Partenariat avec la CEEAC (ECCAS)

L’impact des catastrophes sur le plan humain et socio-économique dans la région a emmené  la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale (CEEAC), principale organisation de coopération régionale qui regroupe onze Etats membres , à inscrire la gestion des risques de catastrophes  sur le registre de ses priorités au travers de quatre des douze axes d’orientation de sa Politique générale en matière d’environnement et de gestion des ressources naturelles.

Afin de renforcer cette priorité, un protocole d’accord engageant la CEEAC et OCHA a été signé le 25 octobre 2013 par leurs plus hautes personnalités. Cet outil permet d’établir un cadre de coopération entre ces deux Parties aux fins de créer une synergie en matière de préparation et de réponse aux situations d’urgence en Afrique Centrale. Une feuille de route assortie d’un chronogramme de mise en oeuvre de cet accord est en cours de finalisation  par les deux parties.
    
Cet accord fait suite à plusieurs activités de partenariat menées depuis 2010.

En septembre 2010 un atelier portant sur la préparation aux situations d’urgence et la familiarisation avec le système UNDAC (Système des Nations Unies pour l’Evaluation et la Coordination en cas de Catastrophe) fut organisé à Yaoundé/Cameroun et rassembla les structures en charge de la gestion des catastrophes des 10  pays de la CEEAC ainsi que la FICR, OCHA, OMM et ISDR. Cette réunion initiale avait débouché notamment sur 10 recommandations principales dont:

  • la création d’un Comité de suivi des recommandations issues de l’Atelier régional de Yaoundé 2010 (composé du Cameroun - président- Burundi, Gabon et Tchad –membres-);
  • la création d’une Association régionale des Directeurs Nationaux de la Protection Civile et de Gestion des Catastrophes ;
  • l’ élaboration et l’adoption d’un Plan d’action de la CEEAC dans le domaine de la préparation à la réponse aux catastrophes d’une durée initiale de 5 ans couvrant la période de 2012 à 2017 avec des actions à court, moyen et long termes  assorti d’un budget conséquent ;
  • la désignation par OCHA d’un conseiller humanitaire auprès de la CEEAC.

Cette réunion initiale a été suivie, en avril 2011 à Yaoundé, d’une première consultation régionale sur la préparation aux inondations et autres catastrophes naturelles en Afrique centrale. Cette consultation a permis de lancer les jalons de la formulation du Plan de Yaoundé pour la préparation et la réponse aux catastrophes en Afrique Centrale.

La CEEAC, OCHA ; la FICR et le Gouvernement gabonais ont organisé du 11 au 13 juin 2012 à Libreville la deuxième Consultation régionale sur les catastrophes en Afrique centrale.  A l’issue des travaux d’importants instruments ont été adoptés par le sommet spécial des ministres en charge des dossiers de réduction des risques des catastrophes, notamment:

  • la Stratégie régionale en matière de Réduction des Risques de Catastrophes assortie de son Cadre d’Action pour l’Afrique centrale ;
  • le Plan d’Action de Yaoundé (PAY) pour la préparation et la Réponse aux Catastrophes en Afrique centrale;
  • la Déclaration Ministérielle de Libreville qui exprime l’engagement politique des Etats membres de la CEEAC.   

Face à l’accroissement des catastrophes technologiques, les conflits socio-politiques, le Plan d’Action de Yaoundé est ouvert à l’ensemble des catastrophes susceptibles de se produire dans la région.  Il est  axé sur cinq piliers thématiques:

  1. Répertorier les risques et identifier les vulnérabilités aiguës ;
  2. Améliorer les mécanismes de prévention et d’alerte ;
  3. Accroître les capacités de préparation, de prévention, de réponse et de réhabilitation aux crises, au niveau national et régional ; Renforcer et améliorer le cadre institutionnel et juridique relatif à la réduction des risques et à la gestion des catastrophes ;
  4. Accroître les capacités de financement des mécanismes de préparation et de réponse aux crises.

Sous l’égide de la CEEAC, la troisième consultation de préparation et de gestion aux catastrophes en Afrique Centrale a finalement encore eu lieu à Libreville, du 21 au 22 octobre, et a permis de faire le relais avec la 2e Session de la Plateforme de RRC en Afrique centrale organisé par ISDR.

Les travaux ont portés sur la nécessité de (1) renforcer la coordination de la préparation et la réponse aux catastrophes en donnant plus de poids aux structures en charge, en encourageant les services dépendant de Ministères à devenir des agences plus autonomes, de (2) clarifier l’ancrage institutionnel des plateformes de gestion des risques de catastrophes qui ne sont pas des organes décisionnels ni de réponse qui remplacent les autres,  (3) d’opérationnaliser le Plan d’Action de Yaoundé et, (4) de transformer le Comité de suivi en Comité de pilotage, doté d’une feuille de route claire et réaliste, et (5) en militer pour la création de la plate-forme des parlementaires engagés dans la lutte pour la réduction des risques des catastrophes.

Evénement

Consultation annuelle pour la gestion des catastrophes en Afrique Centrale / Annual consultation for Disaster Management in Central Africa

Date: 28 Avril (April) - 1 Mai (May) 2014

Lieu/Place: Yaoundé, Cameroun

Activités clés prévues avec la CEEAC en 2014

  • Formulation de la feuille de route du protocole d’accord de partenariat entre la CEEAC et OCHA (janvier)
  • Réunion du comité de pilotage du Plan de Yaoundé en avril 2014
  • Consultation annuelle du réseau des services de protection civile et des Sociétés de Croix-Rouge (mi-juin, Bujumbura)
  • Préformation UNDAC pour les Etats membres de la CEEAC (Q3-4 2014)
  • Etablissement de bureau de liaison OCHA auprès de la CEEAC et de l’UNOCA