Appeal Global pour la Mauritanie 2012

16 May 2012

Résumé

La crise alimentaire et nutritionnelle qui touche en ce moment le Sahel devrait affecter environ 18 million de personnes cette année, et plus de 1 million d’enfants risquent d’être atteint de malnutrition aiguë sévère.

En Mauritanie, la rareté des pluies en 2011 a été préjudiciable à la production alimentaire, affectant la sécurité alimentaire. Les régions du sud et du sud-est, parmi les régions rurales les plus peuplées du pays, sont aussi parmi les plus pauvres. Une grande majorité des personnes vivant dans ces régions gagne moins de US$1 par jour, souffre d'extrême pauvreté, et est sujette à des catastrophes naturelles récurrentes.[1]

Selon les résultats de la dernière enquête de sécurité alimentaire menée par le Commissariat à la sécurité alimentaire et le Programme Alimentaire Mondial (‘Food Security Monitoring System’, décembre 2011), près du quart (24.6%) des ménages ruraux, soit

420 000 personnes sont en insécurité alimentaire dont 12.9% en insécurité sévère et 11.7% en insécurité modérée. Le nombre total de personnes affectées par l’insécurité alimentaire tant au niveau urbain que rural aurait atteint 700 000 en janvier 2012. Ces taux ont triplé par rapport à la même période de l’année dernière (8.7% contre 24.6%) et  sont déjà de trois points plus élevés que les taux observés en période de soudure normale (juillet 2011). On estime que 226 000 enfants à travers le Sahel meurent chaque année de malnutrition ou des suites de la malnutrition. La malnutrition aiguë sévère affecte entre 10% et 14% des enfants en Mauritanie. Le rapport note aussi que le taux observé en décembre 2011 pour le milieu rural est le plus élevé jamais enregistré durant cette période de l’année depuis que ce système de suivi a été mis en place.

Ces populations vulnérables sont exposées à la hausse des prix des denrées alimentaires et font face à d'énormes difficultés pour avoir accès à de la nourriture. Les pasteurs affectés vendent leur bétail pour couvrir leurs besoins alimentaires ou sont forcés de consommer les semences pour la prochaine saison agricole (juin 2012). Cet épuisement de stocks augmente leur vulnérabilité et diminue leur résilience à faire face à de nouveaux chocs.

A la crise alimentaire et nutritionnelle s’ajoute l’afflux de réfugiés maliens lié à l’instabilité au Mali. Entre le 26 janvier et le 29 avril 2012, 62 871 réfugiés maliens ont trouvé refuge dans la région de Hodh El Chargui et ont été installés dans le camp de Mbéra, à environ 50 kilomètres de la frontière. La communauté humanitaire estime que ce chiffre pourrait atteindre 70 000 réfugiés. La plupart des réfugiés arrivent dans des localités où les communautés hôtes sont déjà fortement vulnérables en raison du déficit alimentaire. Leur afflux exerce une pression supplémentaire sur des ressources alimentaires déjà très limitées, l'eau et les services d’assainissement aussi bien que sur la capacité faible des services sociaux de base. 

Cet appel global pour un total de $94 236 507 vise à soutenir les communautés les plus vulnérables. Elaboré pour couvrir les besoins dans le cadre d’une approche intégrée, les projets couvrent les secteurs suivants: la Sécurité Alimentaire ; la Santé ; le Multi-secteur (réfugiés) ; la Nutrition ; la Protection ; l’Eau, Hygiène et Assainissement ; le Relèvement Immédiat et la Coordination.



[1]Tous les montants dans ce document sont exprimés en dollars des Etats-Unis d’Amérique. Tout financement pour cet appel devrait être signalé au Service de Suivi Financier (Financial Tracking Service/FTS, fts@un.org). FTS donne les dernières mises à jour concernant projets, besoins financiers, et contributions humanitaires.

Document History

16 May 2012

Download the Document