Niger - ReliefWeb News

Syndicate content
ReliefWeb - Updates
Updated: 2 hours 17 min ago

World: Mapping the Risk and Distribution of Epidemics in the WHO African Region: a technical report

6 hours 11 min ago
Source: World Health Organization Country: Algeria, Angola, Benin, Botswana, Burkina Faso, Burundi, Cabo Verde, Cameroon, Central African Republic, Chad, Comoros, Côte d'Ivoire, Democratic Republic of the Congo, Equatorial Guinea, Eritrea, Ethiopia, Gabon, Gambia, Ghana, Guinea, Guinea-Bissau, Kenya, Lesotho, Liberia, Madagascar, Malawi, Mali, Mauritania, Mozambique, Namibia, Niger, Nigeria, Rwanda, Sao Tome and Principe, Senegal, Seychelles, South Africa, South Sudan, Swaziland, Togo, Uganda, United Republic of Tanzania, World, Zambia, Zimbabwe

Disease epidemics result in substantial ill health and loss of lives and therefore pose a threat to global health security, undermine socio-economic lives and destabilize societies.

Disease surveillance is a critical component in detecting and effectively responding to epidemics to minimize loss of live and their disruptive consequences. Carefully assembled surveillance data at the highest possible spatial resolutions also permit the understanding of the burden of epidemics, their co-occurrence and the key biological, ecological, economic, health system and governance determinants.

It is for this purpose that the WHO-AFRO has commissioned this report. The overarching objective was to develop a comprehensive spatially defined database of outbreaks and epidemics and delineate the ecological zones of diseases that are classified as Public Health Emergency of International Concern (PHEIC) according the International Health Regulations (IHR) 2005 and malaria.

The main tasks included the assembly of an inventory of all epidemics reported in Africa from 1970-2016 characterised by date of occurrence, length of epidemic and magnitude and district of occurrence; definition of ecological zones of PHEIC diseases and malaria; the assembly of data on important socio-economic, health systems and environmental correlate and an basic statistical analysis of their relationship with occurrence and frequency of epidemics and outbreaks.

Through this study, several products have been developed including time series graphs of outbreak and epidemic occurrence by country, maps of the ecologies of the PHEIC diseases and epidemics, the distribution of these diseases by district. The databases and maps produced in this report should be considered as the foundation for tracking epidemics sub-nationally within the WHO African region. However, they require continuous verification, improvements in spatial resolution and regular updating. Finally, these data can also serve as the inputs for disease specific risk and vulnerability analysis.

World: Global Humanitarian Overview 2016 - June Status Report

6 hours 19 min ago
Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs Country: Afghanistan, Burkina Faso, Burundi, Cameroon, Central African Republic, Chad, Congo, Democratic Republic of the Congo, Djibouti, Egypt, Ethiopia, Gambia, Guatemala, Haiti, Honduras, Iraq, Jordan, Kenya, Lebanon, Libya, Mali, Mauritania, Myanmar, Niger, Nigeria, occupied Palestinian territory, Rwanda, Senegal, Somalia, South Sudan, Sudan, Syrian Arab Republic, Turkey, Uganda, Ukraine, United Republic of Tanzania, World, Yemen

FOREWORD

The UN-coordinated appeals for 2016 require an unprecedented US$21.6 billion to meet the needs of over 95.4 million people across 40 countries. Since I launched the Global Humanitarian Overview in December, Cyclone Winston swept through Fiji and an earthquake brought widespread devastation in Ecuador. The harsh effects of El Niño this year led us to revise the joint Ethiopia Humanitarian Requirements Document and develop a response plan for Zimbabwe. Funding requirements for new appeals issued since December (Burundi, Fiji, Haiti, Ecuador and Zimbabwe) and for appeals which have been revised are outlined in the pull-out poster inside this Status Report. Requirements of the plan for Sudan, now under development, are also included.

Our global appeal is currently 25 per cent funded. The World Humanitarian Summit echoed the fact that humanitarian action is woefully under-resourced and requires an immediate, effective and collective response. Underfunding jeopardizes the lives of people affected by conflict and disaster. To take just a few examples: underfunding means that the UN and its partners cannot adequately meet the needs of 13.5 million people whose lives have been overturned by the Syria crisis. It means humanitarian assistance cannot be assured in the critical post-electoral phase in Central African Republic where some humanitarian partners are withdrawing their operations from the country. It means further deterioration in the lives of half the population of the Lake Chad Basin, the scene of one of the world’s most neglected crises. And it means that humanitarian partners in Myanmar will be unable to provide for the food security, health, protection and livelihood needs of 1 million people in 2016. As I write, I hear that medical facilities in Iraq are today closing down due to depletion of international funding, and renewals simply not coming through.

