23 se sont échappés" du camp de Bihanga, à quelque 300 km au sud-ouest de Kampala, "expliquant craindre pour leur sécurité s'ils étaient rapatriés en RDC", a déclaré le porte-parole de l'armée ougandaise, le lieutenant-colonel Paddy Ankunda, sur le compte Twitter de l'armée.

str-ayv/tmo/tsz

© 1994-2014 Agence France-Presse

Democratic Republic of the Congo: 1,000 DRC ex-rebels break out of Uganda camp: army

16 December 2014 - 3:43pm
Source: Agence France-Presse Country: Democratic Republic of the Congo, Uganda

Kampala, Uganda | AFP | Tuesday 12/16/2014 - 20:17 GMT

About 1,000 former fighters from a former Democratic Republic of Congo rebel group broke out Tuesday from a camp where they being held in Uganda just as soldiers were about to repatriate them, the Ugandan army said.

"A thousand rebels from the M23 (group) have escaped" from the camp in Bihanga, about 300 kilometres (190 miles) southwest of the Ugandan capital Kampala, a spokesman for the Ugandan army said on the official Twitter account. "They said they were worried about their safety if they were sent back to the Democratic Republic of Congo."

str-ayv/sms/rmb

© 1994-2014 Agence France-Presse

Democratic Republic of the Congo: RDC : le colonel Engangela condamné à perpétuité pour crimes contre l’humanité

16 December 2014 - 3:07pm
Source: Radio Okapi Country: Democratic Republic of the Congo

Le colonel Engangela alias « colonel 106 » a été condamné lundi 15 décembre par la cour militaire du Sud-Kivu à la réclusion criminelle à perpétuité pour des crimes contre l’humanité commis entre 2005 et 2007 dans l’est de la République démocratique du Congo. Il a également été condamné à 20 ans de servitude pénale pour crimes contre l’humanité pour viols, 15 ans pour crimes contre l’humanité pour autres actes inhumains (torture et séquestration), 15 ans pour esclavage sexuel et 10 ans pour emprisonnement et autres formes de privation grave de liberté physique.

L’accusé a été reconnu coupable d’avoir commis lui-même certains crimes et d’avoir encouragé ses hommes à faire de même, pendant qu’il servait sous l’uniforme de l’armée ou après avoir déserté et fondé une milice Maï-Maï.

A (re)Lire: Nord-Kivu: un colonel insurgé fait fuir la population de Bananingi dans la forêt

Le jugement a été rendu à Bukavu, capitale de la province du Sud-Kivu, où le colonel Engangela a dirigé sa milice entre 2005 et 2007. Aucune des victimes de l’accusé et de ses hommes n’était présente à la lecture du verdict. Pendant le procès, elles avaient témoigné de manière anonyme, par crainte pour leur sécurité.

Me Raymond Balibuno, avocat de l’accusé a annoncé son intention de faire appel de la décision de la cour, qui a en revanche été saluée par l’ONG Avocats sans frontières (ASF).

Le colonel Engangela est l’un des plus hauts responsables des violences commises au Sud-Kivu en 2005-2007, écrit ASF dans un communiqué, parlant de près de 1 200 victimes dont plus de 750 se sont portées parties civiles, cette décision de justice est donc un signal fort dans la lutte contre l’impunité.

Les victimes étaient enlevées et transportaient les biens pillés, liées par une corde +comme des esclaves+, raconte le communiqué.

Au quartier général de la milice [...] les femmes étaient séparées des hommes. Après que le chef de guerre [eut] trié quelques femmes de son choix, il laissait les autres à ses miliciens. D’autres encore étaient vendues, prêtées ou troquées contre des biens de consommation, continue ASF.

Le colonel Engangela était en détention préventive depuis 2007. Son nom figurait sur une liste de cinq officiers supérieurs et généraux transmises par l’ONU aux autorités de Kinshasa en leur demandant d’accélérer les procédures judiciaires contre ces hommes accusés de violations graves des droits de l’Homme.

L’un des autres officiers figurant sur cette liste, le général de brigade Jérôme Kakwavu, a été condamné à dix ans de prison ferme pour crimes de guerre en novembre. Le chef de la Monusco, Martin Kobler, a salué cette décision de la justice congolaise.

Democratic Republic of the Congo: Rusthuru : des communautés signent un acte d’engagement pour l’unité

16 December 2014 - 3:05pm
Source: Radio Okapi Country: Democratic Republic of the Congo

Différentes communautés de Rutshuru ont signé lundi 15 décembre un acte d’engagement à l’unité, pour la stabilisation et le développement durable de ce territoire du Nord-Kivu. C’était à l’issue de trois jours de dialogue intercommunautaire organisé par Congo Peace Center, en partenariat avec le programme national de stabilisation et reconstruction du Congo (Starec). Deux grands projets intégrateurs ont été sélectionnés pour promouvoir les activités économiques dans ce territoire.

Il s’agit de la construction d’une minoterie de production de farine de maïs et de la réhabilitation de routes de desserte agricole dans les chefferies de Bwito et Bwishya.

Ces projets, sélectionnés par les habitants eux-mêmes, seront financés par les partenaires du projet Congo Peace Center.

Selon le manager de ce projet, Mme Manya Moupondo, l’objectif est d’accompagner les habitants de Rutshuru par un travail de plaidoyer.

«Si chacun vend son projet, il y a risque que cela n’aboutisse pas. Nous, nous faisons comme le coaching pour les pousser à réfléchir de manière constructive, ensemble», a-t-elle assuré. Pour sa part, Jean Claude Bambanze, président de la société civile du territoire de Rutshuru, s’est réjoui que cette nouvelle approche qui, selon lui, rencontre l’agrément des communautés de Rutshuru. «Pour nous, c’est un ouf de soulagement par rapport aux projets de développement intégrateur. Nous sommes totalement d’accord que nous devons tous nous engager sur le plan du développement», a-t-il expliqué.

