Skip to main content

You are here

A propos d'OCHA CAR

La RCA continue à faire face à une grave crise de protection, avec une augmentation constante des violations des droits humains et du droit international humanitaire malgré la signature de l'Accord Politique pour la Paix et la Réconciliation en 2019. Ceux qui souffrent le plus, ce sont les populations civiles. Un Centrafricain sur quatre est déplacé soit à l'intérieur du pays ou dans un pays voisin, et les vagues de retour de personnes déplacées et rapatriées ont considérablement ralenti.

La violence basée sur le genre (VBG) est un fléau, avec un incident signalé toutes les heures par le système d'alerte humanitaire, qui ne couvre que 42% du pays – et ces chiffres représentent seulement la partie émergée de l’iceberg. Les acteurs humanitaires ont enregistré une augmentation de près de deux fois du nombre de cas de violence à l'égard des filles et des femmes à la suite des restrictions imposées par la COVID-19. A travers le pays, les enfants continuent d'être exposés à des risques de protection. Une famille sur quatre craint pour la sécurité de ses enfants, principalement s’agissant des violences sexuelles contre les filles, du travail forcé et du recrutement par des groupes armés pour les garçons.

En 2021, 2,8 millions de Centrafricains et Centrafricaines – 57% d’une population estimée à 4,9 millions – auront besoin d’assistance humanitaire et de protection. Parmi elles, près des trois quarts ont des besoins aigus, en d'autres termes, la survie physique et morale de 1,9 millions de personnes, 39% de la population, est en danger.

Cette situation est révélatrice des conséquences dramatiques de l’arrivée de la pandémie de COVID-19 dans un pays déjà ravagé par des décennies de conflits armés, de sous-développement et où les catastrophes naturelles se font plus fréquentes et graves. La majorité de la population vit dans un sombre quotidien, des conditions si difficiles qu’elle peine à se nourrir, à se loger dignement et à assurer une scolarité minimale à ses enfants. Ceci justifie la dépendance de nombreuses populations à l’aide humanitaire et les dangers liés au désengagement des acteurs humanitaires lorsque les acteurs de développement tardent à prendre le relais.

Depuis l’année dernière, le nombre de personnes dans le besoin a augmenté, passant de 2,6 millions à 2,8 millions (+8%). En même temps, le nombre de personnes en besoin d’assistance aiguë est de 12% supérieur qu’en 2020 (avec 1,9 million de personnes en 2021 contre 1,7 million en 2020). En cinq ans, jamais la RCA n’avait compté autant de personnes en situation de détresse humanitaire. Cette augmentation est la conséquence directe de la plongée des indicateurs macro-économiques, l’avènement de nouvelles poches de conflits violents, la montée de l’insécurité alimentaire et la pandémie de la COVID-19.

Le secteur avec le plus de personnes en besoin est la protection, suivi de la santé, l’eau, hygiène et assainissement (EHA) et la sécurité alimentaire. 40% des ménages centrafricains se trouvent dans une situation d’insécurité alimentaire aiguë. Dans la capitale Bangui, le nombre de personnes en insécurité alimentaire a presque doublé depuis l’année passée, affectant désormais 45% des Banguissois. Le nombre de personnes dans le besoin en 2021 a augmenté dans tous les secteurs sauf la nutrition où on constate une légère diminution.

La RCA est l'un des pays les plus dangereux pour les acteurs humanitaires dans le monde. En moyenne, plus d'un incident par jour affectant des travailleurs humanitaires a été enregistré entre janvier et fin septembre 2020, avec deux humanitaires tués et 21 blessés.