We are grateful to our donors for their commitment and support so far this year, and for recognizing that the UN-coordinated appeals ensure a coherent, strategic and well-planned response to crises. We stand ready and resolute to continue providing vital humanitarian assistance across the world wherever and whenever needs arise and to whoever is in need. Donor support in the first half of 2016 has enabled us to deliver critical, life-saving relief. It is now incumbent on us to do substantially more to invest in the lives of millions of people bearing the brunt of crises around the globe. Their needs cannot wait. With more funding, millions of displaced women, girls, boys, and men will eat nutritious food, drink clean water and reap the benefits of good health, shelter, an education and protection. Investing in the survival and dignity of millions in need is investing in our shared, common humanity.

Stephen O’Brien

United Nations Under-Secretary-General for Humanitarian Affairs and Emergency Relief Coordinator

Niger: Niger - Région de Diffa - Département de Nguigmi - Commune de Nguigmi: Origines géographiques des déplacés du site spontané du Quartier Cameroun (avril 2016)

26 June 2016 - 11:25am
Source: Agency for Technical Cooperation and Development, UN High Commissioner for Refugees, REACH Initiative Country: Niger, Nigeria

Niger: Niger - Région de Diffa - Département de Diffa - Commune de Chetimari - Origines géographiques des déplacés des sites spontanés de Daorodi et Biri Bouloua (avril 2016)

25 June 2016 - 1:26pm
Source: Agency for Technical Cooperation and Development, UN High Commissioner for Refugees, REACH Initiative Country: Niger, Nigeria

Niger: Niger - Région de Diffa - Département de Diffa - Commune de Gueskerou — Origines géographiques des déplacés du site spontané de Kangouri (avril 2016)

25 June 2016 - 1:23pm
Source: Agency for Technical Cooperation and Development, UN High Commissioner for Refugees, REACH Initiative Country: Niger, Nigeria

Niger: Niger - Région de Diffa - Département de Diffa - Commune de Gueskerou — Origines géographiques des déplacés du site spontané de Ngagam (juin 2016)

25 June 2016 - 1:20pm
Source: Agency for Technical Cooperation and Development, UN High Commissioner for Refugees, REACH Initiative Country: Niger, Nigeria

Niger: Niger - Région de Diffa - Département de Diffa - Commune de Chetimari - Origines géographiques des déplacés du site spontané de Chetimari (avril 2016)

25 June 2016 - 1:17pm
Source: Agency for Technical Cooperation and Development, UN High Commissioner for Refugees, REACH Initiative Country: Niger, Nigeria

Niger: Niger - Région de Diffa - Département de Diffa - Commune de Gueskerou - Origines géographiques des déplacés du site spontané de Kindjandi (juin 2016)

25 June 2016 - 1:11pm
Source: Agency for Technical Cooperation and Development, UN High Commissioner for Refugees, REACH Initiative Country: Niger, Nigeria

Niger: Niger - Région de Diffa - Département de Diffa - Commune de Chetimari - Origines géographiques des déplacés du site spontané de Ngourtoua (avril 2016)

25 June 2016 - 1:07pm
Source: Agency for Technical Cooperation and Development, UN High Commissioner for Refugees, REACH Initiative Country: Niger, Nigeria

Niger: Niger - Région de Diffa - Département de Nguigmi - Commune de Kabelawa - Origines géographiques des déplacés du site spontané d‘Adjiri (avril 2016)

25 June 2016 - 1:04pm
Source: Agency for Technical Cooperation and Development, UN High Commissioner for Refugees, REACH Initiative Country: Niger, Nigeria

Niger: Niger - Région de Diffa - Département de Diffa - Commune de Gueskerou - Origines géographiques des déplacés du site spontané d‘ Argou (avril 2016)

25 June 2016 - 12:17pm
Source: Agency for Technical Cooperation and Development, UN High Commissioner for Refugees, REACH Initiative Country: Niger, Nigeria

Mali: Cinq pays du Sahel vont s’inspirer de la politique démographique du Bangladesh

25 June 2016 - 12:13pm
Source: World Bank Country: Bangladesh, Burkina Faso, Chad, Mali, Mauritania, Niger

Les Points Marquants

  • Des représentants de cinq pays du Sahel se sont rendus au Bangladesh pour tirer des enseignements de la réussite de la politique démographique et des services de santé reproductive dans ce pays.

  • Cette réunion d’échanges Sud-Sud visait à relever des défis multisectoriels selon une approche pluraliste.