Ces projets vont être introduits dans le programme des actions prioritaires du gouvernement provincial, a assuré de con côté Marie Shematsi, ministre provinciale du Plan.

Pour réussir, les communautés de Rutshuru se sont engagées à éviter toute manipulation politicienne qui pérennise la rébellion dans ce territoire.​

Rwanda: Howard G Buffet pledges to help Congolese refugees repatriate

16 December 2014 - 12:46pm
Source: Government of Rwanda Country: Democratic Republic of the Congo, Rwanda

Howard G Buffet pledges to help Congolese refugees repatriate currently living the country’s camps repatriate.

Buffett made the pledge on Monday December 15, 2014 at Gihembe Refugee Camp in Gicumbi District where he landed after an aerial visit to various refugee camps in the country.

Howard Buffet get out of plane as he visit Gihembe camp

“I have seen that they have some basic infrastructure like water and schools, but when people are not in their homes they do not feel comfortable,” Buffett said.

“When they are in camps, they have no choice, whether they need to become big farmers, whether they need to be government officials. I have travelled over different refugees‘s camps, I saw huge piles of woods and tanks of water. All these require a lot of money that is consumed every day. That is why people need to go home and that it is what we need to support. ,” he pledged.

Since 2099, Buffett supports girl child education in Rwandan refugee camps providing them with school fees and other scholastic materials through the Howard Graham Buffett Foundation (HGBF) that works in nearly 80 countries worldwide.

The Foundation has sponsored 437 girls in refugee camps across the country. Among those sponsored, 392 of them have already completed secondary studies with 21 employed as teachers, while 23 are pursuing university education, four are working with non-governmental organizations as social workers, and others employed in both private and public institutions.

Girls surprise Howard wishing him happy birthday

Those who managed to complete their secondary studies appreciate the support, but some said they needed more support to improve their welfare.

Asifiwe Kanyange, one of the 76 girls in Gihembe camp who completed secondary school, said: “I am glad to have completed secondary school, but I wish I had more support to further my studies.”

Ever since the Foundation started helping the refugees in December 2009, Buffett has already injected over $603, 8190 in the project.

Ruvebana Antoine the Permanent Secretary in the Ministry of Disaster Management and refugee affairs said that Buffet initiative to help refugees repatriate would be a special support.

“We consider buffet as a special partner because he provide support that help refugees to be self-reliant. But most specifically, his initiative to facilitate refugees repatriate is particularly commanded.” Said Ruvebana

Currently, Buffett serves on the corporate boards of Berkshire Hathaway, an investment holding company; Coca Cola; Lindsay Corporation; and Sloan Implement. He is the director of Berkshire Hathaway, the multinational conglomerate holding company run by his father Warren Buffett, that is the fifth largest public company in the world, and he is a major sponsor of the World Food Programme (WFP).

Democratic Republic of the Congo: Looming DRC offensive prompts "humanitarian fallout" fears

16 December 2014 - 11:51am
Source: IRIN Country: Democratic Republic of the Congo

KAMPALA, 16 December 2014 (IRIN) - Plans by the Democratic Republic of Congo (DRC) army and UN peacekeepers to again take on one of the oldest insurgencies in the country have sparked concern for civilian populations and raised questions about the wisdom of the operation, set to take place in early 2015.

Only a couple of hundred members of the Democratic Forces for the Liberation of Rwanda (FDLR) have so far complied with an ultimatum to disarm by 2 January and take part in a demobilization and reintegration programme.

"Upon the expiry of the ultimatum, there will be no more time to talk. Our armed forces [FARDC] and partners [MONUSCO, the UN mission] will launch a military offensive to forcefully disarm the FDLR," DRC government spokesman Lambert Mende told IRIN.

MONUSCO's military spokesman, Lt-Col Felix Prosper Basse, confirmed that the UN force would "take part in operations against the FDLR rebels with the FARDC when the deadline of 2 January 2015 is reached. Preparations and planning are ongoing in order to fulfil our mandate given by the UN Security Council.

"We reiterate our calls to the FDLR to peacefully surrender to MONUSCO, FARDC, PNC [National Police] and engage themselves in the DDRRR [Disarmament, Demobilization, Repatriation, Reintegration and Resettlement] process in order to avoid being disarmed by force and unnecessary losses of lives."

Reported to have some 1,400 fighters, FDLR was formed by leaders of the Interahamwe Hutu militia which fled to eastern DRC after carrying out much of the killing in Rwanda's 1994 genocide. Its ranks now include many DRC nationals.

"Any military action should bear the following in mind," warned Jason Stearns, director of the Congo Research Group at New York University.

"When the UN and the Congolese army launched an offensive against the FDLR in 2009, it displaced a million people and led to the deaths of thousands.

[ http://www.irinnews.org/report/84943/drc-monuc-sticks-to-its-guns-analysis ]

"So any military action should only take place after political options have been exhausted and should be proportional to the threat," he said.

Aid workers in eastern DRC shared Stearns' concerns.

"Any military operation risks creating humanitarian fallout. In eastern Congo one of our biggest concerns is increased displacement, in areas which are already overwhelmed by the needs of displaced people on a massive scale," Frances Charles, advocacy manager with World Vision, DRC, told IRIN.

Some 1.4 million people are currently displaced in North and South Kivu provinces.

Risks to civilian population

"This planned offensive comes with a high level of risk, in particular to the civilian population. Measures must be put in place by MONUSCO and the FARDC to ensure that planning and conduct of operations mitigate harm to civilians. Every effort must be made to reduce and monitor human rights violations related to operations," he said.

Florent MÈhaule, head of the sub-office of the UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs (OCHA) in South Kivu, said aid workers in that province were "convinced that the planned military operations against FDLR will likely have humanitarian consequences in terms of protection of civilians and forced displacements with its impacts on humanitarian needs.

