A propos d’OCHA Côte d'Ivoire

 

OCHA a établi sa présence en Côte d’Ivoire en 2002 pour faire face aux conséquences humanitaires de la crise politico-militaire traversée par le pays. Au fil des ans, le Bureau d’OCHA a joué un rôle clé dans la mise en place d'un cadre de coordination de transition en vue de la reconstruction. Le Bureau pays a fermé en 2010 laissant une petite Unité d’appui humanitaire intégrée au Bureau du Coordonateur Résident du Système des Nations Unies. Dans la foulée des violences postélectorales qui ont plongé la Côte d’Ivoire dans une autre crise humanitaire en novembre 2010, OCHA a rouvert son Bureau pays à Abidjan en 2011 et étendu sa présence dans l'ouest avec un sous-bureau à Man et deux antennes à Toulepleu et Guiglo.

En 2012, le pays a connu un retour progressif à la stabilité mais la situation sécuritaire est restée fragile. Malgré les progrès réalisés, des défis importants demeurent pour rétablir l'autorité effective de l’État et les services de base dans tout le pays, diriger les efforts de réconciliation et de cohésion sociale, faire face à l'insécurité persistante et aider à la reconstruction des infrastructures.

À la lumière de la stabilisation en cours, OCHA appuie la transition progressive des mécanismes de coordination humanitaires vers la partie nationale. Si les conditions économiques et sécuritaires s'améliorent en 2013, OCHA mettra l'accent sur le relèvement précoce et la pérennisation des retours des populations affectées par la crise, tout en assurant la prise en compte des besoins humanitaires résiduels. Ce faisant, OCHA favorisera la complémentarité entre les diverses initiatives de relèvement du gouvernement et de la communauté internationale. Dans le cadre de la transition, une attention particulière sera allouée à la préparation aux urgences et à la réduction des risques de désastres.