  • Les pays du Sahel projettent d’adapter les enseignements tirés de l’expérience du Bangladesh à leurs propres pays.

Chez les Peuls, on sait bien qu’un enfant unique n’aura personne vers qui se tourner pour l’aider à faire ses devoirs ; en revanche, si la famille compte cinq ou six enfants, il y aura toujours un frère ou une sœur qui viendra à sa rescousse. C’est ce qu’a expliqué Sambel Bana Diallo, le ministre malien de l’Aménagement du territoire et de la Population, lors de la cérémonie d’ouverture d’une rencontre de haut niveau pour l’échange de connaissances sur les politiques démographiques et de santé reproductive entre les pays du Sahel et le Bangladesh.

Ces échanges, qui se sont déroulés à Dacca pendant une semaine, étaient présidés par le ministre de la Santé et de la Protection de la famille du Bangladesh et co-organisés par le Groupe de la Banque mondiale et le Fonds des Nations Unies pour la population. Ils s’inscrivent dans le cadre d’un projet de la Banque mondiale axé sur l’autonomisation des femmes et le dividende démographique au Sahel. Leur objectif était de partager les enseignements tirés de la mise en œuvre des politiques familiales au Bangladesh avec cinq pays : le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad.

Ces pays du Sahel connaissent aujourd’hui les mêmes défis multisectoriels que ceux du Bangladesh des années 70, avec des taux élevés de natalité. Ils souhaitaient donc en savoir davantage sur les actions menées par ce pays pendant près de 40 ans pour impulser des changements et accroître le recours aux services de santé reproductive. En outre, le Bangladesh est un exemple parfait, car il partage avec les pays du Sahel un même contexte religieux et parce que ce pays a été confronté à des difficultés sociales et sanitaires similaires.

« Le Bangladesh s’appuie sur des pratiques bien établies en matière de pluralisme, d’implication des communautés et de collaboration multisectorielle qui ont assuré le succès de son programme de planning familial et de sa politique démographique. Dans ce pays, les taux de natalité et de mortalité ont baissé de façon spectaculaire. Le gouvernement a placé les femmes au cœur de son programme de développement. Il a aussi travaillé avec des ONG locales qui ont aidé le pays à concrétiser ses objectifs de planification familiale et de maîtrise de la démographie », a souligné le directeur des opérations de la Banque mondiale pour le Bangladesh, Qimiao Fan, pendant la cérémonie d’ouverture.

Une expérience pluraliste et multipartenaires

La délégation des pays du Sahel comptait 40 membres représentant les divers secteurs concernés : démographie, affaires religieuses, santé, éducation, questions sociales et droit des femmes, finances et planification. Les participants du pays hôte étaient des responsables de terrain expérimentés et des décideurs politiques ayant joué un rôle majeur dans les changements intervenus au Bangladesh entre les années 70 et aujourd’hui.

Les cinq pays du Sahel ont pour but de réduire leurs taux élevés de natalité, de mortalité infantile et maternelle et de mariage des enfants, tout en améliorant l’éducation et les services de santé. Leurs programmes n’ayant jusqu’ici abouti qu’à de maigres résultats, ces pays souhaitent changer de cap afin de bénéficier du dividende démographique.

Ainsi que l’a expliqué la ministre du Niger chargée de la Population, de la Promotion de la femme et de la Protection de l’enfant, Rakiatou Christelle Kaffa Jackou : « Nous nous tournons vers le Bangladesh car, comme le Niger, ce pays était sous-développé et sa population est en majorité musulmane. Notre souhait est de comprendre précisément comment les femmes bangladaises ont obtenu leur indépendance et comment elles ont réussi leur autonomisation. Nous sommes donc impatients de découvrir les clés du succès de la politique démographique du Bangladesh et de voir comment nous pourrions la mettre en œuvre avec la même réussite au Niger. »

Les premiers enseignements

La délégation sahélienne avait une longue liste de questions à poser aux représentants du Bangladesh :

Comment le pays a-t-il réussi à convaincre des partenaires de différents secteurs à financer et soutenir durablement la politique démographique ?

Comment a-t-il obtenu le soutien des chefs religieux à ses actions en faveur de la santé reproductive ?

Comment a-t-il associé les habitants et communautés locales, y compris dans les régions reculées, pour améliorer les services de santé reproductive ?

Quelles sont les stratégies innovantes qui ont permis aux femmes bangladaises de prendre leurs propres décisions en matière de santé reproductive ?

Comment de multiples acteurs ont-ils collaboré avec la population, les chefs religieux et le gouvernement pour transformer l’évolution démographique du Bangladesh ?

