Assemblée générale des Nations Unies: 4 choses à savoir

24 Sep 2013

Un guide sur les questions humanitaires que nous suivrons durant la 68e session de l’Assemblée générale des Nations Unies à partir de mardi 24 septembre.
Un guide sur les questions humanitaires que nous suivrons durant la 68e session de l’Assemblée générale des Nations Unies à partir de mardi 24 septembre. [Français - Anglais]

Au côté du Secrétaire général des Nations Unies, des dizaines de chefs d’états, des ministres, des chefs d’agences onusiennes et de la société civile, ainsi que d’autres dignitaires se réunissent à New York pour la 68e session de l’Assemblée générale des Nations Unies. Cet évènement annuel – une série de réunions commençant le 24 septembre se prolongeant sur deux semaines – verra les Etats membres discuter et débattre d’un large éventail de questions politiques, économiques et liées à la sécurité.

Chaque année, OCHA et ses partenaires saisissent cette opportunité pour mettre en évidence des domaines importants liés aux questions humanitaire et plaidoyer en faveur des gens touchés par des crises pour un soutien et la recherche de solutions.

Voici quatre questions humanitaires sur lesquelles OCHA se concentrera durant l’Assemblée générale 2013:

1. La crise humanitaire en Syrie ne doit pas être occultée par le débat politique. Le conflit syrien et l’utilisation d’armes chimiques vont certainement continuer de dominer les discussions au cours des prochains jours. Nous espérons que cela ne va pas détourner l’attention de la sévère crise humanitaire qui touche le pays actuellement. Plus de 7 millions de Syriens ont besoin d’aide humanitaire. Plus de 2 million ont fui le pays.

La chef de l’aide humanitaire de l’ONU, Valerie Amos, a lancé de nombreux appels dans ce sens au cours de la crise. Elle participera, mardi 24 septembre, à une réunion de haut niveau sur la Syrie organisée par le Royaume-Uni.

« En ce moment, nous parlons de toutes les questions liées aux armes chimiques, il est important que cela soit traité (et) il est important de maintenir la pression afin d’obtenir une solution politique, » a dit Madame Amos dans un entretien qui sera publié plus tard dans la journée. « Mais les questions humanitaires et les abus des droits de l’homme qui  se répandent de manière incontrôlée à l’intérieur du pays – nous avons aussi besoin que nos dirigeants se préoccupent de ces problématiques. »

2. Nous exhorterons les Etats membres à faire tout ce qu’ils peuvent pour inverser la situation qui continue de se détériorer en République centrafricaine (RCA). Chaque personne en RCA a été affectée depuis que le pays a sombré dans l’insécurité, la violence et le désespoir. Depuis décembre 2012, 250 000 personnes ont été contraintes de fuir leur foyer et 60 000 autres personnes ont fui le pays.

L’insécurité persistante fortement entravé le travail des organisations humanitaires pour fournir une assistance à ceux qui en ont le plus besoin. Ce mois-ci, deux acteurs humanitaires travaillant pour l’ONG française ACTED ont été tués au nord de la capitale, Bangui.

Le mercredi 25 septembre, Mme Amos and Kristalina Georgieva, la commissaire européenne chargée de la coopération internationale, de l'aide humanitaire et de la réaction aux crises, présideront un événement de haut niveau qui se concentrera sur la situation en RCA. Mme Amos and Mme Georgieva ont visité la RCA plus tôt dans l’année.

« Nous avons été toutes les deux choquées par ce que nous avons vu mais nous avons aussi eu le sentiment qu’il  y avait une vraie opportunité…pour la communauté internationalE de vraiment faire une différence, » a dit Mme Amos.

« Si seulement ils pouvaient se concentrer sur la République centrafricaine et penser aux ressources nécessaires – le soutien requis afin de commencer à construire des institutions dans le pays – et apporter un soutien financier indispensable pour les nombreuses organisations opérationnelles sur le terrain. »

« Donc j’espère que cette réunion créera l’opportunité pour que cela se passe. »

3. Nous célébrerons une nouvelle génération de champions humanitaires africains. Un peu plus tard dans la journée du mercredi 25, OCHA et l’Union Africaine seront les hôtes d’un évènement pour célébrer les champions humanitaires africains. L’évènement va mettre en lumière une nouvelle approche de l’intervention humanitaire en Afrique – une approche guidée par les gouvernements et la société civile africains qui met d’avantage l’accent sur le développement de la résilience plutôt que SUR la réponse aux besoins dans le court terme.

Cet évènement se veut une opportunité pour les gouvernements africains et les représentants du secteur privé de montrer comment ils font face aux besoins humanitaires, et de faire part de  l’évolution de la réponse africaine aux situations humanitaires.

4. Nous soulignerons que construire la résilience devrait être au cœur de notre soutien aux pays du Sahel. Les populations du Sahel  – une région qui s’étend à travers 9 pays du Sahara – sont les plus vulnérables dans le monde aujourd’hui. Ils sont confrontés à l’insécurité alimentaire et à la malnutrition, des crises sanitaires, des catastrophes naturelles,  et de plus en plus fréquemment, à l’insécurité et à la violence.

eudi (26 septembre), le Secrétaire-général organisera une réunion sur le Sahel qui devrait aboutir à l’approbation d’une stratégie intégrée pour la région. Un des trois piliers de cette nouvelle stratégie est la Résilience – l’idée que les efforts humanitaires et de développement doivent se concentrer sur comment adresser les causes structurelles de la vulnérabilité. Cette approche est déjà au cœur de la plupart du travail des organisations humanitaires dans le Sahel.

Avant cet évènement, nous vous présenterons un entretien avec Robert Piper, le Coordonnateur régional de l’action humanitaire pour le Sahel.

Suivez l’Assemblée générale en direct sur le lien d’ONU web TV et suivez OCHA sur Twitter @UNOCHA pour de nouvelles informations et mises à jour.

Lire le titre en Anglais >>

トップストーリー