Mid-Year Review of the Humanitarian Action Plan for the Democratic Republic of the Congo 2010

14 July 2010
Humanitarian Action Plan: 30 november 2009

L’examen  à mi-parcours du Plan d’Action Humanitaire (PAH) 2010 de la République démocratique du Congo (RDC) prend en compte les faits majeurs intervenus au cours des six derniers mois dans le paysage sociopolitique, économique et sécuritaire national et leurs conséquences sur la situation humanitaire de la population vulnérable sur l’ensemble du territoire. Les faits les plus importants sont liés particulièrement : a) à l’émergence d’une nouvelle crise dans la province de l’Equateur ayant occasionné le déplacement de plus de 190 000 personnes dans des Etats voisins et à l’intérieur de la province, b) à la poursuite dans les provinces du Sud et Nord-Kivu et en Ituri des opérations militaires contre les Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR) et les groupes armés locaux, et c) à l’intensification des attaques de l’Armée de résistance du seigneur (LRA) dans les districts du Haut et Bas-Uélé en province Orientale.

Aux faits décrits plus haut, s’ajoutent quelques inquiétudes liées entre autres:

  • A la fragilité de certaines institutions provinciales
  • Aux conflits fonciers et tensions intercommunautaires en nette augmentation
  • Au projet de découpage de certaines provinces
  • Aux arrivées importantes d’expulsés congolais d’Angola dans quatre provinces (Bandundu, Bas-Congo, Kasaï occidental et Katanga) soit 12 000 personnes de janvier à avril 2010 contre 16 000 au total pour  l’année 2009

A l’est et au nord-est du pays, la situation n’est pas de nature à tranquilliser les populations en raison principalement de:

  • La résurgence et la radicalisation de groupes armés
  • La persistance des déplacements et la pérennisation des déplacements internes
  • (325 236 nouveaux déplacés en 2010)
  • L’augmentation des incidents sécuritaires affectant les humanitaires, soit 93 incidents dénombrés entre janvier et mai 2010 (principalement dans les Kivus) contre 64 à la même période en 2009

Au stade actuel, aucune révision majeure de la stratégie d’action humanitaire n’a été envisagée, l’essentiel étant une meilleure priorisation des activités dans le cadre des quatre objectifs de base: mortalité et morbidité, malnutrition, protection, déplacements et retours, ceci afin de sauver des vies et réduire les vulnérabilités. Pour ce faire, les zones géographiques prioritaires de mise en œuvre de l’action humanitaire ont été définies et précisées comme suit: Sud-Kivu, Nord-Kivu, province Orientale (Haut/Bas-Uélé et Ituri), Kasaï oriental et occidental, Equateur et zones d’urgences ponctuelles (catastrophes naturelles ou nouveaux conflits).

Par ailleurs, il est apparu essentiel d’améliorer la coordination entre les programmes humanitaires et ceux orientés vers la stabilisation, le relèvement communautaire ainsi que ceux relatifs à la restauration de l’autorité de l’Etat.

Les stratégies d’intervention et les modes opératoires des acteurs humanitaires devront également prendre en considération la reconfiguration du mandat de la Mission de l’Organisation des Nations Unies en République démocratique du Congo (MONUC) (Résolution 1925) qui, à partir du 1er juillet se nommera Mission de Nations Unies pour la Stabilisation et la consolidation de la paix en RDC (MONUSCO). La nouvelle résolution accorde la priorité à la protection des civils et des acteurs humanitaires. Si, à priori, la reconfiguration de la MONUC n’influera pas de manière significative sur la définition des stratégies humanitaires, il reste que le départ des troupes de certaines zones humanitaires (Equateur, province Orientale et Katanga) pourrait avoir un impact considérable sur la planification et la mise en œuvre des opérations (escortes, logistique et sécurisation des zones d’activités, y compris des bénéficiaires). A cet effet, la coordination entre la mission et les acteurs humanitaires devra être renforcée, de même que le dialogue avec les autorités.

 
La contrainte majeure identifiée dans la mise en œuvre de la stratégie de l’action humanitaire commune est liée à l’insuffisance des ressources financières (début juin 2010, seuls 41% ont été  mobilisés pour le PAH 2010, contre 47% mobilisés à la même période en 2009).

Les besoins humanitaires identifiés dans le cadre du PAH 2010 ont permis d'évaluer le coût de l'action humanitaire 2010 à 827 millions de dollars américains. Les contributions s'élèvent à 336 millions de dollars (source FTS au 25 juin) reçus des bailleurs gouvernementaux et privés, dont 51,5 millions de dollars octroyés par le fonds commun et 15,9 millions de dollars par le Fonds central d'intervention pour les urgences humanitaires (CERF).

Les financements par secteur sont les suivants: sécurité alimentaire (171 553 279 $) soit 57% des besoins exprimés; secteur logistique (10 727 814 $), soit 22% des besoins exprimés. Les secteurs les moins financés comprennent ceux de l’Eau, hygiène et assainissement (11 332 759 $), soit 10 % des 115 659 000 $ demandés et de la Protection (6 538 667 $), soit 7% des besoins.

De janvier à juin 2010, 152 projets ont été soumis au fonds commun tandis que 12 autres ont été financés par le CERF. Les montants bilatéraux, comme au cours des deux dernières années, représentent plus des 2/3 des fonds reçus au titre du PAH. Ces projets couvrent toutes les provinces de la RDC.

Considérant par ailleurs la situation globale des financements, et en dépit de la nouvelle crise affectant la province de l’Equateur, la communauté humanitaire de la RDC s’est résolue à maintenir les besoins de financement au même niveau qu’en janvier 2010, soit 827 616 628 $ . De même, il a été décidé de maintenir les besoins financiers des clusters par province à un niveau identique à celui du PAH initial.

Les contributions déjà reçues, au 25 juin 2010, s’élèvent à 336 millions de dollars, dont les 65 millions de dollars reportés de l’exercice 2009. Les besoins financiers non couverts s’élèvent donc à
491 665 323 dollars américains. A la même période en 2009, le taux de financement était de l’ordre de 47% du montant initial sollicité (831 million $).

Document History

14 July 2010
Humanitarian Action Plan: 30 november 2009

Download the Document

Related Links