Mid-Year Review of the Humanitarian Action Plan 2012 for the Democratic Republic of the Congo 2012

31 July 2012

La crise humanitaire en République Démocratique du Congo (RDC) s’est aggravée depuis le début de l’année 2012. Cette évolution est la conséquence de la détérioration de la situation sécuritaire dans toute la zone est, l’extension des épidémies et l’émergence de nouveaux besoins dans les domaines de la santé et de la nutrition notamment.

Avec la forte dégradation de la situation sécuritaire àl’est, le nombre de personnes déplacées internes est passé au 31 mai 2012 à environ 2.2 millions, contre 1.7 million au 31 décembre 2011. En février et mars 2012, des opérations militaires conjointes par les Forces Armées de la République du Congo (FARDC) et la Mission de Stabilisation des Nations Unies en RDC (MONUSCO) contre lesForces démocratiques pour la libération du Rwanda(FDLR) et d'autres groupes armés dans les deux Kivus ont provoqué d’importants déplacements de populations, particulièrement au Sud-Kivu. Ces opérations furent interrompues par un important mouvement de désertion au sein des FARDC à la mi-avril. Les combats entre les FARDC et les déserteurs regroupés au sein du Mouvement du 23 mars ou M23 d’une part et les activités d'un grand nombre de groupes armés d’autre part ont entraînés plusieurs déplacements de populations, principalement au Nord-Kivu, et un afflux  de réfugiés vers le Rwanda et l'Ouganda. Au centre du Katanga, l’augmentation des activités des Mayi-Mayi Gédéon etles accrochages entre ceux-ci et les FARDC ont causéune augmentation des personnes déplacées, passant de 55 000 en janvier à plus de 130 000 au 31 mai 2012.En Province Orientale, des attaques des Mayi-Mayi du Major Luc associés à des braconniers, contre les FARDC ont mené début mai à des actions de représailles par l'armée nationale contre des populations civiles, provoquant le déplacement d’au moins 11 500 personnes dans le territoire de Bafwasende.

Avec 19 003 cas et 399 décès enregistrés au 1 juin, l’épidémie de choléra avait atteint 88% des cas rapportés en 2011, touchant presque tout le pays. De nouveaux foyers continuent d’apparaître, notamment dans le district de l’Ituri. De plus, malgré les efforts de vaccinations de masse de riposte contre la rougeole en fin 2011 et début de 2012, le nombre de  nouvelles zones en épidémie est passé de 35 à 45 en mai 2012. Ceci rend primordial la vaccination de 3.8 millions d’enfants de 0 à 5 ans dans la deuxième partie de l’année 2012. Des stocks en intrants transfusionnels et la gestion de la sécurité transfusionnelle sont également devenus prioritaires suite à l’apparition d’un nouveau phénomène d’anémies sévères. Les dernières enquêtes font encore état d’une nouvelle dégradation de la situation nutritionnelle dans les Provinces de l’Equateur, du Katanga et du Maniema.

Les opérations de rapatriement vers l’Equateur de 81 000 Congolais réfugiés en République du Congo ont commencé début mai, ciblant 49 000 réfugiés en 2012.

Les nouveaux besoins identifiés entraînent une augmentation du budget du PAH qui passe à $791 331 026, ce qui correspond à une augmentation de 10%.[1]


[1]Tous les montants dans ce document sont exprimés en dollars des Etats-Unis d’Amérique. Tout financement pour cet appel devrait être signalé au service de suivi financier (Financial Tracking Service/FTS, fts@un.org). FTS donne les dernières mises à jour concernant projets, besoins financiers, et contributions humanitaires.

  

Document History

31 July 2012

Download the Document

Related Links