DRC - ReliefWeb News

Syndicate content
ReliefWeb - Updates
Updated: 22 min 34 sec ago

World: African Union appoints Dr. Julius Oketta to head the AU Ebola operation

13 September 2014 - 7:03am
Source: African Union Country: Democratic Republic of the Congo, Guinea, Liberia, Nigeria, Senegal, Sierra Leone, World

African Union appoints Dr. Julius Oketta to head the AU Ebola operation

Addis Ababa, Ethiopia–10 September 2014: The African Union Commission has appointed Dr. Julius Oketta to head the African Union Support to Ebola Outbreak (Operation ASEOWA) that is deploying civilian and military volunteers from across the continent to ensure that Ebola is brought under control. The mission comprises medical doctors, nurses and other medical and paramedical personnel.

“I am confident that Dr. Julius Oketta’s long experience with humanitarian work, commitment to and experience with the control of Ebola will lead to the achievement of the mission objectives”, said Dr Olawale Maiyegun, the Director for Social Affairs at the African Union Commission.

As the Head of Mission he is expected to provide the necessary leadership, advice and guidance to guarantee a smooth and efficient emergency operation.

Career

Dr. Oketta, as a Major General led the Regional Reserve Forces Command when the Uganda People's Defence Force helped in combating the Ebola epidemic in Northern Uganda. He is the Director of the National Emergency Coordination and Operations Center (NECOC) in the Office of the Prime Minister of Uganda and has been seconded to the African Union led the humanitarian mission. He holds a Doctor of Philosophy in Business Administration and attended Senior Command and Staff College (SCSC).

Dr. Oketta is a Member of the Parliament of Uganda and is currently a Member of the Advisory Board of the UN Central Emergency Response Fund (UN CERF) and has served as the Chief of Logistics and Engineering for the Ugandan Army. He has over 9 years of experience in the field of civil-military humanitarian response.

For more information, visit http://www.au.int

For further information contact

Wynne Musabayana | Deputy Head of Division | Information and Communication Directorate | African Union Commission | Tel: (251) 11 551 77 00 | Fax: (251) 11 551 78 44 | E-mail: MusabayanaW@africa-union.org | Web: www.au.int|Addis Ababa | Ethiopia

Liberia: Key Messages – Ebola virus disease, West Africa (Updated 12 September 2014)

13 September 2014 - 5:19am
Source: Centers for Disease Control and Prevention Country: Democratic Republic of the Congo, Guinea, Liberia, Nigeria, Senegal, Sierra Leone preview

The Centers for Disease Control and Prevention (CDC) is working with other U.S. government agencies, the World Health Organization (WHO), and other domestic and international partners in an international response to the current Ebola outbreak in West Africa. This document summarizes key messages about the outbreak and the response. It will be updated as new information becomes available and will be distributed regularly. Please share this document with others as appropriate.

World: Secretary-General welcomes world solidarity in ebola response, calls for greater support to affected countries

13 September 2014 - 4:48am
Source: UN Secretary-General Country: Democratic Republic of the Congo, Guinea, Liberia, Nigeria, Senegal, Sierra Leone, World

The following statement was issued by the Spokesman for UN Secretary-General Ban Ki-moon today:

The Secretary-General warmly welcomes the announcement by the Cuban Government that it will be sending 165 medical personnel to Sierra Leone soon to assist in the response to Ebola.

In addition, the African Union has begun to mobilize medical personnel for the response, and the Government of Ghana has agreed to use Accra as a key hub for flights into and out of Monrovia. Offers of cash, equipment and personnel from Governments, non-governmental organizations and the private sector have also begun to materialize.

We are also grateful for the continued support of the United States Government. Last week, the United States Agency for International Development announced plans to make an additional $75 million available. More than 100 experts, most of them from the United States Center for Disease Control and Prevention, are deployed to the region in an effort to prevent, detect and halt the virus’s spread.

The Government of the United Kingdom also announced that British military and humanitarian experts will set up a medical treatment centre for victims of the Ebola outbreak in Sierra Leone.

The Secretary-General welcomes these signs of solidarity, particularly the deployment of skilled medical teams. He calls on more countries and organizations to move swiftly to support the Governments of the countries affected, through the Road Map of the World Health Organization (WHO) and a complete overview of requirements that will be released by the Office for the Coordination of Humanitarian Affairs (OCHA) in Geneva on 16 September.

As you will recall, the Secretary-General has held a number of calls with world leaders seeking their support for the countries most affected — Guinea, Liberia and Sierra Leone. He continues to reach out to leaders around the world on this issue.

The Secretary-General also renews his call for countries to refrain from closing their borders to people coming from Guinea, Liberia and Sierra Leone, and for airlines and shipping companies to maintain transport links. Isolating the countries risks causing more harm and delaying efforts to stop the Ebola virus, rather than preventing its spread.

On Monday, the Secretary-General activated the United Nations crisis response mechanism for managing a system wide crisis, and instructed all United Nations heads of agencies and departments to give top priority to working together in support of a unified, effective response. Our United Nations teams on the ground are engaged in active support of the national efforts, providing health services, food, supplies and outreach to communities.

For information media • not an official record

Democratic Republic of the Congo: Update on the Ebola virus disease in DRC, No.10, 12 September 2014

12 September 2014 - 3:22pm
Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs Country: Democratic Republic of the Congo preview

Coordination/ Keys developments

  • *The number of suspected cases has fallen, as some have been laboratory confirmed.

  • **12 alerts including one with death in Kokolo military camp in Kinshasa, a second reported in Kambove in Katanga and 10 cases of which 8 deaths reported in Bongandanga, Equateur Provincer. Five samples from Bongandanga and from Nyakunde in Ituri (Orientale Province) are being analyzed.

  • Between 2 and 10 September, 35 cases of EVD have been reported in the area of Djera in Equateur Province in DRC, increasing the cumulative number of cases to 66 (see the above table for details).

  • Two additional treatment centers are operational since 9 September with the capacity of 50 beds

  • Some local/provincial committees of the CNC (Ebola response coordination) are not operating optimally like Kinshasa; some coordination tools for the smooth functioning of these structures at local / provincial level are still unavailable

  • Epidemic Control Commission (ECC) has submitted a health roadmap on the management and prevention of the Ebola Virus Disease to the DRC Minister of Health as per recommendations of the latest meeting of SADEC Ministers of Public Health held in Zimbabwe.

  • Two hotline numbers have been set up to allow the population to get information on the disease and ongoing efforts: 081 08 000 20 and 099 99 710 05. An additional hotline for information on the prevention of the EVD is available using Tigo: 119.

  • The contingency plan for Kinshasa has been finalized, but actions for its full activation are yet to be taken.

Democratic Republic of the Congo: Point d’information sur la maladie à virus Ebola dans l’Equateur (RDC) N°.10 au 12 septembre 2014

12 September 2014 - 3:19pm
Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs Country: Democratic Republic of the Congo preview

Coordination/Développements importants

  • *Le nombre de cas suspects a baissé car certains ont été confirmés au laboratoire.

