Revue à mi-parcours de l'Appel global pour la République du Congo 2007

17 July 2007

Quelques chiffres concernant la République du Congo

  • Violences sexuelles: 1,870 cas identifiés en 2006 et au cours du premier semestre de 2007. 
  • Prévalence du VIH: 4,2% de la population;
  • Le paludisme est la cause de plus de quatre décès sur dix;
  • Taux de malnutrition chronique: 26%;
  • Personnes affectées par les récentes épidémies: 7,000 cas de choléra de novembre 2006 à juin 2007 dont 68 décès;
  • Mortalité infantile: 117/1,000;
  • Mortalité infanto-juvénile: 75/1,000;
  • Mortalité néonatale: 33/1,000;
  • Mortalité maternelle: 781/100,000;
  • Plus d’un enfant sur dix n’atteint pas l’âge de cinq ans;
  • Espérance de vie: 48.5 ans;
  • Taux net de scolarisation: 79%;
  • Taux de redoublement au primaire: 27%;
  • Financement du CAP au 18 juin 2007, 32%
    (sources: l’Organisation Mondiale de la Santé [OMS], le Programme des Nations Unies pour le Développement [PNUD] et le Fonds des Nations Unies pour l'Enfance [UNICEF]).

L’évolution de la situation politique, socioéconomique, et sociale ainsi que le faible financement des projets au cours des six derniers mois marquent cette révision semestrielle du CAP 2007. 


Le champ politique

On note:

  • La transformation du Conseil National de la Résistance, structure de la rébellion militaire dans le département du Pool, en parti politique, le Conseil National des Républicains;
  • Le 20 mai 2007, le Pasteur Ntoumi a été nommé « Délégué général auprès du Président de la République, chargé de la promotion des valeurs de paix et de la réparation des séquelles de guerres » (avec rang et prérogatives de Ministre délégué) suite à l’aboutissement de l’action de médiation entreprise par la concertation citoyenne des ressortissants du Pool (Pouvoir Politique de Brazzaville et Pasteur Ntoumi).  Il est utile de rappeler que le Pasteur Ntoumi avait multiplié les déclarations exigeant que lui soit attribué un statut spécifique qui lui garantirait une meilleure place dans le processus politique.  En effet, il craignait sans doute d’être marginalisé depuis le retour à Brazzaville en octobre 2005 de Bernard Kolélas, (l’ancien Premier ministre et dirigeant de l’opposition) suite à la grâce présidentielle qui lui a été accordée et de son rapprochement avec le président Sassou Nguesso.  Obtenir un statut particulier était la condition qui devait permettre également la participation de ses miliciens au processus de Démobilisation, de Désarmement et de Réintégration. 
  • La destruction symbolique à Kinkala, le 7 juin 2007, d’armes de guerre de l’ex rebelle, le Pasteur Ntoumi;
  • Le début de la campagne électorale pour les élections législatives dont le premier tour a eu lieu le 24 juin et le deuxième tour aura lieu le 22 juillet 2007.

Le champ économique
On constate que:

  • L’avancement dans les travaux de construction de la route nationale (N°1), financée par l’Union Européenne, a permis une certaine reprise des activités économiques entre Brazzaville et la région du Pool;
  • Le trafic ferroviaire augmente. 

Le champ social

Le 31 décembre, le Président de la République a annoncé une augmentation progressive des salaires.  Cette déclaration a permis une trêve sociale entre le Gouvernement et des syndicats qui souhaitent une augmentation du pouvoir d’achat.  Lors de cette allocution, le Gouvernement s’est également exprimé en faveur d’une intensification de la lutte contre la corruption.

Si l’on considère les immenses ressources naturelles et pétrolières du Congo, on peut s’imaginer qu’il s’agit d’un pays riche.  Il semble, malheureusement que bon nombre de partenaires financiers le perçoivent ainsi.  Cependant, lorsqu’on regarde de plus près la situation et les besoins existants, on peut s’interroger sur cette perception pour le moins optimiste.  En effet, un Congolais sur deux continue de vivre avec moins d’un dollar par jour.  L’écart entre riches et pauvres continue de se creuser.  Le Gouvernement, fortement endetté, n’arrive pas à garantir l’assistance humanitaire encore nécessaire aux populations touchées dans les zones post conflits telle que le Pool. 

Ainsi, les acteurs humanitaires révisent leur stratégie pour les six prochains mois et donnent la priorité aux points suivants:
 

  • Sauver des vies;
  • Réduire les vulnérabilités.

La stratégie d’action humanitaire commune doit en effet s’adapter au faible financement que ce CAP a mobilisé pour la prise en charge des personnes vulnérables (seulement 35% du budget requis a été mobilisé pour le premier semestre 2007).  Alors que le montant initial du CAP s’élevait à
US$ 28,081,486[1] seulement, le budget modifié pour cette révision sollicite un montant de $14,308,521.


[1]Tous les montants figurant dans ce document sont déclinés en dollars des Etats-Unis d’Amérique.  Vous trouverez des informations mises à jour concernant projets, besoins financiers et contributions sur le site du Service du Suivi Financier (FTS): http://reliefweb.int/fts

 

Document History

17 July 2007

Download the Document