Côte d’Ivoire

Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) des Nations Unies a ouvert son antenne en Côte d’Ivoire en 2011 en réponse à la crise post-électorale. Cette crise, qui a secoué le pays entre novembre 2010 et mai 2011, a affecté plus de deux millions de personnes, provoquant le déplacement de plus de 600 000 personnes à l’intérieur du pays et de plus de 180 000 nouveaux réfugiés ivoiriens vers les pays de la sous-région. Depuis 2011, la situation de la Côte d’Ivoire s’est nettement améliorée sur les plans politique, sécuritaire et socio-économique. La plupart des personnes déplacées internes (PDI) sont retournées dans leurs villages d’origine et les acteurs humanitaires continuent de soutenir le retour progressif et volontaire et la réintégration durable des réfugiés et des PDI. Cependant, les progrès visibles réalisés dans le pays masquent des indicateurs sociaux alarmants et un niveau de pauvreté très élevé. En 2015, la Côte d’Ivoire est classée 172ème sur 188 pays pour son indice de développement humain.

Dans ce contexte de relèvement, OCHA coordonne la réponse aux besoins humanitaires résiduels dans les zones de retour à l’ouest et celles au nord du pays où l’extrême vulnérabilité persiste, notamment en terme d’insécurité alimentaire. OCHA continue d’appuyer la mobilisation des ressources et le plaidoyer humanitaire pour ces populations les plus vulnérables. Le bureau initie et conduit les processus de planification commune des acteurs humanitaires. Depuis la procédure d’appel global en 2012 (CAP), des stratégies humanitaires sont élaborées avec les secteurs afin de développer des analyses des besoins sectoriels et de s’accorder sur les priorités stratégiques d’intervention (Besoins Humanitaires 2013, Stratégie Humanitaire 2014-2015 et Stratégie Humanitaire 2016). L'expertise d'OCHA continue d’être sollicitée dans le cadre de la préparation à l'urgence, pour développer les plans de contingence inter-agences face aux différents risques climatiques qui menacent le pays. La transition de l’urgence au développement, amorcée en 2013, s’est d’abord traduite par la passation de la responsabilité de la coordination humanitaire stratégique au gouvernement, à travers la mise en place du Comité de Coordination Elargi (CCE) qui réunit les représentants du gouvernement avec les acteurs humanitaires et les partenaires au développement. Les clusters, établis pendant la crise pour assurer la coordination sectorielle, ont été graduellement désactivés et leurs prérogatives transférées aux groupes sectoriels dirigés par les ministères compétents. Le renforcement des capacités du gouvernement de Côte d’Ivoire en matière de préparation et de réponse aux urgences est un volet essentiel des activités d’OCHA.

En soutien aux efforts du gouvernement, OCHA appui et coordonne le développement des plans de préparation et de réponse (réduction des risques des catastrophes, Ebola, déguerpissements des forêts classées, etc.) et facilite des formations liées à la préparation à l'urgence. OCHA est en outre très actif pour établir un partenariat innovant et durable entre les autorités, les acteurs humanitaires et le secteur privé en Côte d’Ivoire. Le bureau en 2016 conserve sa capacité de gestion de l'information et continue de livrer un grand nombre de services pour les différents acteurs en matière de cartographie, d'analyse et de gestion de bases de données, afin de faciliter le travail opérationnel des acteurs humanitaires qui continuent d’œuvrer dans le pays. Le bureau pays est localisé à Abidjan; un sous-bureau situé à Man assure le suivi dans l’Ouest du pays. En 2016, dans le cadre de sa stratégie de sortie, OCHA continue d’accompagner la transition humanitaire en transférant graduellement ses capacités et responsabilités aux acteurs nationaux.

Plus d'information sur la réponse humanitaire à la Côte d'Ivoire :
www.humanitarianresponse.info/operations/ivory-coast

Cartes récentes

Infographies récentes

Rapports de situation