  • **12 alertes dont un avec décès au camp militaire Kokolo à Kinshasa, un autre à Kambove au Katanga et 10 cas dont 8 décès à Bongandanga en Equateur. Cinq échantillons en provenance de Bongandanga et un en provenance de Nyakunde en Ituri (Province Orientale) sont en cours d’analyse

  • Entre le 02 et le 10 septembre, 35 cas de la MVE ont été rapportés dans la zone de Djera en RDC, ramenant le nombre total de cas à 66 (voir tableau ci-dessus pour détails).

  • Deux centres de santé fonctionnels depuis le 9 septembre avec capacité de 50 lits Certaines commissions de la CNC au niveau local/provincial ne fonctionnent pas encore de façon optimale à l’instar de Kinshasa ; certains outils de coordination pour le fonctionnement harmonieux de ces structures au niveau local/provincial sont encore indisponibles.

  • La Commission surveillance épidémiologique (CSE) a soumis la feuille de route sur la gestion et la prévention de la MVE au Ministère de la Santé conformément aux recommandations de la rencontre des Ministres de santé publique des pays de la SADEC.

  • Deux numéros téléphoniques verts sont actuellement disponibles : 081 08 000 20 et 099 99 710 05. Par ailleurs, les informations sur la prévention de la MVE sont également disponibles sur une autre ligne verte de Tigo : 119.

  • Le plan de contingence pour la ville province de Kinshasa est finalisé, mais les mesures d’activations ne sont encore prises.

Democratic Republic of the Congo: RDC: Caritas Congo et l’Unicef engagés dans la prévention de la malnutrition chronique chez les enfants dans les Zones de santé de Lisala et Bosomanzi

12 September 2014 - 2:37pm
Source: Caritas Country: Democratic Republic of the Congo

Lisala 12 septembre 2014 (caritasdev.cd): Caritas Congo Asbl vient de lancer officiellement le Project de prévention de la malnutrition chronique dans les Provinces de Bandundu et de l’Equateur. Ce projet est financé par l'Unicef. Il est exécuté dans les Zones de Santé de Lisala et de Bosomanzi, comprenant chacun 8 Aires de Santé.

L’objectif de ce projet est de prévenir la malnutrition chronique chez les enfants de 0 – 23 mois, la cible du projet est composée des enfants de 0 – 23 mois, femmes enceintes et femmes allaitantes, a indiqué Hubert DIAMFU, Nutritionniste à la Caritas Congo. Cela, pour éviter le retard de croissance, la faible poids à la naissance et combattre diverses maladies qui fragilisent les enfants de 1000 jours.

La Malnutrition chronique étant incurable, le projet a une durée de 12 mois, soit de juin 2014 au mai 2015. A l’Equateur, le projet intervient dans le District de Mongala, Territoire de Lisala dans les ZS de Lisala et Bosomanzi et le Diocèse du même nom. Au Bandundu, le projet s’exécute dans des ZS de Kenge, Bulungu, Idiofa et Gungu.

Le projet s’exécute en 5 axes: Organisation communautaire ,Capacitation des acteurs, Diagnostic communautaire, Elaboration du plan local de lutte contre la malnutrition, Mis en œuvre du plan local.

Primo, l’organisation de la communauté, c'est un axe qui nécessite à présenter le projet à toutes les couches socioprofessionnelles du District. C’est pour impliquer les leaders d’opinion et les autorités polico- administratives et les emmener à s’approprier la réalisation du projet. Une façon d’assurer la pérennité du projet par la communauté à la fin de celui-ci.

Dans la ZS Lisala, partenaire direct de mise en œuvre, l’évêque de Lisala, l’Administrateur du Territoire, les chefs de secteurs, des quartiers, d’avenues et des groupements ont été mis en contribution pour la désignation des Relais Communautaires. (Redynamisation des élections de Reco, Codesa, ainsi que de la cellule d’animation communautaire). L’implication de ces couches tertiaires permet l’appropriation et l’ intégration du projet dans la communauté.

Secundo, la capacitation (formation) des Infirmiers Titulaires, Reco et des membres de le Codesa à Lisala et Bosomanzi : cette formation de renforcement de capacité des IT, Reco n’ a pris que deux jours par zone de santé et par catégorie. Elle a réuni 54 Reco dont 50 Homes et 4 Femmes, dans la ZS de Lisala , et 71 membres de Codesa, dont 59 hommes et 12 femmes. Du côté de la Zone de santé de Bosomanzi, 50 Reco, dont 48 hommes et 2 femmes, 146 membres de Codesa dont 138 hommes et 8 femmes ont été formés.

Tertio, le dénombrement ou recensement : « cette phase nous permet d’identifier les cibles du projet : enfants de 0 – 23 mois , les femmes enceintes et allaitantes », a souligné Hubert Diamfu. Le dénombrement a révélé les statistiques suivantes :

Zone de santé de LISALA Zone de sante de BOSOMONZI
Enfant de 0 – 6 mois : 1358 1009
Enfant de 6 – 23 mois :1503 1912
Enfant de 0 – 23 mois :3427 1921
Enfant de 24 – 59 mois :6486 4331
Femmes enceintes : 1203 2772
Femmes allaitantes : 1724 2224
Infirmiers : 8 dont 5 Hommes et 3 Femmes. 8 dont 7 H et 1 F

Quarto , la Cartographie des Aires de Santé dans les Zones de santé : 95 églises, 66 écoles, 31 OAC ou OBC et 27 structures sanitaires dans la zone de santé de LISALA ; 97 églises, 78 écoles, 19 OAC ou OBC et 21 structures sanitaires dans la zone de santé de BOSOMANZI. l’importance de cette phase est de pouvoir utiliser les différents leaders communautaires dans l’ appropriation de l’ activité.

Actuellement, le projet est à la phase du Diagnostic Communautaire. C’est un travail de focus-groupe dans le but de pouvoir connaître les causes de la malnutrition à l’ aide d’ un questionnaire prés établi et afin d’ élaborer un plan local de lutte contre la malnutrition. Gédéon MUTSHIPAYI (Chargé de Communication Caritas-Développement Kananga).

Democratic Republic of the Congo: Sud-Kivu: 72 cas de cholera enregistrés dans la zone de santé de Ruzizi

12 September 2014 - 2:14pm
Source: Radio Okapi Country: Democratic Republic of the Congo

Environ 72 cas de cholera dont un décès ont été enregistrés, en trois semaines, dans la zone de santé de la Ruzizi, dans la cité de Sange, située à plus de 70 km au Sud de la ville de Bukavu (Sud-Kivu). L’infirmier superviseur en charge des soins curatifs dans cette zone de santé, David Kalekono, a livré ces chiffres jeudi 11 septembre dans un entretien avec les journalistes.

Il a indiqué que les patients sont pris en charge à l’Hôpital général de la Ruzizi, grâce à l’appui de l’ONG Médecin sans frontières Hollande et Médecins de l’Afrique. Selon, David Kalekano, ces cas de cholera proviennent des localités de Ndunda, Sange et Mikamba, où les habitants peinent à s’approvisionner en eau potable.