"One of the key issues in South Kivu could be humanitarian access due to both physical constraints and security. Regarding the latter, such an offensive will probably hamper any kind of access negotiations with armed groups. In addition to difficult access, the weak humanitarian presence in the potential military operations' areas will make it harder to quickly scale up large humanitarian operations if required," he added.

His counterpart in neighbouring North Kivu, Annarita Marcantonio warned of the risk of "a possible increase in attacks, looting and reprisals by the FDLR, as well as civilians potentially getting caught up in hostilities".

OCHA and aid agencies in eastern DRC are reportedly working with MONUSCO to develop a contingency plan for the protection of civilians in the event of a military assault against FDLR.

Mende, the government spokesman, said: "Our people are aware. We have made announcements [on radio] urging them to move away from the places where FDLR are, as we plan to launch this offensive."

For Charles, "the need to better protect the population is clear, but a military approach on its own is not the answer. We need to focus more on a broader, more comprehensive approach for the long-term peace and stability desperately needed here."

Asked whether the combined forces of DRC and MONUSCU would prevail against the FDLR, Thierry Vircoulon, Central Africa project director with the International Crisis Group, told IRIN: "I think the question is not, 'Will it fail or succeed?' but 'Are the political and military conditions for such an operation met, and what kind of operation is needed against the FDLR?'

"I am saying this because from the UNSC [UN Security Council] viewpoint it seems that the same type of operation [as was mounted in November 2013] against the M23 should be repeated. This would be a terrible mistake," he said.

"From a military perspective, FDLR is quite a different problem than M23 and it seems that the main thinking is to apply the same strategy. One military offensive will not be enough to knock out FDLR because this group is scattered from North to South Kivu and made of small units of fighters who can easily withdraw further into the bush," he said.

"So the tactical configuration is completely different from the M23. In addition, as FDLR is embedded within the communities, those ones can get involved into the fighting, and brutal retaliations by FDLR against civilians will follow the ADF [Allied Democratic Forces] example. [ http://www.irinnews.org/report.aspx?reportID=100932 ]

"Those who are planning an operation against FDLR should ask whether running after FDLR in the bush will put an end to this threat. Even if this operation is a success, will it end FDLR? Certainly not, if this is a one-shot operation," he warned.

On the political perspective, Vircoulon said, "there is no strong consensus yet about such an operation. Tanzania remains opposed to it and it provides the bulk of the Force Intervention Brigade. In addition, if Tanzania does not want to do such an operation, South Africa does not want to go alone and take the full responsibility. Everybody knows that in a peacekeeping mission the troop contributing countries call the shots at the end of the day, whatever the UNSC says. Therefore, the whole political environment of the operation is problematic, unlike against the M23."

Building alliances

Despite facing the deadline, FDLR is reportedly regrouping, recruiting, mobilizing political support and building military alliances with Congolese armed groups, and continuing to pose a regional security threat, according to the US Enough Project report published on 18 November. [ http://www.enoughproject.org/reports/how-dismantle-deadly-militia ]

The evidence from UN experts and findings from six months of Enough Project field research in DRC suggest that FDLR is focusing on reorganizing itself in three main areas: generating more income to trade for ammunition and weapons, mobilizing political support in an attempt to gain greater legitimacy, and preparing to avoid military defeat through military alliance-building and recruitment.

The report notes that this militia - responsible for grave human rights abuses, serious violations and the subject of UN sanctions - continues to generate revenue mainly by trading gold through North Kivu and Uganda and by illegally producing and trading charcoal from Virunga National Park, a trade worth an estimated US$32 million per year.

"The group is using part of that revenue to purchase ammunition and arms from Congolese army [FARDC] officers, with whom it continues to collaborate and share intelligence," says the report. Mende denied these allegations.

Tactics

The report noted that FDLR's current strategy is consistent with its long-time pattern of responding to military pressure.

"In this pattern, the group promises to disarm and reiterates its political aspirations for recognition as a Rwandan opposition group. FDLR then uses any reprieve to regroup by building military alliances and increasing economic activity and recruitment," said the report.

FARDC and FDLR have on occasion in recent years worked in alliance with each other against common enemies.

[END] so/am/cb

Central African Republic: UNHCR Regional Update #43 - Central African Republic Situation, 6-12 December 2014

16 December 2014 - 11:40am
Source: UN High Commissioner for Refugees Country: Cameroon, Central African Republic, Chad, Congo, Democratic Republic of the Congo

HIGHLIGHTS

  • On 9 December, in a briefing to the UN Security Council, the UnderSecretary-General for UN Peacekeeping Operations, Mr. Hervé Ladsous, urged the international community to remain engaged in the Central African Republic. He stated that the country was entering a “critical phase at a time when international attention to the crisis is starting to wane”. Mr. Ladsous mentioned that the risks in the country remained high and potentially explosive amid continuing violence in various parts of the country. Nevertheless, Mr. Ladsous noted that the political process is “moving forward” as all actors seek to convene for the Bangui Forum scheduled for early 2015 that would then function as “the starting point for a longer term reconciliation process”.

  • Over the course of the week, UNHCR conducted border monitoring missions to Gbiti and Kentzou in the East region of Cameroon to inform refugees settled in border villages of the risks of staying at the border. During these sensitizations, refugees were encouraged to move to villages further away from the border for their own safety.

