Appel éclair pour le Bénin

13 May 2005

Le présent « Appel éclair », d’un montant de 5 951 780 USD,  vise à faire face aux besoins de 20 000 réfugiés Togolais, pour une période de 6 mois (mai 2005 à octobre 2005). 

Suite aux évènements de février, une rencontre sous-régionale des équipes de pays du Ghana, Togo,  Bénin et de plusieurs ONG s’est tenue à Cotonou en mars 2005. Son objectif était d’harmoniser les plans de contingence inter-agences dans la perspective de troubles éventuels liés aux élections présidentielles togolaises.  Avec l’appui du Bureau Régional pour l’Afrique de l’ouest du Bureau de la Coordination des Affaires Humanitaires (BCAH), et sur la base des plans spécifiques des agences spécialisées dans le domaine de l’aide humanitaire (HCR, UNICEF, PAM, OMS), le SNU Bénin a ainsi pu finaliser son propre plan de contingence inter-agences. Cet exercice a facilité le développement du présent appel éclair. 

A l’occasion des élections présidentielles togolaises du dimanche 24 avril 2005, la frontière bénino-togolaise a été fermée le vendredi 22 avril. 

Dans la fin de journée du dimanche 24 avril, des troubles ont éclaté dans la ville frontalière de Aného et les premiers mouvements de populations, notamment à travers le fleuve Mono, ont été enregistrés dans la journée du lundi 25 avril. L’essentiel de ces personnes déplacées ont trouvé refuge à la Paroisse d’Hillacondji.  Plusieurs autres passages ont été signalés en différents points des localités frontalières (Athiémé, etc.).  Ce mouvement de population s’est poursuivi de manière régulière depuis ce jour. Au 5 mai 2004, on compte un total de 11 458 réfugiés enregistrés, dont 5 536 enfants : 3 790 réfugiés sur les sites et camps de Hillacondji, Comè et Lokossa et 7 668 dans des familles d’accueil, principalement situées dans les zones frontalières du département du Mono et à Cotonou.  

Considérant la proportion importante (près de 70%) de réfugiés hébergés dans les familles et communautés d’accueil, le présent appel intègre non seulement l’assistance directe aux réfugiés présents sur les camps, mais également plusieurs types d’assistance directe et indirecte aux familles et structures existantes. 

Le système des Nations Unies au Bénin, sur la base de sa propre évaluation de la situation et des données fournies par le Gouvernement béninois estime à 5 951 780USD le montant nécessaire pour satisfaire les besoins immédiats de réfugiés. 

Le présent appel a été préparé en étroite consultation avec le Gouvernement du Bénin.  Il vise à appuyer les efforts de celui-ci et de la société civile béninoise dans la prise en charge et l’atténuation des effets de la présence de 20 000 réfugiés au Bénin. Il doit être précisé à cet égard que, même si la période troublée des élections au Togo semble être passée, les réfugiés togolais ne comptent pas réintégrer leur pays d’origine dans l’immédiat. 

L’appel regroupe de façon exhaustive l’ensemble des besoins et moyens nécessaires pour prendre en charge les effets de la présence de 20 000 réfugiés pendant une période de 6 mois. Toutefois, il n’exclut pas qu’une partie de la réponse puisse être apportée de façon indépendante par des partenaires gouvernementaux et/ou extérieurs.  Il est escompté que ces partenaires tiendront informé le Coordonnateur Résident de leurs interventions afin qu’il puisse en être tenu compte dans l’organisation et le re-dimensionnement des moyens à mettre en place. 

Considérant la nature, le caractère d’urgence, la durée et la période du présent appel, il n’est pas envisagé à ce stade d’y intégrer des activités à caractère économique (génératrices de revenu et de production alimentaire). 

Les domaines prioritaires d’intervention auxquels le présent appel répond sont : la protection, l’abri, l’alimentation, les besoins domestiques, l’eau et l’assainissement, l’éducation, la santé, les services communautaires et la coordination et appui opérationnel. 

Les agences du SNU récipiendaires de l’actuel appel de fonds sont le HCR[1], l’UNICEF, le PAM, l’OMS, le FNUAP et le Bureau du Coordonnateur Résident/Agent Habilité, avec l’appui du BCAH. 



[1]Les activités du HCR présentée dans cet appel font partie de son plan d’opération régional couvrant le Bénin, le Togo et le Ghana et répondant de manière globale aux besoins des réfugiés togolais. Le budget total de ce plan régional, en cours d’examen, est de 4,7 millions de dollars pour une période de 8 mois.
 

Document History

13 May 2005

Download the Document