Democratic Republic of the Congo: RDC - Province du Katanga : Personnes déplacées internes par territoire (août 2014)

12 September 2014 - 11:57am
Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs Country: Democratic Republic of the Congo preview

Democratic Republic of the Congo: Point d’information sur la maladie a virus Ebola dans l’Equateur (RDC) N°.9 au 09 septembre 2014

12 September 2014 - 11:53am
Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs Country: Democratic Republic of the Congo preview

Coordination

*Un cas alerte en cours de suivi dans la Commune de Lingwala par la Commission surveillance épidémiologique (CSE). Ce cas est en provenance de la Zone de santé de Sankuru dans le Kasaï Oriental.

  • **Trois échantillons encore en cours d’analyse

  • Deux numéros téléphoniques verts sont actuellement disponibles : 081 08 000 20 et 099 99 710 05

  • Les échantillons en provenance de Boko-Kinvula (Bas-Congo) reçus le mercredi 03 septembre se sont révélés négatifs

  • Une réunion régionale des ministres de santé des pays de la SADEC s’est tenue à Victoria Falls/Zimbabwe sur la gestion et la prévention de la maladie à virus Ebola (MVE) avec deux recommandations principales : o Standardiser les interventions dans le cadre de la prévention de la propagation de la MVE o Renforcer les mesures de contrôle sanitaires aux frontières sans entraver le trafic international

  • Report de la rentrée scolaire d’une semaine à Boende et Lokolia, soit du 8 au 13 septembre au lieu de deux semaines comme initialement prévu

  • Plan de contingence activé pour prévenir l’entrée de malades en provenance de l’Afrique de l’Ouest

  • Gratuité des soins médicaux à tous les patients dans les zones concernées

Democratic Republic of the Congo: Update on the Ebola virus disease in DRC, No. 9 - 8 September 2014

12 September 2014 - 11:47am
Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs Country: Democratic Republic of the Congo preview

Coordination

  • An early warning case is being tracked in the Municipality of Lingwala (Kinshasa) by the Epidemiological Control Commission (ECC). This case however is from the Health Zone of Sankuru in the Province of Kasai Oriental

  • **Three samples still being analyzed

  • Two hotline number have been set up to allow the population to get information on the disease and ongoing efforts 081 08 000 20 et 099 99 710 05

  • Samples from Boko-Kinvula (Bas-Congo) received on Wednesday, 3 September 2014, were negative

  • A regional meeting of SADEC Health Ministers was held in Victoria Falls/Zimbabwe on the management and prevention of the Ebola disease with two key recommendations:
    o Standardize interventions in the prevention of the spread of MVE
    o Enhance the sanitary border control without impeding international traffic

  • Re-opening of schools in Boende and Lokolia postponed for a week, from 8 to 13 September, instead of two weeks as previously planned.

  • Activation of the contingency plan to prevent the entry of sick people from West Africa

  • Free medical treatment to all patient in the affected areas

Ongoing activities

  • Preparation of a health roadmap by the ECC as per the recommendation of the Great Lakes Health Ministers’ meeting on the on the management and prevention of the Ebola disease

  • The mobile laboratory has arrived in Lokolia and should be operational by 8 September

  • Two CDC’s laboratory epidemiologists have arrived in DRC to support the INRB field team

  • Preparation of NFI –WASH kits to be deployed in twenty villages within the surroundings of the epicenter of the disease

  • Ongoing sensitization of religious leaders and executives from the Minister of Primary, Secondary and Vocational Education on Ebola Disease in the conference room of the PNMLS; sensitization in Lokolia (Equateur Province) of religious leaders, community radios, teachers, etc. on hygiene

  • Distribution of leaflets and other sensitization materials in the affected area on good practices of hygiene

Sierra Leone: La Croix-Rouge réclame des fonds supplémentaires afin de renforcer sa réponse à l’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest

12 September 2014 - 2:47am
Source: International Federation of Red Cross And Red Crescent Societies Country: Democratic Republic of the Congo, Guinea, Liberia, Nigeria, Senegal, Sierra Leone

Genève, 11 septembre 2014 – Les cas de maladie du virus Ebola continuant de se multiplier à un rythme alarmant en Afrique de l’Ouest, la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR) va renforcer ses opérations d’urgence en Guinée, au Liberia et en Sierra Leone, en vue d’assister plusieurs millions de personnes à travers un éventail élargi d’activités. Dans cette perspective, la FICR a révisé ses trois appels d’urgence pour la Guinée, le Liberia et la Sierra Leone à hauteur de 30,2 millions de francs suisses au total, soit une hausse de 24 millions. Elle espère toucher quelque 21,9 millions de personnes, soit plus du double du nombre de bénéficiaires initialement ciblés.

«Les nouveaux cas se chiffrent quotidiennement par dizaines et cette épidémie ne montre aucun signe de fléchissement», note Alasan Senghore, directeur de la FICR pour l’Afrique. «Les communautés affectées comptent sur nous. Chaque jour, des gens meurent. Si nous voulons stopper Ebola, nous devons intensifier notre riposte immédiatement. Mais, pour ce faire, nous avons besoin de ressources supplémentaires, et nous ne pouvons pas agir seuls. Nous devons tous unir nos efforts afin de relever ce formidable défi.»

«L’éducation est cruciale pour enrayer cette épidémie», souligne en Guinée Birte Hald, responsable régional des opérations d’urgence de la FICR. «C’est pourquoi nos appels d’urgence révisés mettront l’accent sur la communication, l’éducation, la sensibilisation et la mobilisation sociale. Nous allons par ailleurs élargir notre champ d’opération à d’autres districts et zones administratives, et renforcer nos activités en formant de nouveaux volontaires.»

En Sierra Leone, l’appel d’urgence révisé prévoit en outre l’installation d’un centre de traitement de 60 lits dans le district de Kenema, un des plus durement touchés par l’épidémie d’Ebola. Une allocation extraordinaire du Fonds d’urgence pour les secours en cas de catastrophe (Disaster Relief Emergency Fund/DREF) de la FICR, d’un montant de 1 million de francs suisses, a été débloquée pour dépêcher sur place une unité d’intervention d’urgence qui aura pour tâche de faciliter la mise en route du centre de soins.

Depuis que l’épidémie s’est déclenchée en Guinée au mois de mars dernier, et à mesure qu’elle s’étendait au Liberia et en Sierra Leone, des milliers de volontaires de la Croix-Rouge ont été formés et déployés en soutien aux opérations mises sur pied dans les trois pays. Leurs tâches incluent la gestion des cadavres, le pistage des personnes ayant été au contact de malades, le soutien psychosocial, la sensibilisation et la surveillance. Ces activités vont être renforcées au titre des appels d’urgence révisés et plus de 5600 volontaires supplémentaires seront formés afin de pouvoir couvrir des zones géographiques plus étendues.

«Les communautés ont une occasion d’influer sur leur propre situation», affirme Senghore. «Leur mobilisation par le truchement de nos volontaires qualifiés aura un impact immédiat et substantiel, car les messages de prévention seront diffusés par les membres des communautés eux-mêmes, autrement dit, par les personnes qui ont le plus intérêt à voir cette épidémie stoppée.»