KEY FIGURES

437,395 IDPs including

58,662 in Bangui in 36 sites

424,766 Total number of CAR refugees in neighbouring countries

188,696 New CAR refugees in neighbouring countries since Dec. 2013

7,966 Refugees and asylum seekers in CAR

FUNDING USD

255 million requested for the situation

World: Global Emergency Overview Snapshot 10-17 December

16 December 2014 - 10:07am
Source: Assessment Capacities Project Country: Afghanistan, Bolivia (Plurinational State of), Burundi, Cameroon, Central African Republic, Chad, Democratic People's Republic of Korea, Democratic Republic of the Congo, Djibouti, El Salvador, Eritrea, Ethiopia, Gambia, Guinea, Haiti, Honduras, India, Iraq, Jordan, Kenya, Lebanon, Lesotho, Liberia, Libya, Mali, Mauritania, Myanmar, Namibia, Nepal, Nicaragua, Niger, Nigeria, occupied Palestinian territory, Pakistan, Philippines, Rwanda, Senegal, Sierra Leone, Somalia, South Sudan, Sri Lanka, Sudan, Syrian Arab Republic, Uganda, Ukraine, World, Yemen

Snapshot 10–16 December

Iraq: 700,000 IDPs, mostly in Dahuk and Anbar governorates, are living in shelters that are not adapted for winter temperatures. 945,000 IDPs are in dire need of kerosene for heating.

Afghanistan: Kabul has been hit by at least 12 suicide attacks since early November, with more attacks also carried out elsewhere, fuelling concerns about the protection of civilians.

Philippines: 3.8 million people across nine regions have been affected by Typhoon Hagupit. Nearly 157,000 are in evacuation centres, 38,000 homes have been destroyed. Emergency preparedness helped mitigate the impact of the typhoon.

Updated: 16/12/2014. Next update: 06/01/2015

Global Emergency Overview Web Interface

Democratic Republic of the Congo: RD Congo: Aperçu humanitaire (Novembre 2014)

16 December 2014 - 9:39am
Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs Country: Democratic Republic of the Congo

Avec 2,7 millions de personnes déplacées internes dont plus de 261 000 après juillet 2014 suite aux problèmes sécuritaires, la situation humanitaire en RDC reste préoccupante. A la crise de protection liée aux conflits armés s’ajoutent les problèmes sanitaires, l’accès humanitaire et les catastrophes naturelles qui sont parmi les plus grand défis humanitaires actuels.

Democratic Republic of the Congo: RDC: opération armée-ONU en cours contre des rebelles ougandais

16 December 2014 - 7:55am
Source: Agence France-Presse Country: Democratic Republic of the Congo

Goma, RD Congo | AFP | mardi 16/12/2014 - 12:30 GMT

L'armée congolaise et les Casques bleus menaient mardi après-midi une opération conjointe contre les rebelles ougandais soupçonnés d'être responsables d'une série de récents massacres dans l'est de la République démocratique du Congo, a-t-on appris de sources officielles.

L'offensive lancée samedi dans le nord de la province du Nord-Kivu contre la milice musulmane des Forces démocratiques alliées (ADF) n'a pour l'heure rencontré aucune résistance, ont indiqué à l'AFP un porte-parole des Forces armées de la RDC (FARDC) et un autre de la force militaire de la Mission de l'ONU au Congo (Monusco).

"Les opérations continuent et viennent d'être élargies [...] afin de démanteler les résidus des ADF qui sont encore dans la zone", a déclaré à l'AFP le colonel Célestin Ngeleka, porte-parole de l'opération Sokola 1, l'offensive congolaise lancée en janvier contre les groupes armés dans le nord du Nord-Kivu.

"Les opérations ont été lancée d'abord sur les principaux axes que l'on croyait tenus par les ADF mais nous n'avons pas rencontré de résistance et les troupes progressent dans la forêt", a ajouté l'officier, joint par téléphone de Goma, la capitale du Nord-Kivu.

"Une opération conjointe entre la Monusco et les FARDC a été effectivement lancée le samedi 13 [décembre] contre les rebelles ougandais des ADF actifs dans le territoire de Beni", importante place commerciale à environ 250 km au nord de Goma, a confirmé à l'AFP le lieutenant-colonel Félix-Prosper Basse, porte-parole militaire de la mission onusienne.

Des éléments de la brigade d'intervention de la Monusco participent à l'offensive, a précisé le colonel, affirmant que la force onusienne apportait aux FARDC un "appui logistique" mais aussi un "appui tactique" et un "soutien médical".

"A ma connaissance, nous n'avons pas été accrochés pour le moment", a-t-il ajouté.

Le territoire de Beni a été endeuillé par une succession de massacres de civils ayant fait plus de 260 morts depuis le début du mois d'octobre. Les autorités congolaises et la Monusco accusent les ADF d'en être les auteurs.

"Notre engagement est sans faille, il faut mettre fin à ces tueries", a déclaré le colonel Basse.

str-bur/mj/sba

© 1994-2014 Agence France-Presse

Democratic Republic of the Congo: RDC : l'ONU et ses partenaires appellent à accélérer la mise en œuvre de l'accord de paix avec le M23

16 December 2014 - 4:16am
Source: UN News Service Country: Democratic Republic of the Congo

15 décembre 2014 – Un an après l'accord de paix entre le gouvernement de la République démocratique du Congo (RDC) et le groupe rebelle M23, l'ONU et ses partenaires estiment que la mise en œuvre de cet accord reste lente.

L'Envoyé spécial de l'ONU pour la région des Grands Lacs, Saïd Djinnit, le Représentant spécial du Secrétaire général en RDC, Martin Kobler, et les Envoyés spéciaux de l'Union africaine, de l'Union européenne, des Etats-Unis et de Belgique dans la région ont fait ce constat dans un communiqué de presse conjoint.

Certes, des mesures ont été prises en ce qui concerne l'amnistie et les efforts pour faciliter le rapatriement d'ex-combattants du M23, ont-ils noté.

Mais ils ont appelé les gouvernements de la RDC, de l'Ouganda et du Rwanda à renforcer leur collaboration pour accélérer le rapatriement des ex-combattants et de leurs familles et ont demandé aux dirigeants de l'ancien groupe rebelle à coopérer pleinement.

« Au-delà des questions d'amnistie et de rapatriement, un certain nombre de dispositions cruciales des Déclarations (de Nairobi) doivent encore être mises en œuvre », ont dit les envoyés spéciaux.