La délégation a rencontré de hauts responsables politiques qui ont expliqué les détails de la politique démographique qui a permis au pays de faire baisser son taux de natalité de 6,3 à 2,3 enfants par femme et à faire bondir de 7 à 62,4 % le taux d’utilisation de la contraception (1970-2014).

Les participants ont aussi visité plusieurs centres de planning familial à Dacca pour savoir comment les pratiques communautaires avaient été utilisées pour favoriser le changement. Ces visites leur ont également permis d’approfondir leurs connaissances sur des stratégies innovantes qu’ils pourront ainsi mettre en œuvre dans leur propre pays.

Lors d’une visite dans un dispensaire de la banlieue de Dacca, la délégation a découvert le système utilisé dans un petit village pour augmenter le recours à la contraception : une sirène, qui sonne tous les soirs à 21 heures pour rappeler aux femmes de prendre leur pilule, avec un son suffisamment puissant pour être entendu à deux kilomètres à la ronde.

Enfin une visite au centre de formation d’imams de Dacca, qui dépend du ministère des Affaires religieuses, a permis aux délégués sahéliens de découvrir le programme d’enseignement rigoureux qui y est dispensé. L’imam étant un guide spirituel pour la population, la formation englobe de nombreux aspects sociétaux.

Les prochaines étapes

Après ces moments de partage d’expérience et à leur retour dans leurs pays, les délégués ont exposé les enseignements qu’ils en ont tirés à leurs gouvernements respectifs, mais aussi élaboré des plans d’action pour continuer à travailler avec le Bangladesh.

Ils ont ainsi prévu de collaborer avec leurs homologues bangladais pour bâtir un programme de formation des imams sur la santé reproductive et pour définir une stratégie d’amélioration des services de planning familial dans les communautés, en adaptant au contexte sahélien les méthodes appliquées au Bangladesh. La mise en œuvre de ces prochaines étapes viendra en appui au projet régional de la Banque mondiale ainsi qu’à ses opérations au Niger et au Mali.

Niger: Strengthening Capacity of School Principals to Improve Quality of Learning in Niger (in French)

24 June 2016 - 5:47pm
Source: UN Educational, Scientific and Cultural Organization Country: Niger

Conformément à sa politique d’accompagnement des pays dans l’amélioration de la qualité des apprentissages, l’UNESCO, à travers le Programme CapED Niger, a initié une formation à distance de 80 directeurs d’écoles primaires dans les 8 régions du pays sur le leadership pédagogique et la gestion administrative de l’école.

Le leadership pédagogique et la gestion administrative de l’école au cœur de la formation

En dépit des nombreuses activités visant à améliorer les performances des directeurs d’école qui sont les responsables ultimes de la réussite scolaire, il a été constaté qu’ils ont encore d’énormes insuffisances sur le plan du leadership pédagogique et dans la gestion administrative de leurs établissements, ce qui entraîne un désintéressement de plus en plus prononcé de la communauté vis-à-vis de l’école.

Face à la nécessité de pallier urgemment à ces manquements, les capacités de 80 directeurs d’écoles primaires dans les 8 régions du Niger seront renforcées sur le leadership pédagogique et l’administration scolaire grâce à des modules élaborés à cet effet dans le cadre du Programme CapED Niger.

Les TIC pour renforcer les capacités des directeurs d’école

Cette activité de renforcement des capacités des directeurs expérimente une stratégie de formation prometteuse et moins coûteuse que la formation classique en présentiel et utilisant les nouvelles technologies de l’information et de la communication. Ceci permet de former un plus grand nombre de bénéficiaires tout en les maintenant en poste, y compris ceux résidant dans les zones rurales. Cette expérimentation novatrice amènera donc les directeurs d’école à s’auto-former à distance sur les deux modules développés sans que les horaires officiels de travail ne soient réduits ou non respectés.

A cet effet, 116 tablettes numériques et accessoires adaptés au contexte du Niger (chargeurs solaires, cartes mémoires) destinés aux 3 superviseurs de la formation, 80 directeurs d’école, 16 tuteurs, 8 informaticiens des directions régionales de l’enseignement primaire et 9 formateurs nationaux ont été acquis sur financement du Programme CapED Niger.

La cérémonie de remise officielle de ces tablettes au Ministère de l’Education Primaire, de l’Alphabétisation, de la Promotion des Langues Nationales et de l’Education Civique (MEP/A/PLN/EC) par le Bureau Régional de l’UNESCO à Dakar a eu lieu le 25 mai 2016 dans locaux de la Commission Nationale pour l’Unesco et l’ISESCO à Niamey.