Suite à une flambée d’Ebola au Nigeria, la FICR a également lancé un appel d’urgence (emergency appeal) de 1,6 million de francs suisses en vue d’aider la Croix-Rouge du Nigeria à assister quelque 5 millions de personnes durant les neuf prochains mois. A ce jour, on a recensé 17 cas confirmés et 6 décès dans ce pays.

Des allocations du DREF ont en outre été débloquées pour faire face à des cas d’Ebola au Sénégal (Senegal) et en République démocratique du Congo (Democratic Republic of Congo).

Pour plus de détails sur les appels d’urgence révisés pour l’Afrique de l’Ouest: Guinea, Liberia, Sierra Leone.

La Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR) est le plus grand réseau humanitaire du monde basé sur le bénévolat. Par l’intermédiaire de ses 189 Sociétés nationales membres, elle assiste chaque année quelque 150 millions de personnes. Ensemble, nous agissons avant, pendant et après les catastrophes et les urgences sanitaires afin de répondre aux besoins et d’améliorer les conditions d’existence des plus vulnérables. Nous le faisons en toute impartialité, sans aucune considération de nationalité, de sexe, de croyance religieuse, de milieu social ou d’opinion politique. Pour plus d’informations, visitez notre site www.ifrc.org. Vous pouvez aussi nous rejoindre sur Facebook, Twitter, YouTube et Flickr.

Pour plus d’informations, prière de s’adresser à :

A Dakar:

Moustapha Diallo, responsable régional de la communication, FICR

Mobile: +221 774 501 004 Courriel: moustapha.diallo@ifrc.org

A Addis Abeba:

Katherine Mueller, cheffe de la communication, FICR Afrique

Mobile: +251 930 03 3413 Courriel: katherine.mueller@ifrc.org

A Genève:

Benoit Matsha-Carpentier, chef, communication publique, FICR

Mobile : +41 79 213 24 13 Courriel : benoit.carpentier@ifrc.org

Democratic Republic of the Congo: L’analyse roulante de la situation des enfants et femmes en RDC est lancée

12 September 2014 - 2:18am
Source: UN Children's Fund Country: Democratic Republic of the Congo

by FLAVIEN MULUMBA

Aujourd’hui a été lancée l’analyse roulante de la situation des enfants et des femmes en RDC 2014-2016 (ou SitAn, en bref). Eclairage.

Le lancement

La première réunion du Comité de Pilotage – pour le lancement du SitAn – a rassemblé Le Ministre du Plan Celestin Vunabandi Kanyamihigo, le Ministre de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Professionnel (EPSP), la Ministre du Genre, le Vice-Ministre du Plan, la Secrétaire General au Plan, la Représentante de l’UNICEF Barbara Bentein, et la Chef de l’éducation du bureau régional de Dakar de l’UNICEF.

L’objectif

L’Analyse de Situation vise à améliorer la compréhension de la situation des droits de l’Enfant en RDC.

Il s’agit d’identifier les tendances et les causes des privations et des problèmes identifiés, mais aussi les opportunités et les forces à l’œuvre, ainsi que les disparités et diversités qui existent entre les différents groupes d’enfants du pays.

La méthode

Comme le pays est à la fois très étendu et complexe, et qu’il y a d’importantes réformes en cours, la SitAn sera roulante. C’est-à-dire que le travail d’analyse se déroulera d’année en année avec un thème/focus choisi pour chaque année. Le premier thème porte sur l’éducation. Les analyses qui suivront porteront sur la santé et la nutrition.

La SitAn se fonde sur un cadre intégré d’analyse, composé de trois blocs :

  • i) des analyses macro-institutionnelles et d’économie politique,
  • ii) des analyses micro-institutionnelles et sectorielle et
  • iii) des études de cas provinciaux.

Scolarisation: des progrès énormes

Selon le récent Rapport d’Etat du Système Éducatif National (RESEN) de la RDC, l’accès à l’école primaire est aujourd’hui quasi universel: seul 5% des enfants d’une génération ne rentreront jamais à l’école. Ceci représente un progrès énorme pour les enfants de ce pays, qui jusqu’à un passé récent se relevait d’une véritable grande guerre, on ne peut le souligner suffisamment.

Les défis de l’Education

En même temps l’ambition de la scolarisation primaire universelle de qualité continue de faire face à des défis. Jusqu’à récemment, un nombre important d’enfants étaient hors de l’école, et encore trop de jeunes congolais ne terminent pas le cycle primaire avec succès.

Le niveau des financements publics alloués à l’éducation s’est amélioré considérablement. Mais la part des dépenses de l’Etat allouée à l’éducation était, en 2012, de près de 15% contre 22% en moyenne pour d’autres pays semblables.

Et puis il y a la répartition des ressources. 93% des dépenses courantes du secteur de l’éducation vont aux salaires, laissant peu de moyens pour financer les autres intrants pédagogiques. Heureusement, les ménages continuent à payer, même considérablement : ils assument plus de 75% des dépenses totales d’éducation du pays.

Complémentarité

Nous avons des informations et rapports sur la performance du secteur de l’éducation en RDC, mais il nous manque certaines connaissances, par exemple la magnitude de l’inégalité dans l’accès à l’éducation. La démarche de la SitAn, c’est la complémentarité avec les autres sources d’information. Il s’agit de combler les lacunes de connaissances pour mieux informer les politiques, dans le domaine de l’Education pour cette première année.

Le Comité de pilotage

Le Comité de Pilotage, qui s’est réuni aujourd’hui pour la première fois, est présidé par son excellence Monsieur le Ministre du Plan. C’est un instrument clef pour garantir l’appropriation du travail de l’analyse par toutes les parties prenantes jouant un rôle important pour le développement de la RDC.

Le Comité rassemble des représentants de différents ministères et de nombreux partenaires techniques. Trois ministres de la République étaient présents pour le lancement. Ceux-ci ont démontré par leurs appréciations et commentaires leur connaissance du plan de recherche. Les ministres ont témoigné une forte volonté d’appropriation du travail d’analyse qui sera développée au cours des prochaines années. L’ambition que la recherche soit fonctionnelle à la prise de décisions politiques sur des thèmes clés pour le développement des enfants – tels que l’éducation, la santé et la nutrition – est partagée.

Democratic Republic of the Congo: Tout est prêt pour la relocalisation des FDLR à Kisangani, selon la Monusco

12 September 2014 - 1:41am
Source: Radio Okapi Country: Democratic Republic of the Congo, Rwanda

Le général Abdallah Wafi assure que tout est prêt pour la délocalisation à Kisangani, en Province Orientale, des ex rebelles rwandais des FDLR, réunis dans un camp de transit à Kanyabayonga, au Nord-Kivu. Le représentant adjoint du secrétaire général de l’Onu en RDC l’a affirmé au cours de la conférence de presse hebdomadaire de la Monusco mercredi 10 septembre à Kinshasa. Selon lui, le blocage connu dans ce processus de démobilisation est créée par les FDLR eux-mêmes.

«J’ai assisté à une réunion présidée par le ministre des Affaires étrangères, [Raymond] Tshibanda, l’ambassadeur Sud-africain parlant au nom de la SADC, et l’ensemble des participants ont reconnu que le processus était bloqué du seul fait des FDLR qui refusent maintenant de quitter le Kivu», a-t-il affirmé.