Il y a un an, le gouvernement congolais et le M23 signaient les deux Déclarations de Nairobi, au Kenya, s'engageant à des mesures immédiates pour trouver une solution durable aux questions soulevées lors du Dialogue de Kampala et pour mettre fin au conflit entre les forces armées de RDC et le M23.

L'ONU et ses partenaires ont appelé les dirigeants régionaux, en particulier les Présidents de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIRGL) et de la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC) à accompagner le processus de mise en œuvre de l'accord de paix.

Democratic Republic of the Congo: RD Congo : Des attaques menées par des rebelles ont fait plusieurs dizaines de morts

16 December 2014 - 12:50am
Source: Human Rights Watch Country: Democratic Republic of the Congo

L’armée congolaise et l’ONU devraient protéger les civils dans la région de Beni

16 DÉCEMBRE 2014

(Goma, le 16 décembre 2014) – Des combattants rebelles non identifiés ont tué au moins 184 civils et blessé beaucoup d’autres civils lors d’attaques contre des villages dans le territoire de Beni dans l’est de la République démocratique du Congo depuis octobre 2014. De tels meurtres constituent des crimes de guerre.

Des victimes et des témoins ont décrit à Human Rights Watch les violentes attaques au cours desquelles les combattants rebelles ont méthodiquement tué des civils à coups de hache, de machette et par arme à feu.

« Des attaques de grande ampleur menées quasiment une fois par semaine par des rebelles terrorisent les résidents de Beni, qui ne savent pas où se tourner pour obtenir une protection » a déclaré Ida Sawyer, chercheuse senior sur la RD Congo. « Les forces des Nations Unies et de la RD Congo doivent de toute urgence coordonner leurs efforts et améliorer la protection des civils à Beni. »

Selon des hauts responsables des Nations Unies et de l’armée congolaise, les récentes attaques seraient menées par les Forces démocratiques alliées (Allied Democratic Forces, ADF), un groupe rebelle islamiste d’origine ougandaise qui est actif sur le territoire de Beni depuis 1996. Des officiels indiquent que les ADF agissent peut-être conjointement avec des combattants d’autres groupes armés. Les officiels des Nations Unies et de la RD Congo devraient approfondir leurs enquêtes sur l’identité des assaillants et de ceux qui les soutiennent.

Les combattants des ADF, y compris des Ougandais et des Congolais, sont responsables de plusieurs dizaines d’enlèvements au cours des dernières années. Des civils qui avaient été précédemment détenus dans des camps des ADF ont décrit avoir vu des meurtres par crucifixion, des exécutions de captifs ayant tenté de s’échapper et des personnes avec la bouche cousue pour avoir prétendument menti à leurs ravisseurs. Certains prisonniers accusés de « mauvaise conduite » étaient maintenus dans des trous ou dans un coffre renforcé avec des clous pendant plusieurs jours ou pendant plus d’une semaine. Les attaquants ont aussi violé des femmes et les ont forcées à devenir leurs « épouses ».

En janvier, l’armée congolaise a officiellement lancé une nouvelle phase d’opérations militaires contre les ADF avec une assistance logistique limitée de la part de la mission de maintien de la paix de l’ONU en RD Congo, la MONUSCO, et de sa brigade d’intervention, un contingent de 3 000 hommes au sein de la MONUSCO créé au milieu de l’année 2013 pour mener des opérations militaires contre les groupes armés.

La toute dernière vague d’attaques a commencé plusieurs mois après que l’armée congolaise a chassé les ADF hors de leurs bases principales. Au cours des derniers mois, la MONUSCO a considérablement renforcé sa présence dans la région de Beni dans une tentative de mieux protéger les civils.

Certains témoins ont expliqué n’avoir obtenu aucune réponse, ou qu’une réaction tardive, lorsqu’ils ont sollicité la protection de l’armée. Les officiels des Nations Unies ont indiqué que l’armée s’est opposée aux tentatives de l’ONU de coordonner la protection des civils, et a empêché les troupes de l’ONU d’effectuer des patrouilles dans certaines zones. Le gouvernement congolais devrait s’assurer que les troupes et les observateurs des droits humains des Nations Unies obtiennent un accès immédiat et sans entrave à toutes les zones où les attaques ont eu lieu, ainsi qu’aux zones où les civils peuvent être exposés à un risque accru, conformément au mandat de la MONUSCO en vertu du chapitre VII de la Charte des Nations Unies, qui autorise les troupes de l’ONU à prendre des mesures militaires ou non militaires pour protéger les civils.

Au cours de deux missions de recherches dans le territoire de Beni en novembre et lors d’entretiens avec plus de 70 victimes et témoins des attaques et d’autres personnes, Human Rights Watch a confirmé le meurtre d’au moins 184 personnes pendant les attaques menées entre le 5 octobre et le 6 décembre dans le quartier de Boykene de la ville de Beni et dans les villages de Linzosisene, Oicha, Ngadi, Kadou, Erengeti, Ondoto, Kambi ya Chui, Manzati, Tepiomba, Vemba, Ahili et Manzanzaba. Il est probable que le nombre véritable de personnes tuées pendant ces attaques est considérablement plus élevé. Des défenseurs congolais des droits humains ont documenté les meurtres de plus de 230 civils dans la région de Beni depuis le début du mois d’octobre.

Une attaque de grande ampleur a été menée le 20 novembre dans les villages de Vemba et Tepiomba et dans les zones environnantes, en bordure du Parc national des Virunga. L’attaque a fait au moins 50 morts et peut-être beaucoup plus. Lors d’une autre attaque, menée le 6 décembre dans les villages d’Ahili et de Manzanzaba, les combattants ont tué au moins 38 civils. Des défenseurs congolais des droits humains ont rapporté les meurtres d’au moins 18 autres civils lors d’attaques menées entre le 7 et 9 décembre.

