Mid-Year Review of the Consolidated Appeal for Haiti 2012

26 July 2012

 Pendant les six premiers mois de 2012, les acteurs humanitaires ont continué à répondre aux besoins humanitaires non couverts, en travaillant avec leurs contreparties nationales dans les différents secteurs et à appuyer des actions ciblées de préparation et de réponse aux urgences. L’action des partenaires internationaux s’insère dans un système national de planification et de réponse aux urgences qui se développe graduellement.

Mais, la baisse du financement de la réponse humanitaire en 2012 a eu un impact important sur la présence de la communauté humanitaire ainsi que ses capacités de réponse, mettant en péril les réalisations acquises depuis le tremblement de terre de 2010. En dépit de l’intention des autorités nationales de prendre en charge le leadership de la réponse, la capacité des contreparties nationales reste faible et la présence internationale est cruciale pour assurer une réponse adéquate.

La révision à mi-parcours de l’Appel global s’inscrit dans une logique de continuité de la stratégie établie par l’équipe humanitaire du pays (EHP) en décembre 2011 qui accorde la priorité aux besoins humanitaires non couverts et à la transition des mécanismes de coordination aux contreparties gouvernementales. En mars 2012, l’EHP a pris la décision de rationaliser à partir de juillet 2012 les mécanismes de coordination humanitaire (les clusters) en désactivant 7 clusters et 2 sous-clusters sur les 11 existants. A partir de cette date, les seuls Clusters qui resteront activés sont les suivants: Abris d’urgence/Coordination des camps et gestion des camps, Eau, hygiène et assainissement, Santé, et protection. Ces clusters continueront à être gérés conjointement par une entité nationale et par une agence internationale cheffe de file. Les autres clusters seront désactivés et la réponse aux besoins humanitaires résiduels sera menée à travers les mécanismes de coordination sectorielle sous le leadership de la contrepartie gouvernementale concernée, avec l’appui de l’agence cheffe de file dans chaque secteur. Toutefois, même s’il s’inscrit dans un contexte de transition, l’Appel global s’attache à répondre à des besoins purement humanitaires.

A l’heure actuelle, le CAP 2012 n’a reçu que 19.5%% des financements demandés, soit
US$44 858 513. Il arrive au premier rang des appels les moins financés dans le monde[1]. Afin de faire face à la baisse du financement humanitaire, permettre la poursuite de la réponse et combler des besoins non couverts les plus critiques, l’EHP a décidé de définir des priorités parmi les priorités dans les différents secteurs. Les clusters ont, par conséquent, ajusté leurs plans sectoriels de réponse et leurs cadres logiques. L’Appel global a ainsi été révisé pour passer de $231 millions à $128 millions et les besoins de financement restants jusqu'à fin 2012 sont de
$80 millions. Bien que des besoins humanitaires résiduels existent dans tous les secteurs, les priorités définies portent sur la prévention et la prise en charge des personnes affectées par le choléra, le maintien de services de base dans les camps ainsi que l’appui aux retours, la protection des groupes vulnérables, les activités de mitigation des risques et l’appui ciblé aux populations en insécurité alimentaire.

Pour la communauté humanitaire, il s’agit d’une année charnière, qui montre bien à quel point le retrait des acteurs humanitaires et l’interruption de leurs activités par manque de fonds privent, non seulement les plus vulnérables d’une aide essentielle, mais menacent également les succès remportés depuis le tremblement de terre de janvier 2010, l’épidémie de choléra d’octobre de la même année et les efforts continus de préparation et de réponse aux urgences. De même, le processus de renforcement institutionnel des capacités nationales de diriger la planification humanitaire ainsi que ses acteurs est fragile car la transition devra être financée à travers de nouveaux mécanismes hors CAP tout en dépendant des capacités des contreparties internationales d’accompagner le renforcement des capacités nationales.


[1]Tous les montants dans ce document sont exprimés en dollars des Etats-Unis d’Amérique. Tout financement pour cet appel devrait être signalé au Service de Suivi Financier (Financial Tracking Service/FTS, fts@un.org). FTS donne les dernières mises à jour concernant projets, besoins financiers, et contributions humanitaires.

  

Document History

26 July 2012

Download the Document