Ces rebelles ont adressé une lettre au président en exercice de la SADC, affirmant qu’ils ne quitteront le Kivu sous aucune condition.

Abdallah Wafi a regretté que ces ex FDLR, qui sont logés, nourris et soignés dans le camp de la Monusco à Kanyabayonga, n’aient pas confiance en cette même mission lorsqu’il s’agit de quitter le Kivu.

«Le gouvernement congolais a pris toutes les dispositions nécessaires, avec l’appui de la Monusco. Vous pouvez aller au camp CTB, qui est devenu maintenant, je crois, le camp général Bahuma, où toutes les dispositions ont été prises pour que ces gens puissent arriver», a-t-il assuré.

Pour lui, la Monusco est prête, même «demain matin», à mettre des camions et des hélicoptères à disposition si les FDLR acceptent de quitter Kanyabayonga pour Kisangani, où doit s’organiser leur rapatriement pour le Rwanda.

Le général Abdallah Wafi a en outre indiqué que la Monusco, avec toutes les autres instances impliquées dans ce processus, attend de prendre acte du refus des FDLR, avant d’envisager des mesures visant à leur neutralisation complète dans tout le territoire de la RDC.

D’après un ultimatum lancé par les chefs d’Etats et des gouvernements de la Conférence Internationale sur la région des grands lacs (CIRGL) jeudi 14 août dernier à Luanda, en Angola, les FDLR ont jusqu’au 31 décembre 2014 pour déposer volontairement les armes et accepter d’intégrer le processus de démobilisation et rapatriement (DDRRR).

En cas de refus, ces rebelles s’exposent à des actions de désarmement forcé.

Democratic Republic of the Congo: Katanga : les écoles d’enseignement général muées en écoles techniques peinent à fonctionner

12 September 2014 - 1:19am
Source: Radio Okapi Country: Democratic Republic of the Congo

Une soixantaine d’écoles publiques d’enseignement général de la province éducationnelle Katanga III ont été transformées en écoles techniques sur décision du ministère de l’Enseignement primaire, secondaire et professionnel (EPSP). Plusieurs mois après cette décision, la synergie des syndicats d’enseignants exprime la difficulté à trouver un personnel qualifié ainsi que les équipements et infrastructures appropriés, à Kalemie notamment. De son côté, l’inspection provinciale assure que le gouvernement a pris toutes les dispositions.

Pour John Kisimba Banze, président de la synergie des syndicats d’enseignants, le personnel technique est absent de la zone urbano-rurale de Kalemie.

«Il n’y a pas d’outils. Nous avons aussi le problème d’infrastructures. Les écoles sont telles [qu’elles étaient] il y a déjà 30 ans. On se pose la question de savoir quel serait le sort de ces enseignants pédagogues qui œuvrent il y a longtemps dans ces écoles-là», a-t-il expliqué.

De son côté, Ramazani Mangosa, inspecteur principal provincial chargé de la formation à la province éducationnelle Katanga III, explique que ces enseignants seront appelées à se reconvertir vers d’autres branches.

«Même s’ils n’ont pas les compétences techniques pour enseigner, le gouvernement a déjà un fonds. Et ce fonds-là va servir à faire déplacer des équipes mobiles des formateurs qui vont venir s’occuper des enseignants, et qui vont les former sur le tas», a-t-il expliqué.

Sierra Leone: Red Cross calls for additional funding to increase its response to the Ebola outbreak in West Africa

12 September 2014 - 12:10am
Source: International Federation of Red Cross And Red Crescent Societies Country: Democratic Republic of the Congo, Guinea, Liberia, Nigeria, Senegal, Sierra Leone

Geneva, 11 September 2014: With cases of the Ebola virus disease continuing to surface at unprecedented speed in West Africa, the International Federation of Red Cross and Red Crescent Societies (IFRC) is expanding its emergency operations in Guinea, Liberia and Sierra Leone to reach millions more people through increased activities. The IFRC has revised its three emergency appeals for Guinea, Liberia and Sierra Leone to a total of 30.2 million Swiss francs, an increase of 24 million Swiss francs. The aim is to now reach a total of 21.9 million people, more than double the number of beneficiaries originally targeted.

“With dozens of new cases emerging daily, this outbreak is showing no signs of slowing down,” said Alasan Senghore, IFRC Director, Africa. “Affected communities are relying on us. People are dying. If we are serious about stopping Ebola, we cannot afford to delay ramping up our response. But to do that, we need additional resources, and we cannot do it alone. We must all work together to achieve this ambitious goal.”

“Education is key to halting this outbreak,” said Birte Hald, IFRC regional head of emergency operations based in Guinea. “These revised emergency appeals will focus on communication, education, awareness raising, and social mobilization. We will expand the area of our operations to include new districts and counties, and ramp up our activities through the training of more volunteers.”

In Sierra Leone, the revised emergency appeal also covers a new 60-bed Ebola treatment centre in Kenema district, one of the worst affected districts. An extraordinary allocation of the IFRC’s disaster relief emergency fund (DREF) of one million Swiss francs, also allowed for the deployment of an emergency response unit to Kenema to facilitate the start-up of the treatment centre.

Since the outbreak was first declared in Guinea in March and throughout its spread to neighbouring Liberia and Sierra Leone, thousands of Red Cross volunteers have been trained and deployed to support the response in all three countries. Their roles include dead body management, contact tracing, psychosocial support, sensitization and surveillance. These activities will be scaled up under the revised emergency appeals, and more than 5,600 volunteers will be trained to ensure larger geographical areas can be reached.

“Communities have an opportunity here to assist in determining their own fate,” added Senghore. “Engaging communities through our trained volunteers will have an immediate and large pay off, as messages of prevention will be shared by community members themselves, the people who have the most interest in ensuring this outbreak is stopped.”

Following an Ebola outbreak in Nigeria, the IFRC has also launched an emergency appeal of 1.6 million Swiss francs to support the Nigerian Red Cross Society in assisting 5 million people over the next nine months. To date, there have been 17 confirmed Ebola cases in Nigeria and 6 confirmed deaths.

Funds were also released from the DREF to support Ebola cases in Senegal and Democratic Republic of Congo.

For further information on the revised emergency appeals in West Africa please visit: Guinea, Liberia and Sierra Leone.

For further information, please contact:

In Dakar:

Moustapha Diallo, senior regional communications officer, IFRC

Mobile: +221 774 501 004 E-mail: moustapha.diallo@ifrc.org

In Addis Ababa:

Katherine Mueller, communications manager, IFRC Africa

Mobile: +251 930 03 3413 E-mail: katherine.mueller@ifrc.org

In Geneva:

Benoit Matsha-Carpentier, Team leader, public communications, IFRC

Mobile : +41 79 213 24 13 E-mail : benoit.carpentier@ifrc.org

The International Federation of Red Cross and Red Crescent Societies (IFRC) is the world’s largest volunteer-based humanitarian network, reaching 150 million people each year through its 189 member National Societies. Together, IFRC acts before, during and after disasters and health emergencies to meet the needs and improve the lives of vulnerable people. It does so with impartiality as to nationality, race, gender, religious beliefs, class and political opinions. For more information, please visit www.ifrc.org. You can also connect with us on Facebook, Twitter, YouTube and Flickr.