Les représentants du gouvernement congolais ont déclaré avoir arrêté plusieurs combattants des ADF présumés et d’autres personnes soupçonnées de collaborer avec les ADF ou de les soutenir. Le gouvernement congolais devrait s’assurer que les individus qui ont été arrêtés soient rapidement mis en examen pour des crimes spécifiques, soient présentés devant un juge et se fassent assister d’un avocat avant d’être interrogés.

Les responsables judiciaires congolais, avec l’appui des agences internationales qui soutiennent le système judiciaire de la RD Congo, devraient de toute urgence mener des enquêtes pénales crédibles et approfondies sur la récente vague de meurtres, y compris sur la responsabilité des attaques et la source de leurs soutiens. Les partenaires de la RD Congo devraient soutenir le renforcement des capacités de renseignements dans la région pour déterminer la responsabilité des récentes attaques et pour améliorer la protection des civils.

La Procureure de la Cour pénale internationale (CPI) devrait réunir des informations et examiner les abus en vue de déterminer si une enquête de la CPI sur les crimes allégués dans la région de Beni est justifiée. La CPI a compétence sur les crimes internationaux graves commis en RD Congo. Elle a ouvert une enquête sur la situation dans ce pays en juin 2004. La CPI peut intervenir lorsque les tribunaux nationaux n’ont pas la volonté ou la capacité de juger les crimes graves commis en violation du droit international.

La MONUSCO devrait intensifier les patrouilles dans les zones affectées, y compris des patrouilles à pied et de nuit, et implanter des bases d’opérations mobiles plus près des villages isolés où bon nombre des attaques récentes ont eu lieu. Des chargés de liaison communautaire (Community Liaison Assistants, CLA), parlant la langue locale et ayant une bonne connaissance du contexte local, devraient immédiatement être placés au sein des unités de la brigade d’intervention et des contingents de maintien de la paix basés dans la région de Beni. Un numéro téléphonique d’urgence devrait aussi être mis en place afin que les civils puissent contacter directement les soldats de maintien de la paix dans la région, et les alerter rapidement en cas d’attaque.

« Des mesures beaucoup plus importantes pourraient être prises pour accroître la protection des civils et empêcher le prochain massacre », a conclu Ida Sawyer. « Les soldats de maintien de la paix des Nations Unies devraient renforcer les liens avec les communautés locales et se tenir prêts à se déployer immédiatement dans les zones menacées. »

L’attaque de Vemba et la mise à l’écart des soldats de maintien de la paix par l’armée

Avant l’attaque contre les villages de Vemba et de Tepiomba, plusieurs hommes non identifiés, dont certains vêtus d’uniformes militaires, se sont rendus à la maison du chef du village de Vemba, où les habitants s’étaient réunis pour boire de la bière de maïs locale. Les hommes se sont d’abord présentés comme étant des soldats congolais et ont dit aux personnes de ne pas avoir peur.

Les hommes ont ensuite fait sortir les personnes de la maison du chef du village, les ont forcées à s’asseoir sur le sol et les ont ligotés en leur attachant les bras dans le dos avec des bandes en caoutchouc provenant de pneus de vélos. Un témoin a vu le leader du groupe en conversation au téléphone portable. Une fois l’appel terminé, il a ordonné aux autres dans un swahili hésitant : « Commencez le travail. Découpez-les. » Les assaillants ont alors tué des dizaines de civils à coups de hache sur la tête.

Le lendemain, l’armée et quelques civils ont trouvé neuf des corps et les ont emportés à la morgue à Oicha. L’armée a ensuite bouclé la zone du massacre, n’autorisant personne, pas même les soldats de maintien de la paix de l’ONU, à y accéder pendant plusieurs jours. L’armée a expliqué que ses troupes avaient essuyé des tirs près du site où les corps avaient été trouvés, et qu’il était trop dangereux pour les membres des familles et les autres personnes de s’approcher de cette zone.

L’armée a enterré 49 corps près du site du massacre, selon la déclaration d’un ministre du gouvernement provincial. Des témoins qui ont échappé à l’attaque et ont vu les cadavres ont indiqué à Human Rights Watch que le nombre de personnes tuées pendant l’attaque était bien plus élevé. Des défenseurs congolais des droits humains signalent que des dizaines de personnes sont toujours disparues et supposées mortes.

Les efforts de coordination entre l’armée congolaise et les soldats de maintien de la paix de la MONUSCO pour protéger les civils dans les jours qui ont suivi le massacre du 20 novembre ont été marqués par des difficultés. Alors que la brigade d’intervention de la MONUSCO s’apprêtait à envoyer des troupes dans la région pour mener des opérations conjointes avec les soldats congolais, les responsables de l’armée ont stoppé l’opération conjointe en indiquant à la MONUSCO qu’il serait difficile de reconnaître les forces des Nations Unies dans la forêt et que des incidents de « tirs amis » (« friendly fire », des tirs involontaires de l’armée contre la MONUSCO) pourraient se produire, selon un haut représentant de l’ONU. Au lieu de cela, l’armée a annoncé qu’elle poursuivrait les assaillants seule.

Le 23 novembre, lors d’une patrouille conjointe, l’armée a conduit les forces de la MONUSCO à l’endroit supposé du massacre, mais il s’agissait d’un autre lieu sans lien avec celui-ci. Le 3 décembre, l’armée a conduit les troupes de la MONUSCO vers un autre lieu, en indiquant que c’était le site de la fosse commune à Vemba. Mais les soldats de maintien de la paix ont à nouveau suspecté qu’il s’agissait d’un autre lieu, puisqu’ils n’ont trouvé aucune preuve du massacre ou de la fosse commune.

Récits de victimes et de témoins

Human Rights Watch a interrogé les personnes suivantes entre le 16 octobre et le 26 novembre.