M. Huot-Marchand, Spécialiste de Programme Education au Bureau régional de l’UNESCO à Dakar, représentant la Directrice Régionale, a, dans son allocution, mentionné que les tablettes constituent un outil indispensable de cette initiative qui vise à renforcer à distance la capacité des enseignants, pour une éducation de qualité au profit des enfants nigériens. En effet, le Niger fait partie des pays poursuivant les nouveaux objectifs de développement durable (ODD), en particulier l’ODD 4 qui vise « une éducation inclusive et équitable de qualité et un apprentissage tout au long de la vie pour tous ». M. Huot-Marchand a ensuite félicité les responsables et techniciens des ministères ainsi que l’équipe du projet pour leur engagement et leur disponibilité qui ont permis d’atteindre des résultats probants. Il a enfin souligné la disponibilité de l’UNESCO à poursuivre sa coopération avec le gouvernement du Niger pour la mise en œuvre de l’ODD4.

En réceptionnant ce matériel de travail, M. Moussa Siddo, Secrétaire général adjoint du MEP/A/PLN/EC, a loué l’exemplarité des relations de coopération qui existent entre l’Unesco et le Niger, de façon générale, et dans le cadre du programme CapED en particulier. Le Secrétaire général adjoint a relevé l’importance de l’intervention car il s’agit d’initier une formation des principaux encadreurs de proximité et enseignants que sont les Directeurs d’école en les dotant non seulement d’outils modernes de formation mais aussi en mettant en place une stratégie de formation permettant d’être le contact permanent entre les encadreurs des niveaux central et déconcentrés.

Il a demandé au Représentant de la Directrice Régionale de transmettre aux plus hautes autorités de l’UNESCO toute la reconnaissance du gouvernement du Niger pour les appuis multiples et multiformes de cette institution au profit du secteur éducatif nigérien. Il a enfin souhaité que la coopération entre le Niger et l’UNESCO se poursuive et se renforce davantage.

Préparation préalable des Directeurs

La cérémonie consacre le démarrage effectif de la formation des 80 directeurs d’écoles pendant 5 jours dans leurs régions respectives à l’utilisation des tablettes et à la stratégie de la formation à distance en préparation de l’auto-formation sur les deux modules pour laquelle ils bénéficieront d’une connexion internet pendant 3 mois. Au terme des 3 mois, une mission sera organisée dans les 8 régions pour évaluer la formation à distance des directeurs d’écoles ainsi que d’autres activités réalisées dans le cadre du programme CapED.

Le programme CapED au Niger

Le Bureau régional de l’UNESCO à Dakar coordonne le programme de renforcement des capacités pour les enseignants au Niger (CapED) depuis novembre 2012. Son objectif principal est de développer et d’améliorer les capacités institutionnelles pour la formation et le développement professionnel des enseignants à la fois du primaire et du secondaire général.

Depuis son lancement, ce programme faisait partie du « programme de renforcement des capacités pour l’Education Pour Tous (CapEFA) » de l’UNESCO qui visait à améliorer les capacités des pays pour atteindre les objectifs de l’EPT en 2015. Suite à l’adoption de l’Agenda de Développement Durable 2030 et du nouvel agenda Education 2030 en 2015, le programme CapEFA a été aligné avec l’Objectif de Développement Durable 4 « Assurer une éducation inclusive et équitable de qualité et promouvoir les possibilités d’apprentissage tout au long de la vie » et est devenu le « Programme de Renforcement des Capacités pour l’Education (CapED) ».

Niger: Niger Flow Monitoring Points (FMP), Reporting Period: 14 - 20 June 2016

24 June 2016 - 5:35pm
Source: International Organization for Migration Country: Algeria, Benin, Burkina Faso, Cameroon, Central African Republic, Chad, Congo, Côte d'Ivoire, Gambia, Ghana, Guinea, Guinea-Bissau, Liberia, Libya, Mali, Niger, Nigeria, Senegal, Sudan, Togo, World

IOM firmly believes in humane and orderly migration for all and all data reported through the flow monitoring aims to inform and highlight a migratory phenomenon in an area with dangers for migrants (challenging climate, dangerous road conditions, vulnerability to trafficking/other exploitation/abuse). Proportionally, the flows measured by IOM in the Agadez region are heavily concentrated on the route to and from the Libyan border. Migrants going towards Libya represent 68% of recorded migrants while those coming from Libya to Niger represent 20%.

The outoing flows during the past month continue to decrease while the incoming flows fluctuate. This time last month the incoming flow was over 16 000 whereas this week indicated around 11 000 migrants going towards Libya and Algeria. The incoming flows have fluctuated between 4000 and 6000 in the past month. The graph below details the weekly incoming and outgoing flows.