Democratic Republic of the Congo: Kasai Occidental : Pour 2015, le Bureau Diocésain de Développement Kananga pour plus d’autonomie des acteurs à la base

12 September 2014 - 12:02am
Source: Caritas Country: Democratic Republic of the Congo

Kinshasa, le 11 septembre 2014 (caritasdev.cd) :Pour 2015, le BDD ou Bureau Diocésain de Développement Kananga voudrait consolider les acquis pour plus d’autonomie des acteurs à la base. Ceci par le renforcement des capacités sur les droits et devoirs des femmes, le changement climatique, l’adhésion à la Coopérative économique Tutante, le maintien et la poursuite d’aménagement des infrastructures sociaux de base.

C’est ce qu’a affirmé le Révérend Abbé Ernest BULA Kalekangudu, Directeur du BDD Kananga depuis juin 2009. Le prêtre a accordé une interview à caritasdev.cd en août 2014 à Kinshasa, en République démocratique du Congo (RDC). Lors de cette interview ( à lire ci-dessous in extenso), il a abordé divers sujets sur cette composante de la Caritas-Développement Kananga, rapporte caritasdev.cd

Question (Q) : Peut-on avoir la liste des projets qu’est en train de mener présentement le BDD Kananga ?

Réponse (R) :Je cite le projet d’Appui à la gouvernance participative dans les marchés publics de la ville Kananga et de la cité de Tshimbulu. Ce projet est exécuté dans la ville de Kananga et à la Cité de Tshimbulu, pour une durée de 10 mois et concerne 2.100 marchands et marchandes et gestionnaires des marchés. Il est financé par Christian Aid et il est à 80 % de sa réalisation.

Je signale aussi le Projet de renforcement des capacités de 10 BDD et paysans accompagnés. Sa durée est de 36 mois et ce projet est à 100 % de sa réalisation. Il concerne 6 agents de terrain de BDD et 109 ménages agricoles bénéficiaires. Il est financé par Pooled Fund.

Le troisième est le Projet d’urgence et prévention de la malnutrition aigue dans les zones de santé de Lwebo, Ilebo et Tshibala, pour une durée de 10 mois. Les bénéficiaires ici sont 3.010 ménages agricoles. Le projet, réalisé à 100 %, est financé par Pooled Fund.

Le Projet de la construction des écoles, dont le taux de réalisation est de 100 %, a pour lieu d’exécution la ville de Kananga et le territoire de Demba, pour une durée de 3 mois et dont les bénéficiaires sont 500 élèves. Le bailleur est Vision Mondiale.

Il y a enfin le projet dit Paie des enseignements, dont le taux d’exécution est de 100 %. Il concerne les territoires de Dibaya et de Kazumba. Sa durée est indéterminée. Ce projet cible 4.732 enseignants et agents administratifs du ministère de l’Enseignement Primaire Secondaire et Professionnel. Le bailleur est le Gouvernement national.

Q : Quelles sont les perspectives que vous voyez vous-même pour ce qui est de votre BDD s’agissant de l’année prochaine 2015 ?

R :Pour 2015, le BDD (Kananga) voudrait consolider les acquis pour plus d’autonomie des acteurs à la base par le renforcement des capacités sur les droits et devoirs des femmes, le changement climatique, l’adhésion à la Coopération économique Tutante, le maintien et la poursuite d’aménagement des infrastructures sociales de base.

Q : Quelles sont les difficultés que rencontre en 2014 le BDD Kananga en menant ses projets ?

R :On peut citer entre autres : l’insuffisance de moyens pour l’exécution de certaines activités sur terrain et la faible mobilisation des ressources locales issues de l’autofinancent

Q Comment se présentent les rapports entre le BDD Kananga, le BDOM (Bureau Diocésain des Œuvres Médicales-catholiques) Kananga et le Bureau Caritas Kananga en entités devant œuvrer en synergie ?

R :Les rapports sont bons avec d’autres bureaux depuis le lancement du processus d’intégration initié par l’Ordinaire du lieu.

Q : Comment se présente actuellement le BDD Kananga du point de vue des ressources humaines et de l’organigramme ?

R :Du point de vue des ressources humaines et de l’organigramme, le BDD Kananga possède d’abord à la tête un Directeur qui est le premier superviseur de tout qui se passe en matière de développement à partir du bureau comme cellule de conception et de planification jusqu’à la base constituée de CPCD (Comités paroissiaux de Caritas Développement). Ensuite, il y a différents agents qui œuvrent comme techniciens d’accompagnement. Enfin, on signale la base qui n’est rien d’autre que la constellation de CPCD constitués de différentes associations.

Q : Quels sont les vrais problèmes de développement auxquels fait face la population vivant dans l’archidiocèse de Kananga ?

R :Parmi les problèmes, on peut énumérer : la pauvreté avec corollaire la faim et la malnutrition, la paresse, les conflits à cause du pouvoir coutumier et les conflits fonciers.

Q : Qu’en est-il des rapports entre le BDD Kananga et Caritas Congo Asbl ou son Service chargé de la Promotion du Développement ?

R :Les rapports avec la Caritas Congo Asbl sont bons. Concrètement, ils se traduisent par des appuis multiples en renforcement des capacités et en plaidoyer pour obtenir des financements.

Q : Quelles sont les leçons positivement et négativement que le BDD Kananga a retenues ou apprises ces 5 dernières années en menant ses projets ?

R :Positivement, il y a l’accompagnement de proximité qui fait que pour que les projets réussissent, ils doivent s’appuyer sur la participation des bénéficiaires. Négativement, il y a la dépendance que les projets entretiennent dans notre imaginaire.

Q : Voulez-vous vous présenter vous-même et aussi parler brièvement du BDD Kananga ?

R :Je suis prêtre, comme vous le savez, et je suis bénéficiaire d’une formation philosophique solide qui a fait de moi un professeur au grand séminaire de Kabwe pendant 14 ans. Après le professorat au séminaire, j’ai suivi de 2007 à 2009 une formation en gestion des projets à l’Institut de formation des cadres pour le développement à Bruxelles (Belgique). Rentré au pays en 2009, je travaille jusqu’à ce jour à la Caritas-Développement Kananga où, au jour le jour, je m’efforce de traduire en acte la compassion du Christ envers les pauvres. Dans la vie courante, j’aime la lecture et le football.