Un homme âgé de 30 ans, arrêté sur la route et escorté jusqu’à la maison du chef par huit hommes non identifiés armés de pistolets et de haches avant le massacre du 20 novembre à Vemba, a fait le récit suivant :

[Lorsque nous étions dans la maison du chef], ils ont arrêté un pygmée et l’ont ligoté. Lorsque j’ai vu ça, je me suis dit : « Ce ne sont pas nos soldats. » Je me suis sauvé, grâce à Dieu, en me cachant derrière la maison du chef. J’ai entendu les attaquants dire : « Ligotez ces personnes. » Puis ils ont commencé à ligoter les personnes et la pluie s’est mise à tomber. Lorsque la pluie s’est calmée, j’ai entendu le chef [des assaillants] ordonner : « Commencez le travail. Découpez-les. » Puis j’ai quitté l’endroit où je me cachais. Mon oncle et moi avons passé la nuit dans la forêt. Le vendredi, je suis venu informer les personnes après avoir vu les corps de ceux qui ont été tués sous mes propres yeux. J’ai vu les cadavres de mon jeune frère, mon beau-frère, mon oncle et d’une femme et d’un enfant que je connaissais.

Beaucoup de corps se trouvaient dans la propriété du chef. Certains ont été tués sur la route, d’autres ont été dispersés... Je n’ai pas fait attention à tous les cadavres, seulement à ceux des personnes que je connaissais. J’avais peur que [les attaquants] reviennent. Ils ont tous été tué à coups de hache sur la tête.

Une femme de 22 ans, qui se trouvait dans la maison du chef à Vemba au début du massacre, a raconté :

[Les attaquants] nous ont demandé : « Où est le chef ? Nous avons faim. Donnez-nous une chèvre. » Le chef est parti avec eux chercher une chèvre. Il a commencé à pleuvoir. Les assaillants qui étaient restés avec nous ont dit : « Personne ne quitte la maison. Si quelqu’un tente de sortir, nous allons les tuer. » Lorsque la pluie s’est calmée, ces soldats ont commencé à ligoter les personnes dans la maison et les ont conduites dehors sous la pluie. J’ai donné mon bébé à un pygmée qui était à côté de moi. Puis ils m’ont ligotée. Le chef des combattants est revenu et quand il a vu le bébé, il a demandé : « À qui appartient ce bébé ? » J’ai dit que c’était mon bébé. Il a ordonné : « Laissez-la. Je ne tue pas de personnes avec un bébé. Prends ton bébé et pars. » Je me suis enfuie dans la forêt et j’y ai passé la nuit. Je n’ai pas vu ce qui se passait derrière moi, mais j’ai entendu les coups de hache frappant les têtes.

Un fermier de 35 ans, qui a été poignardé au cou pendant une attaque par des assaillants non identifiés à Linzosisene le 5 octobre, a fait le témoignage suivant :

Un des combattants nous a dit : « Ma Bible dit que si quelqu’un vous tue avec une machette, vous devez le tuer avec une machette. » Puis il a sorti un couteau de son sac. Nous étions avec une fille de 14 ans et il l’a tuée. Il l’a découpée et mis les parties de son corps dans un sac. Il y avait une deuxième fille, et ils lui ont coupé la partie inférieure du visage. Ils ont emporté cette partie de son visage, mais ils ont laissé le reste du corps. La troisième personne qu’ils ont tuée était un homme auquel ils ont tranché la nuque. Puis ils ont raconté aux personnes restantes qui se trouvaient là : « Mettez-vous par terre. » Ensuite ils ont commencé à nous poignarder. Après qu'ils ont fini, j’ai perdu connaissance et j’ai pensé que j’étais mort.

Un homme de 32 ans, du quartier de Boykene de la ville de Beni, qui a survécu à une attaque dans sa maison menée par 9 ou 10 assaillants non identifiés le 1er novembre, a raconté :

Je les ai vus s’approcher de la fenêtre de la chambre, et je me suis caché sous le lit. Ma femme est tombée sur les assaillants dans le couloir et ils l’ont immédiatement abattue puis ils l’ont découpée au niveau de la hanche avec une hache. Ils ont retiré la moustiquaire dans la chambre des enfants et ont tué par balle mon fils aîné qui était allongé sur le lit. L’armée [congolaise] est arrivée chez moi vers minuit. J’ai habillé les corps de ma femme et de mon fils avec de beaux vêtements avant de les emmener à la morgue.

Une femme âgée, qui a survécu à une attaque menée contre la ville d’Erengeti le 17 octobre par des assaillants non identifiés, dont certains semblaient être des enfants soldats, a raconté :

Ils ont trouvé ma sœur, [ma fille] Noëlla et moi, toutes les trois dans la maison. Ils portaient des uniformes miliaires, mais leurs pantalons étaient coupés aux genoux. Les kadogo [enfants soldats] portaient des shorts et des gilets débardeurs couleur camouflage. Ils parlaient un swahili qui n’était pas d’ici.

Noëlla portait son bébé de 6 mois et son autre enfant se cramponnait à elle. Les attaquants ont coupé la tête de son autre enfant [avec une machette]. Ensuite ils ont voulu tuer une autre fille, Masika. Noëlla a essayé de la protéger et a dit : « Tuez-moi à la place de cette fille. » Masika s’est alors enfuie dans la brousse. Les assaillants ont immédiatement tué ma fille Noëlla avec une machette.

Ensuite je me suis enfuie dans la forêt. J’ai entendu les personnes hurler dans mon dos : « Vous les civils, vous avez appelé l’armée congolaise pour nous tuer ! Vous avez tué nos fils et nos femmes. Nous sommes veufs. Nous allons vous tuer afin que vos maris soient veufs et que vos enfants soient orphelins.

