Appel global pour le Tchad 2005

11 November 2004

L’évolution de la situation politique au Soudan et l’arrivée massive de réfugiés du Darfour ont eu un impact direct sur la situation démographique, environnementale, politique et sécuritaire du Tchad. 

Au cours des derniers 16 mois, le conflit au Darfour s’est traduit par l’arrivée de 200 000 réfugiés dans l’Est du Pays. En septembre 2004, avec l’assistance des Agences des Nations Unies (NU) et des Organisations Non-Gouvernementale (ONG), 185 000 personnes ont été enregistrées et  réparties dans 11 camps.  Cet afflux de réfugiés soudanais s’ajoute aux 30 000 réfugiés originaires de la République Centre Africaine déjà présents dans les régions de la Grand Sido et de la Nya Pendé au Sud du pays. 

En l’absence de données récentes (le dernier recensement a eu lieu en 1993), l’impact de ce flux migratoire sur les populations autochtones reste difficile à évaluer. Aussi, dans l’Appel Global (CAP) 2005, le Fonds des Nations Unies pour la Population (FNUAP) se propose-t-il de mettre en place un projet de recensement de la population indigène dans les zones concernées. Les populations locales vivaient déjà dans un environnement fragile, caractérisé par un manque d’eau, de bois, et de terres arables. L’arrivée soudaine sur leurs terres de 200.000 personnes se traduit par une tension croissante entre les populations autochtones et réfugiées. 

Avant même la crise du Darfour, la faiblesse des services de bases, ainsi que l’absence de perspectives pour les jeunes, rendaient les conditions de vie dans l’Est du Tchad très précaires. L’afflux de réfugiés, l’instabilité régionale, et le trafic d’armes transfrontalier, conjugués à la faible pluviométrie enregistrée en 2004 mettent aujourd’hui en danger la stabilité économique et politique de la région et du pays. 

Dans un tel contexte, et en cas de prolongation de la crise soudanaise, l’arrivée d’une nouvelle vague de réfugiés (estimée à 100 000 personnes par le Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (HCR)) se traduirait par une dégradation des conditions sécuritaires et humanitaires et mettrait en danger la sécurité alimentaire des populations locales. 

Compte tenu de la situation actuelle et des risques identifiés, les objectifs prioritaires de la communauté humanitaire au Tchad en 2005 sont les suivantes :  

  • Assurer une couverture des besoins essentiels aux populations réfugiées ; 
  • Assurer une couverture des besoins essentiels aux populations locales affectées par l’afflux des réfugiés ;
  • Attirer l’attention de la communauté internationale sur la détérioration de la situation humanitaire au Tchad.

Les secteurs prioritaires identifiés pour l’action humanitaire en 2005 sont : 

  • L’eau ;
  • L’environnement ;
  • L’agriculture, l’élevage et la sécurité alimentaire ;
  • La protection et le respect des droits humanitaires ;
  • L’appui aux services de base, santé et éducation.

La stratégie proposée et les projets qui en découlent ont été élaborés au cours d’ateliers sectoriels tenus au Tchad en septembre 2004. Ces ateliers ont réuni les différents acteurs de la communauté humanitaire présents sur le terrain, ainsi que les représentants du gouvernement local. Les résultats de ces ateliers ont été confirmés par les conclusions d’une mission inter-agence et gouvernementale menée en septembre sur les régions de Wadi-Fira,  de Ouaddaï et Borkou-Ennedi-Tibesti (BET).

L’Appel Global pour le Tchad en 2005 s’élève à  182 691 840 US$,  pour la mise en place de 64 projets présentés par 11 Agences des NU et 9 ONG travaillant étroitement avec les autorités locales.

Document History

11 November 2004

Download the Document

Related Links

Télécharger le document

Projets (Français)
PDF
Word