Le BDD Kananga, est l’un des bureaux de la Caritas-Développement Kananga qui travaillait de manière autonome avant le lancement en 2009 en son sein du processus d’intégration. Selon les Statuts de la Caritas, il est chargé de : promouvoir l’organisation et la structuration des populations et des groupements partenaires, pouvoir assurer le renforcement des capacités d’intervention et le développement organisationnel des Comités paroissiaux de Caritas Développement, promouvoir des initiatives des communautés locales partenaires par l’accompagnement technique dans l’évaluation institutionnelle, la planification stratégique, la recherche des financements, la mise en œuvre et l’évaluation de leurs activités. Suivant ces mêmes Statuts de la Caritas, le BDD Kananga est également chargé de contribuer au développement des autres BDD de la Province ecclésiastique de Kananga, d’appuyer les activités agricoles des populations et des communautés à la base à travers le soutien à la production, à la transformation, à la commercialisation et au stockage des produits agricoles, de contribuer à la promotion de la sécurité alimentaire des populations partenaires par la formation en techniques agricoles, l’approvisionnement en intrants agricoles et en semences et d’encourager la professionnalisation, de contribuer à l’amélioration du rendement de la pêche et de la pisciculture par l’appui en intrants et équipements de pêche de qualité ainsi que par la vulgarisation de la pisciculture, de promouvoir, au profit des populations partenaires, l’élevage des animaux domestiques et l’augmentation du rendement par la formation des éleveurs, la fourniture des intrants, des produits vétérinaires et la vulgarisation des techniques d’élevage, de faciliter l’approvisionnement en eau potable par l’aménagement des sources et des adductions d’eau potable, tout en responsabilisant la population sur la maintenance des ouvrages posés, de contribuer à l’amélioration de l’habitat par la vulgarisation des techniques de production des matériaux locaux de construction, l’organisation et la structuration des corps des métiers concernés, la facilitation de leur approvisionnement en équipement de travail et la formation professionnelle dans le secteur, de contribuer à la promotion de l’artisanat par la formation des artisans, la facilitation de leur accès aux équipements, aux matières premières, etc. Le BDD Kananga entend enfin renforcer les capacités des comités paroissiaux de Caritas Développement et des populations à la base en vue de l’auto prise en charge individuelle et communautaire par eux des problèmes socio-économiques et de protection de leur environnement par la formation, l’organisation et la structuration des initiatives ad hoc, contribuer à la réhabilitation, la reconstruction et l’équipement en infrastructures socio -économiques communautaires détruites ou endommagées par les conflits, les calamités naturelles ou les épidémies.

Q : L’interview se termine ici par cette question. Avez-vous quelque chose de très important ou de particulier à ajouter ?

R :Ce que je peux ajouter, c’est d’abord vous remercier pour avoir pensé à notre personne et ensuite vous demander de maintenir ce genre d’échange d’informations, en vue de renforcer aussi les Cellules de communication au niveau diocésain pour plus de professionnalisme. Pour ce qui concerne les rapports du BDD avec Mgr Marcel MADILA, Archevêque métropolitain de Kananga, je les trouve encourageants, car notre Ordinaire ne cesse de nous soutenir moralement dans ce que nous entreprenons, en nous disant que « le monde appartient à ceux qui savent le rendre habitable ; il appartient à ceux qui savent donner, car ils contribuent à sa naissance ». [150/2014]

Propos recueillis par JOSEPH KIALA

Democratic Republic of the Congo: Communiqué of the 452nd Meeting of the Peace and Security Council

11 September 2014 - 4:51pm
Source: African Union Country: Democratic Republic of the Congo, Rwanda

The Peace and Security Council of the African Union (AU), at its 452nd meeting held on 22 August 2014, adopted the following decision on the implementation of the Peace, Security and Cooperation (PSC) Framework for the Democratic Republic of Congo (DRC) and the Region: Council,

  1. Takes note of the presentations made by the Special Representative of the Chairperson of the Commission in the Great Lakes Region and the Deputy Executive Secretary of the International Conference on the Great Lakes Region (ICGLR), as well as by the representatives of the United Nations and the United Nations Organization Stabilization Mission in the DRC (MONUSCO), on the implementation of the PSC Framework. Council also takes note of the statements made by the representatives of the DRC and of Angola, in its capacity as Chairman of the ICGLR and the European Union (EU), as well as Rwanda, Nigeria, France, the United States of America, the United Kingdom and the Russian Federation as members of the UN Security Council;

  2. Recalls its previous communiqués and press statements on the implementation of the PSC Framework;

  3. Welcomes the continued implementation of the PSC Framework, and encourages all the signatory parties to scrupulously honour their commitments thereunder;

  4. Stresses that despite the progress already made, many challenges are still to be overcome, notably: (i) the continued presence of negative forces in eastern DRC, including the Democratic Forces for the Liberation of Rwanda (FDLR); (ii) the delay in the implementation of the Conclusions of the Kampala Direct Dialogue between the DRC Government and the M23, as contained in their statements adopted in Nairobi on 12 December 2013; (iii) the illegal exploitation of natural resources in eastern DRC; and (iv) the persistence of impunity despite the reforms that the Congolese Government is endeavouring to bring about;

  5. Encourages, once again, the Congolese Government and the other signatories to the PSC Framework to intensify their efforts to honour, in good faith, all their commitments. Council expresses its appreciation particularly to the Congolese Government for the results already obtained in this regard, and urges it to expedite the Disarmament, Demobilization and Reintegration (DDR), as well as the Disarmament, Demobilization, Repatriation, Reintegration and Resettlement (DDRRR) processes;

  6. Calls upon the international community to continue to support the efforts of the countries of the region to implement the PSC Framework, as well as the recommendations of the 2nd Joint ICGLR/SADC ministerial meeting, held in Luanda, on 2 July 2014, on the surrender and disarmament of the FDLR. In this regard, Council recalls the ultimatum contained in the Final Communiqué of the Second mini-Summit of Heads of State and Government of the ICGLR on the Security Situation in the DRC and the Great Lakes Region, held in Luanda, on 14 August 2014;

  7. Welcomes the appointment of Mr. Said Djinnit as the new Special Envoy of the Secretary-General of the United Nations to the Great Lakes Region. Council welcomes him to the Region and pledges to support him. Council encourages him to pursue the efforts towards the implementation of the PSC Framework, and calls upon the Commission and the countries of the Region to give him all the support he needs to carry out his mandate;

  8. Decides to remain actively seized of the matter.

Democratic Republic of the Congo: Ebola a fait 37 morts en RDC (nouveau bilan officiel)

11 September 2014 - 4:38pm
Source: Agence France-Presse Country: Democratic Republic of the Congo

09/11/2014 19:31 GMT

KINSHASA, 11 septembre 2014 (AFP) - L'épidémie d'Ebola qui frappe une région reculée du Nord-Ouest de la République démocratique du Congo a fait 37 morts et continue de progresser, selon un nouveau bilan fourni jeudi soir de source officielle.

L'épidémie a fait "37 décès depuis le début", indique le ministre de la Santé, Félix Kabange Numbi, dans un message reçu par l'AFP. Son bilan précédent, donné mardi soir, faisait état de 35 morts.

Selon le ministre, on comptait jeudi "66 cas" confirmés, probables ou suspects d'Ebola (contre 62 mardi) et 394 personnes ayant été en contact avec les personnes malades ou décédées sont actuellement suivies (contre 386 mardi).

D'après les autorités congolaises, l'épidémie, qui s'est déclarée le 11 août, reste contenue à la zone de santé de Boende, localité de la province de l'Equateur située à 800 km au nord-est de Kinshasa.

En dépit de l'annonce de la mise en quarantaine du secteur de Djera, au sud de Boende, où l'épidémie était apparue, la maladie progresse géographiquement puisque des cas d'Ebola ont été identifiés à Boende même.

