A propos d’OCHA Niger

Le Bureau des Nations Unies pour  la Coordination des Affaires Humanitaires (OCHA) du Niger a été créé en 2005, suite à une grave crise alimentaire dont 3,6 millions de Nigériens (près du tiers de la population totale) avaient été victimes. Depuis lors, OCHA Niger a joué un rôle important dans la coordination de la réponse aux crises alimentaires en mettant en place, des  mécanismes de coordination de l’assistance  humanitaire internationale adaptés au contexte et en appui au gouvernement pour porter secours et assistance  aux populations affectées par ces crises alimentaires et nutritionnelles ainsi que celles engendrées par  les  intempéries, les mouvements de populations et les épidémies.

Heavy rains overnight flooded homes and streets, forcing people out of their dwelling.  Niamey -19 august 2012, Photo: Franck Kuwonu, OCHA-NIger.

Le Niger est l'un des pays les plus pauvres au monde où plus de la moitié de la population vit en dessous du seuil de pauvreté. Pays sahélien, il est enclavé et  en proie à des crises multiples. Depuis plus d’une décennie, le Niger fait face à des crises alimentaires et nutritionnelles quasi récurrentes. A ces crises s’ajoutent les catastrophes naturelles, notamment les inondations et les épidémies qui affectent également les couches les plus vulnérables de la population. Le pays est également confronté aux mouvements forcés de populations. Il accueille de nombreux réfugiés et migrants en provenance de pays voisins ainsi que des nigériens retournés, notamment du Mali, du Nigéria et de la Libye. OCHA Niger œuvre aussi à faciliter le partage et l'accès à l'information des acteurs humanitaires qui en ont tant besoin dans le cadre de leur planification, des actions pour éviter les duplications et les chevauchements et pour assurer leur plaidoyers auprès des structures appropriées et des donateurs.


La situation humanitaire est caractérisée par :
 

1.   Les mouvements de populations : Environ 54 000 réfugiés  maliens vivent au Niger,  et plus de 40 000 nouvelles personnes déplacées en provenance du nord du Nigeria sont enregistrées dans la région de  Diffa entre janvier et août 2014, portant leur nombre total à plus de 85 000 déplacés depuis le début de la crise en mai 2013 (selon un monitoring d’IRC en date d’août 2014). Environ 13 000 personnes fuyant les violences au nord du Nigéria  sont arrivées dans la région de Diffa  (Sud-est du Niger) au cours d’un seul mois (entre le  8 août et le 4 septembre 2014). A ceux-là s’ajoutent les migrants expulsés de la Libye.

2.   Une situation nutritionnelle préoccupante : Selon l’enquête nutritionnelle nationale de juin 2013, le taux de malnutrition aigüe global (MAG) au Niger est de 13,3%, bien au-dessus du seuil d’alerte de 10% fixé par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Les régions d’Agadez et de Maradi affichent des taux de prévalence de MAG relativement élevés, avec respectivement 14%, et 16,3 %. En dehors de la région de Niamey, la prévalence de la malnutrition aiguë sévère en 2013 dépasse le seuil d’urgence de 2% dans toutes les autres régions du pays.

3.   Une insécurité alimentaire chronique : Selon les résultats des réunions techniques du Dispositif National de Prévention de Gestion des Catastrophes et Crises Alimentaires de juin 2014, 230 zones vulnérables regroupant 5 203 villages pour une population estimée à 5 118 769 personnes ont été  identifiées. Environ 80 pour cent de cette population est localisée dans les régions de Diffa, Tillabéry et Tahoua connues pour être les principales zones d’accueil des réfugiés maliens et personnes déplacées du Nigéria.

4.  De fortes pluies enregistrées au cours de la présente saison hivernale ont provoqué des inondations à travers le pays. A la date du 22 septembre 2014, 75 314 personnes, ont été affectées, selon les chiffres du Gouvernement. Avec 22 199 personnes sinistrées, la région de Tillabéry est la plus touchée. Elle est suivie de Maradi (14 149), de Dosso (13 604) et de Zinder (12 842). La région d’Agadez semble la moins affectée avec 235 personnes, juste derrière Niamey (721). Quant à Tahoua, on y a recensé 11 564 personnes sinistrées. 

Dans un tel contexte et de façon générale, OCHA travaille avec les différents partenaires pour (1) assurer une meilleure planification et coordination des activités humanitaires, (2) assurer le maintien de l’espace humanitaire, le renforcement des capacités des partenaires et une plus grande cohérence entre les activités humanitaires, de relèvement et de développement en recherchant l’implication de tous, depuis le stade de la planification à l’indentification des priorités de l’action humanitaire au Niger. OCHA Niger facilite également la participation des acteurs humanitaires aux mécanismes de coordination du gouvernement  notamment le Dispositif National, et leur accès à l’information pour éviter les duplications et les chevauchements et assurer leurs plaidoyers auprès des structures appropriées et des donateurs. 

Enfin, OCHA Niger travaille en étroite collaboration avec toutes les structures de l’Etat tant sur le terrain qu’au niveau de Niamey en mettant en évidence, chaque fois que possible, le leadership des structures nationales tout en veillant au respect des principes humanitaires et opérationnels.

L’équipe de OCHA Niger est constituée de 38 staffs soit 25 nationaux, 09 internationaux, 03 volontaires nationaux et 1 volontaire internationale  des Nations Unies, ainsi qu’ 1 JPO, tous répartis entre le bureau pays à Niamey et trois sous-Bureaux principaux de terrain (Maradi, Tahoua et Diffa). A certains de ces Sous-bureaux, sont  rattachées  des antennes présentes à Zinder (Diffa)  et Agadez (Tahoua) et Tillabéry (Niamey). La région de Dosso est, quant à elle, couverte par le Bureau de Niamey.  Il est loisible de constater que OCHA a su quadriller le pays, au moins en ses parties présentant des problématiques d’intérêt pour la communauté humanitaire du Niger. 

(Cf. carte ci-jointe).

 

Contacts:

Mr. Dieudonné BAMOUNI
Chef de Bureau
e-mail: dieudonneb@un.org
Tel: +227 96 00 94 98
 

Mr. Vedaste KALIMA
Adjoint au Chef de Bureau
e-mail: vedaste@un.org
Tel: +227 98 21 03 81
 

Mr. Clément KAREGE
Chargé de la Gestion de l'Information
e-mail: karege@un.org
Tel: +227 96 00 94 95
 

Mme Katy THIAM
Chargée de l’Information Publique
Email : thiamk@un.org
Tel : +227 99 71 71 39

 

Dernière mise à jour le 04/11/2014