Un responsable religieux de 34 ans, qui était présent pendant l’attaque à Erengeti le 17 octobre, a décrit l’attaque :

Les attaquants sont arrivés vers 18 h 30. Ils ont dit aux femmes de ne pas avoir peur, car ils étaient des soldats en patrouille. Ils avaient des uniformes déchirés et il y avait des enfants parmi eux. Certains pouvaient avoir 10, 13 et 15 ans. Ils sont d’abord allés vers le poste [de l’armée congolaise]. Au bout de 20 minutes, nous avons entendu deux coups de feu. Puis après un autre quart d’heure, nous avons entendu beaucoup de tirs. Ils ont tué un soldat, et ils ont commencé à passer de maison en maison. Ils ont ligoté les personnes et les ont toutes conduites dans une maison. C’était la troisième maison à partir de la rivière, c’est là qu’ils ont conduit les personnes et les ont tuées. Un des assaillants a dit en swahili à une femme qui refusait de lui ouvrir la porte : « Vos militaires ont tué nos enfants et vous allez voir. Nous allons tous vous exterminer. » J’ai entendu les cris des personnes tuées à coups de machette. Une d’elles a hurlé : « Maman, je meurs ! ». Puis les cris se sont dissipés. Les soldats de l’armée se trouvaient à 200 mètres de là, mais ils n’ont pas réagi lorsque mon fils et une femme les ont alertés.

La femme d’un soldat de l’armée congolaise, qui se cachait dans sa maison lorsque les combattants l’ont attaquée dans le quartier de Ngadi dans la ville de Beni le 15 octobre, a raconté :

Trois personnes sont arrivées, vêtues comme des femmes. Nous avons pensé que c’était des femmes, mais en réalité, c’était des hommes, l’ennemi. Mon mari a commencé à leur souhaiter la bienvenue, mais ces personnes ne parlaient pas le swahili. Il les a salués quand même. Après les avoir saluées trois fois, ces personnes ne disaient toujours rien. Comme elles s’approchaient de notre maison, mon mari leur a alors parlé en lingala et leur a dit « Arrêtez-vous là ». Sans attendre, ils ont tiré sur mon mari. Il a riposté. Il a commencé à appeler à l’aide parce que le village était plein de soldats, mais il n’a reçu aucun secours. Les assaillants parlaient kinyarwanda. Ils ont dit : « Ce vaurien va nous tuer. » Puis ils ont abattu mon mari en lui tirant dans la tête et l’ont ensuite découpé avec une machette.

Voici le récit d’une jeune femme de 18 ans, capturée par les ADF en janvier 2013 et détenue dans le camp de Medina, une des principales bases des ADF qui a été démantelée par l’armée congolaise en avril :

Medina était comme un grand village. Nous devions prier cinq fois par jour, et ils m’ont donné un mari de force. Je connais 25 personnes qui sont mortes dans le camp [alors que j’étais là-bas]. Certaines sont mortes de faim, d’autres ont été tuées. S’ils apprenaient que vous vouliez partir pour rentrer chez vous, même si c’était une rumeur, ils vous tuaient en vous tranchant la gorge. Si vous fuyiez et que vous étiez attrapé, vous étiez tué sur-le-champ. Ils tuaient les personnes devant les autres.

Une femme s’est enfuie et a été attrapée dans un village appelé « 25 ». Ils ont dit que je savais qu’elle allait s’enfuir, donc ils m’ont placée dans un trou pendant un mois. J’étais enceinte de six mois. Je ne pouvais pas sortir du trou et je devais faire mes besoins dans un seau. Je ne me suis pas lavée pendant tout le temps passé dans le trou. Nous étions 12 femmes dans le trou. On nous donnait des racines de colocase à manger. Je suis la seule à avoir survécu avec une autre femme.

Une autre forme de punition était « la croix ». Ils vous accrochent comme Jésus. Treize personnes sont mortes sur la croix. Il y avait un autre châtiment dans un coffre, avec des clous orientés vers le haut, à l’intérieur du coffre. Ils vous enferment dedans, et ne vous donnent rien à manger. En fonction de la faute que vous avez commise, vous restez 5 jours ou 10 jours dans ce coffre. Si vous ne mouriez pas dedans, vous aviez beaucoup de chance.

Une femme de 24 ans, dupée par son mari, un combattant des ADF, et emmenée dans un camp des ADF, a décrit les conditions après le début des opérations militaires contre les ADF en janvier :

Le fait d’être en fuite a rendu nos vies encore plus dures. Nous pouvions passer des journées sans manger et les enfants étaient les premiers à mourir. J’ai vu beaucoup d’enfants mourir, certains mouraient de faim, d’autres étaient abattus. Beaucoup étaient malades, ils étaient enflés et avaient des trous dans la peau. Nous avons enterré beaucoup d’enfants. C’était une horreur pour moi et les autres mères. Ma belle-sœur a perdu trois enfants : deux sont morts de faim et un a été abattu. En plus de tout cela, il y avait des règles [dans le camp]. Ne dites pas de mal des autres ou ils vous cousent la bouche comme punition. Ne fuyez pas ou ils vous tueront en vous tranchant la gorge devant les autres ou ils vous découperont en morceaux. Les enfants ne doivent pas pleurer, sinon [la mère] est punie. La sanction, en fonction de la gravité de ce que vous avez fait, va de 100 à 500 coups de fouet ou vous êtes jeté dans leur prison.

Une femme de 35 ans, qui a été enlevée par les ADF près de Chuchubo dans le territoire de Beni en décembre 2012 et qui était avec le groupe jusqu’à ce qu’elle s’échappe en juillet 2014, a raconté :

Si vous étiez congolais de Beni ou du Grand Nord [partie nord de la province du Nord-Kivu], ils pouvaient vous tuer immédiatement. Si vous étiez ougandais et que vous disiez un mensonge, ils vous cousaient la bouche. Après vous avoir cousu la bouche, ils vous jetaient dans un trou. Une fois, une femme leur a menti. Elle a été frappée et jetée dans le trou pendant deux mois et demi.