Mardi, Médecins sans frontières (MSF) avait annoncé l'ouverture de deux centres de prise en charge des malades, l'un à Lokolia, épicentre de l'épidémie, et l'autre à Boende.

Le virus Ebola porte le nom d'une rivière congolaise où la maladie à été identifiée pour la première fois en 1976. C'est la septième fois que la RDC est touchée par ce fléau depuis cette date.

Pour les autorités congolaises et l'Organisation mondiale de la santé (OMS), l'épidémie qui sévit dans le pays est distincte de celle qui frappe l'Afrique de l'Ouest et a déjà tué près de 2.300 personnes depuis le début de l'année.

mj/sd

Democratic Republic of the Congo: Ituri: échec de la tentative de négociations pour la reddition de Cobra Matata

11 September 2014 - 4:17pm
Source: Radio Okapi Country: Democratic Republic of the Congo

Le chef de la Force de résistance patriotique de l’Ituri (FRPI), Cobra Matata, n’a pas répondu mercredi 10 août au rendez-vous fixé aux autorités coutumières de la collectivité de Walendu-Bindi, qui espéraient sa reddition pacifique. Selon le chef de cette collectivité, le chef milicien pose des préalables avant de se rendre. Il veut notamment être amnistié et élevé au grade de général au sein des FARDC. L’échec de cette tentative de négociation fait craindre le lancement des frappes militaires contre cette milice qui insécurise cette partie de la Province Orientale depuis plusieurs années.
Les deux parties se sont fixées rendez-vous dans le groupement Bukiringi. Les chefs coutumiers ont attendu la délégation de la FRPI plusieurs heures durant, en vain.

Le chef de Walendu-Bindi, Alexandre Peke Kaliaki, déclare avoir discuté au téléphone avec le chef milicien Cobra Matata. Ce dernier, selon lui, exige d’abord d’être amnistié et élevé au grade de général au sein de l’armée régulière avant de se rendre.

Le chef coutumier indique aussi que le chef de l’Etat n’est pas disposé à répondre aux préalables posés par le chef milicien; tant que lui et ses hommes continueront à demeurer dans le maquis.

Cette situation refroidit l’espoir d’une issue pacifique aux conflits armés dans la collectivité de Walendu-Bindi. En effet, la Monusco maintient dans son agenda, le programme d‘utiliser la force pour ramener la paix dans cette partie du territoire d’Irumu.

Le colonel Félix Bass, porte-parole militaire de la Monusco, explique: «Depuis 2012 qu’il avait exprimé son intention de se rendre aux FARDC, jusqu’à présent, rien de concret n’a été fait. Nous, la Monusco, nous avons reçu un mandat très clair. C’est de mettre un terme aux activités négatives de tous les groupes armés, y compris la Force de résistance patriotique de l’Ituri.» Sur terrain dans le Walendu-Bindi, selon des sources locales, la population vit dans la psychose d’une éventuelle reprise de la guerre, à laquelle elle n’est pas favorable.

L’échec de cette tentative de négociation fait craindre le lancement des frappes militaires préconisées par les FARDC et la Monusco. La semaine dernière, la Monusco et l’armée congolaise avaient réaffirmé leur détermiation à lancer une opération militaire contre la milice de Cobra Matata. Mais les autorités traditionnelles avaient souhaité donner une nouvelle chance à une solution pacifique.

Democratic Republic of the Congo: Communiqué de la 452ème Réunion du Conseil de Paix et Sécurité

11 September 2014 - 3:44pm
Source: African Union Country: Democratic Republic of the Congo, Rwanda

Le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine (UA), en sa 452ème réunion tenue le 22 août 2014, a adopté le communiqué qui suit sur la mise en œuvre de l’Accord-cadre pour la paix, la sécurité et la coopération pour la République démocratique du Congo (RDC) et la Région: Le Conseil,

  1. Prend note des communications faites par le Représentant spécial de la Présidente de la Commission pour la Région des Grands Lacs et le Secrétaire exécutif adjoint de la Conférence internationale sur la Région des Grands Lacs (CIRGL), ainsi que par les représentants des Nations unies et de la Mission de stabilisation de l’Organisation des Nations unies en RDC (MONUSCO), sur la mise en œuvre de l’Accord-cadre. Le Conseil prend également note des communications des représentants de la RDC, de l’Angola en sa qualité de Président en exercice de la CIRGL et de l’Union européenne (UE), ainsi que du Rwanda, du Nigeria, de la France, des États-Unis d’Amérique, du Royaume-Uni et de la Fédération de Russie, en leur qualité de membres du Conseil de sécurité des Nations unies;

  2. Rappelle ses communiqués et communiqués de presse antérieurs sur la mise en œuvre de l’Accord-cadre;

  3. Se félicite de la mise en œuvre continue de l’Accord-cadre, et encourage toutes les parties à l’Accord à respecter scrupuleusement leurs engagements au titre dudit Accord ;

  4. Note qu’en dépit des progrès déjà enregistrés, de nombreux défis restent encore à surmonter, notamment: (i) la présence persistante des forces négatives à l’Est de la RDC, y compris les Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR); (ii) le retard accusé dans la mise en œuvre des Conclusions du Dialogue direct de Kampala entre le Gouvernement et le M23, telles que contenues dans leurs déclarations adoptées à Nairobi le 12 décembre 2013 ; (iii) l’exploitation illégale des ressources naturelles à l’Est de la RDC ; et (iv) la persistance de l’impunité malgré les réformes que s’emploie à réaliser le Gouvernement congolais ;

  5. Réitère ses encouragements au Gouvernement congolais et aux autres États parties à l’Accord-cadre à intensifier leurs efforts en vue de mettre en œuvre de bonne foi tous les engagements pris. En particulier, le Conseil exprime son appréciation au Gouvernement congolais pour les résultats déjà enregistrés en ce sens, et l’exhorte à accélérer les processus de désarmement, démobilisation et réintégration (DDR), ainsi que de désarmement, démobilisation, rapatriement, réintégration et réinstallation (DDRRR) ;

  6. Demande à la communauté internationale de continuer à soutenir les efforts des pays de la région visant à mettre en œuvre l’Accord-cadre, ainsi que les recommandations de la 2ème réunion ministérielle conjointe CIRGL/SADC, tenue à Luanda le 2 juillet 2014, sur la reddition et le désarmement des FDLR. À cet égard, le Conseil rappelle l’ultimatum contenu dans le communiqué final du second mini-Sommet des chefs d’État et de Gouvernement de la CIRGL sur la situation sécuritaire en RDC et dans la Région des Grands Lacs, tenu à Luanda, le 14 août 2014;

  7. Se félicite de la nomination de Monsieur Saïd Djinnit comme le nouvel Envoyé spécial du Secrétaire général des Nations unies pour la Région des Grands Lacs. Le Conseil lui souhaite la bienvenue dans la région et s’engage à lui apporter son soutien. Le Conseil l’encourage à continuer à travailler à la mise en œuvre de l’Accord-cadre, et invite la Commission et les pays de la région à lui apporter tout l’appui dont il aura besoin pour mener à bien sa mission;

  8. Décide de rester activement saisi de la question.